Togo Interview de Nicodème Ayawo Habia : « Je demeure toujours le partisan de l’alternance pacifique »

-


Commenter |Lu : 1980 fois

Nicodème Ayawo Habia n’est plus à présenter. Il est le président national du parti Les Démocrates et ancien Lieutenant et bras-droit de Gilchrist Olympio. L’homme n’a pas sa langue dans la poche et le fait encore savoir dans cette interview qu’il nous accorde. Il parle de ses actions philanthropiques, de ses convictions et engagements et de ses déboires avec sa première formation politique ayant entraîné son exclusion. Il ne se prive pas non plus d’envoyer quelques fléchettes en direction du pouvoir de Faure Gnassingbé, comme il se plait toujours à le faire. Lire l’intégralité de l’entretien.

Bonjour M. Nicodème Ayawo Habia. Dites-nous ce qui qui vous a motivé à voler au secours des populations d’Atchavé victimes d’un incendie de leur village.

Nicodème Ayawo Habia : C’est un acte désintéressé et éminemment social. Tout d’abord c’est chez moi, chez mes parents. Lorsque le malheur est arrivé je n’étais pas au pays mais dès mon retour, notre parti politique a décidé d’aller rendre visite aux sinistrés. C’est ce qui fut fait un jeudi. C’est un village qui se situe entre 8 à 10 Km de la ville de Kévé. Aujourd’hui, ces villageois n’ont plus de lieu d’habitation et ils se déplacent pour aller dans d’autres villages pour se coucher. Ce qui est malheureux, c’est que le gouvernement ne s’est pas soucié de ces gens alors que le gouvernement et la Croix rouge sont au fait du drame.

On vous connait comme un homme de générosité qui se soucie des populations et qui vole à leur secours lorsque besoin est ? Croyez-vous être fait pour la politique ou le monde humanitaire ?

J’aime effectivement aider les gens et surtout, je suis un défenseur des Droits de l’Homme et un combattant de la liberté. Mais tout ce que vous allez faire aujourd’hui dans ce pays ne marchera pas à cause de la politique. C’est pourquoi j’ai préféré mener aussi le combat politique avec mes camarades de lutte. Ceux avec qui nous avons créé ce parti. Aujourd’hui au Togo, tout ce que vous allez faire ne marchera pas si vous n’êtes pas membre du parti au pouvoir.

Le Parti les Démocrates, quels sont ses idéaux, quelles sont ses missions ? Pourquoi avoir décidé de mettre en place une formation politique ?

Arriver à un moment de cette lutte que nous avons entamée depuis 1990, la jeunesse togolaise est déçue et nous sommes aujourd’hui interpellés par ce peuple et sa diaspora qui nous demandent de faire quelque chose, de jouer un rôle. C’est d’ailleurs ce qui a été à l’origine de la création de notre parti politique « Les Démocrates ». Notre vision n’est pas coûte que coûte être Président de la République mais de lutter pour changer les choses dans ce pays.

On vous a connu comme un Lieutenant très proche d Gilchrist Olympio. Regrettez-vous votre départ de l’UFC ?

Je n’ai pas quitté l’UFC, mais j’ai été exclu de l’UFC, il faut que la génération future le sache mais aujourd’hui, les fils de l’Ablodé se sont retrouvés dans le parti « Les Démocrates ». Moi quand j’étais à l’UFC, je disais les choses telles qu’elles sont. Je disais très haut ce que les autres pensaient tout bas. Nous ne regrettons rien de notre départ de l’UFC, ça nous permet au contraire aujourd’hui de mener autrement cette lutte. Nous allons fait confiance à notre leader Gilchrist Olympio et nous voilà où il nous a menés.

Vous le partisan de l’alternance pacifique, comment faire pour sortir de l’ornière au Togo ?

Je demeure toujours le partisan de l’alternance pacifique. C’est la raison pour laquelle nous réclamons les réformes institutionnelles et constitutionnelles avant l’alternance pacifique. Voilà notre position et si nous réclamons ces réformes, c’est qu’il y est cette alternance pacifique et que Faure Gnassingbé sorte par la grande porte.

Ce n’est pas seulement à Kévé que le parti des Démocrates est. Le parti des Démocrates est partout jusqu’à Cinkassé. Notre position est que pas de réformes pas d’élections parce que lorsque l’opposition ira à ces élections, elle n’aura que des miettes.

Source: Hara Kiri N°39 du mercredi 10 mai 2016







Autres titres
Togo Brigitte Adjamagbo Johnson : « On a l’impression que notre régime est devenu fou » 
Togo La Coalition des 14 annonce trois grands meetings ce weekend à Lomé 

Togo Antoine Randolph appelle le peuple togolais à se remobiliser 
Togo Les dérives de la dictature/Interdictions tous azimuts des meetings : Yark Damehame et Togo Debout à couteaux tirés 

Togo Olivier Amah à la frange républicaine de l’armée togolaise 
Togo Nicodème Habia en pleine campagne de remobilisation en Europe 

Togo Le facilitateur Nana Akufo Addo fatigué de la crise togolaise 
Togo Jean Emmanuel Gnagnon : « Notre souhait, c’est d’avoir un ancien président vivant encore sur le sol togolais… » 

Togo Nathaniel Olympio : « Les tenants de ce régime ont toujours ravalé leurs engagements » 
Togo Le mouvement « en aucun cas » exige la libération de ses militants et sympathisants 







LES PLUS COMMENTES

Togo - Brigitte Adjamagbo Johnson : « On a l’impression que notre régime est devenu fou » 42

Togo - La Coalition des 14 annonce trois grands meetings ce weekend à Lomé 22

Togo - Le prisonnier Kpatcha en petite forme 21

Togo - Olivier Amah à la frange républicaine de l’armée togolaise 28

Togo - Le chauffeur d'Ingrid Awadé décédé dans un accident 52

Togo - Nicodème Habia en pleine campagne de remobilisation en Europe 35

Togo - Le facilitateur Nana Akufo Addo fatigué de la crise togolaise 64

Togo - La candidature de Faure divise même dans des milieux insoupçonnés 43

Togo - La Coalition des 14 rencontre le facilitateur au cours de la semaine 22

Togo - Silence ! Le Général fête son titre 27




Togo Afrique Monde
HOME Revue de presse

Politique Sport

Societe Economie

Opinion Chronique sante

Interviews Conseils des ministres

Togo Afrique

Monde Faits divers