Togo
Retour à la Constitution de 1992 : La diaspora en Europe réaffirme son soutien au peuple togolais

>Politique
iciLome |
16 Commentaires |Lu : 2260 fois

Le samedi 7 octobre dernier, la diaspora togolaise en Europe a organisé une grande marche à Paris pour montrer son soutien et sa détermination derrière le vaillant peuple togolais qui se bat depuis plusieurs semaines pour le retour à la Constitution de 1992 et l’alternance au pouvoir. Elle réaffirme son soutien au peuple togolais.

Manifestation de la Diaspora togolaise en Europe

Paris, samedi 7 octobre 2017



COMMUNIQUE

A l’appel de Togo Debout-Europe, la diaspora togolaise s’est massivement rassemblée à Paris le samedi 7 octobre 2017 pour une marche de soutien et de solidarité avec le peuple togolais fortement mobilisé actuellement pour obtenir de véritables réformes politiques et mettre ainsi fin à une dictature hors du temps. Togo-Debout a bénéficié à cette occasion d’un appui déterminé des diasporas africaines, notamment de France ainsi que des amis du Togo en Europe.

Depuis les manifestations gigantesques qui se sont déroulées au Togo les 19 et 20 août 2017 sur toute l’étendue du territoire, le Togo vit un nouveau tournant de son histoire. Et le monde entier est désormais largement informé de ce qui se joue dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest, le seul dans cette région où persiste encore une dictature dynastique cinquantenaire, sans aucune possibilité d’alternance par les urnes, surfant sur le masque de la rhétorique démocratique.

Ainsi donc, après les récentes manifestations des mois d’août et de septembre réprimées dans le sang par le régime qui porte la violence à fleur de peau, ce mois d’octobre débute avec un nouveau cycle de protestations conduites par l’opposition politique et les forces vives de la société civile togolaise qui demandent unanimement :

• Le retour de la Constitution togolaise adoptée en octobre 1992 par plus de 98% de la population à l’issue d’une consultation référendaire véritablement démocratique. Cette Loi fondamentale est la seule que le peuple souverain a accepté librement et elle porte dans ses grandes dispositions les principaux axes de solutions susceptibles de permettre au pays de s’engager dans une nouvelle dynamique politique, économique et sociale ;

• Le vote de la diaspora togolaise ;

La fin du système dynastique qui ruine le pays depuis un demi-siècle, avec une bande de patachons qui terrorise, pille et massacre, en toute impunité.

Après un demi-siècle de pouvoir dynastique, de père en fils des Gnassingbés, le système a montré son incapacité à réconcilier les filles et les fils de ce pays dans un creuset démocratique garantissant les libertés fondamentales et le progrès économique et social. Pourtant, au cours de ces dernières décennies, le peuple togolais n’a cessé de donner des gages de sa volonté de changement par le dialogue et la négociation : plus d’une vingtaine de dialogues organisés avec des accords et des conclusions jamais mis en œuvre par le pouvoir. La Constitution de 1992 et L’Accord politique global du 20 août 2006 illustrent parfaitement cette posture obstinée du système des Gnassingbé à conserver le pouvoir, coûte que coûte !

Devant cette situation de crise qui ne peut que mener le pays à la ruine et la sous-région ouest-africaine dans un nouveau foyer de conflit :

• Togo Debout-Europe exprime son soutien le plus fervent au peuple togolais en lutte pour recouvrer ses libertés et construire une véritable démocratie, sans vernis !

• A la communauté internationale, particulièrement celle qui est vautrée dans la collusion et la complaisance avec ce régime, celle-là même qui reprêche à nouveau son énième refrain de « dialogue entre les différents protagonistes », nous demandons avant toute chose de se référer à la riche histoire des rendez-vous manqués des dialogues au Togo.

• A tous les acteurs de bonne volonté, nationaux et internationaux, désireux d’aider le peuple togolais dans ces heures décisives, nous demandons d’user de leur entregent pour que le pouvoir cesse les massacres des citoyens innocents, les arrestations arbitraires, les actes de vandalisme et de violations des domiciles privés, le bouclage des quartiers et le harcèlement des combattants de la liberté, les pratiques de « l’entre-soi », la politique du dilatoire pour gagner du temps.

Aux forces vives de la démocratie, aux défenseurs des droits de l’Homme et aux vrais amis du Togo à travers le monde, nous demandons un appui déterminé aux manifestants togolais pour la conquête de leurs libertés, de la bonne gouvernance et du bien-être pour tous. Le peuple togolais sait que c’est à lui que revient la responsabilité de la lutte pour la victoire finale. Aujourd’hui plus que jamais, le peuple tient son destin entre ses mains !

Dans cette étape décisive, Togo Debout-Europe s’est mis « en marche pour la libération du Togo », aux côtés des filles et des fils authentiques du Togo. Il veut, ici en Europe, assurer les populations togolaises de sa communion irrépressible aux valeurs universelles et aux principes éthiques de la « Terre de nos Aïeux ». Et aussi, de sa totale disponibilité à contribuer à l’avènement d’une transition véritablement démocratique pour que, selon la formule de la sentinelle de Sylvanus Olympio, advienne la fin de « la longue nuit ».

Et pour que, « le jour vienne ». Enfin !

Constitution de 1992 ! Faure must go ! Vote de la diaspora ! clament inlassablement les populations. C’est également le moteur de notre engagement.

Togo Debout - Europe, Paris, samedi 7 octobre 2017






Autres titres
Togo Jean-Pierre Fabre: ''Ceux qui nous persécutent pensent que nous serons éssoufflés'' 
Togo HCRRUN : Démarrage des activités de prises en charge et d’indemnisation des victimes des violences à caractère politique 
Togo Brigitte Adjamagbo-Johnson: '' Nous achéverons la lutte les mains nues'' 
Togo CEDEAO : Le Togo est une anomalie inacceptable, selon la Coalition 





 16   l'aveugle | Jeudi, 19 Octobre 2017
  Au Bénin comme au Togo, le bout de phrase que vous réclamez, a pourtant permis aux présidents de l'époque d'être élus plusieurs fois malgré les mandats passés. Dinc tel quel (En a un cas... + de 2 mandats) a montré son effet non-rétroactif en redonnant de nouveaux mandats aux anciens présidents.

Donc si le froid ne vous a pas congelé le cerveau c'est que vous êtes des moutons de panurge destinés à la tabaski de PNP. Réveillée vous !!

 15   DEDERIWE | Mercredi, 11 Octobre 2017
  ON NE VEUT PAS DE CE REFERENDUM DE VOLEURS !
<< Lorsqu’un margouillat te dit qu’il va se faire coudre un pantalon, c’est parce qu’il a trouvé une solution pour sa queue >> !
Lorque qu'un usurpateur demande à cors et à cris un referendum, c'est que pour sortir son vol d'urnes et sa falsification il a trouvé une manipulation.

 14   l'aveugle | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 12-Calamithy John
  ...J'ai suivi vos échanges, Calamity et Ouro, l'un calme et serein tandisque l autre à féliciter s'est aperçu qu'il ne pouvait se faire comprendre en brandissant de la hargne à tout va.

Il n'y a donc pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Alors bravo à Calamity qui a su exposer son parti pris de façon plus démocrate que son vis à vis qui se décrétait détenteur de vérité absolue.

Si vous permettez, je vais juste ajouter mon grain de sel. La constitution de 92 a bel et bien été appliquée à Gnassingbé père qui accumulait déjà plusieurs mandats à géométrie variable. Et pourtant, "En aucun cas..." était bien visible et connu de tous. C'était si délicieux pour lui qu'il s'est donc assis dessus. Il y a jurisprudence qui a amené le RPT à mettre fin à ce non sens devenu criard.

Ramenez donc 92 et les juges vous diront que votre En Aucun Cas est obsolète.

Ce détail est donc évident pour l opposition qui se voit larguée par la brillante maneuvre de Faure. C'est simple, on limite tous les mandats et vous avez vous même l'opportunité de vous appliquer la rétroactivité et la faire entrer dans la loi juste à temps pour les présidentielles. Un véritable cadeau de Faure le Démocrate, d'autant qu'il n'y aura nul besoin de négocier, et vous pouvez être sûrs que le oui du référendum sera à 99,98% même si vous faisiez semblant de voter massivement contre.
Merci, j'ai fini.

 13   l'aveugle | Mercredi, 11 Octobre 2017
  J'ai suivi vos échanges, Calamity et Ouro, l'un calme et serein tandisque l autre à féliciter s'est aperçu qu'il ne pouvait se faire comprendre en brandissant de la hargne à tout va.

Il n'y a donc pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Alors bravo à Calamity qui a su exposer son parti pris de façon plus démocrate que son vis à vis qui se décrétait détenteur de vérité absolue.

Si vous permettez, je vais juste ajouter mon grain de sel. La constitution de 92 a bel et bien été appliquée à Gnassingbé père qui accumulait déjà plusieurs mandats à géométrie variable. Et pourtant, "En aucun cas..." était bien visible et connu de tous. C'était si délicieux pour lui qu'il s'est donc assis dessus. Il y a jurisprudence qui a amené le RPT à mettre fin à ce non sens devenu criard.

Ramenez donc 92 et les juges vous diront que votre En Aucun Cas est obsolète.

Ce détail est donc évident pour l opposition qui se voit larguée par la brillante maneuvre de Faure. C'est simple, on limite tous les mandats et vous avez vous même l'opportunité de vous appliquer la rétroactivité et la faire entrer dans la loi juste à temps pour les présidentielles. Un véritable cadeau de Faure le Démocrate, d'autant qu'il n'y aura nul besoin de négocier, et vous pouvez être sûrs que le oui du référendum sera à 99,98% même si vous faisiez semblant de voter massivement contre.
Merci, j'ai fini.

 12   Calamithy John | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 11-Ouro
  Mon cher frère, je crois qu'on peut se parler en personne décente et en toute fraternité. le fait de penser différent ne fait pas de nous des ennemis, ni même pas des adversaires mais des divergents, ce qui ne nous empêche pas de nous regarder et de nous parler, sans forcement chercher à convaincre l'autre mais tout simplement à argumenter de manière logique sa position. Et ça ça me plais. Pour en revenir à la propsition sur la nouvelle constitution:
Il faut arrêter de penser à UNIR, à Faure Gnassingbé etc... sinon, tout sera faussé et on va tourner en rond. Les points critiques, il faut les valider et s'assurer que rien, absolument rien, aucun autre article ne vienne fragiliser ou remettre en cause ces piliers de la loi fondemmentale.

L'avant-projet de loi vise à réformer avant tout et surtout 3 articles de la Constitution.

L'article 59 qui désormais stipulerait que le président de la République est élu pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ; ca veut dire que tout citoyen qui aspire à diriger le Togo ne pourra le faire qu'au maximum 10 ans. C'est clair et aucun autre article de la nouvelle constitution ne vient remettre cela en cause.

l'article 60 revient à l'élection du président au scrutin uninominal majoritaire à deux tours et non plus un comme c'est le cas actuellement, la aussi pareille, rien dans cette constitution ne vient remettre en cause cela.

Enfin, le 3e article réformer est l'article 52, nouvelle version; il limite le nombre de mandats de député à 2, ce qui n'était pas le cas avant.
Et cela se répète dans d'autres articles faisant référence à d'autres mandats électifs, comme celui de maire, sénateurs (si réellement on arrive à mettre en place un Sénat ce que je trouve ridicule pour les réalités de nos pays de nos jours). Ca fait de notre constitution la seule de la sous région avec cette opportunité claire de renouveler constamment la classe politique, toute la classe, pas seulement le chef de l'Etat. C'est une révolution san précédent qui va de la porter un grand coup à la corruption à la base. Et surtout de ne plus faire de la politique un métier mais plutôt une mission, un mandat limité du peuple.

Mais en plus il ya les limitations d'âges qui sont revus, le cadre juridique, bref, c'est un vrai orgasme rien que d'y penser.
Maintenant si on doit tout bousculer, mettre de la tension, porter un coup à la stabilité juste parce que "En aucun cas nulle ne peut faire plus de deux mandats", excuse moi mais je trouve que c'est prendre l'élite togolaise pour des cons. La grande majorité save que ca n'a aucun sens cette revendication, seul ceux qui ont des ambitions politiques bidons le brandisse et font croire au peuple que c'est vital pour notre démocratie. FAUX et archi faux. QUELQUE SOIT CE QU'ON FASSE, CETTE NOUVELLE CONSTITUTION NE POURRA PRENDRE EFFET QU'A PARTIR DE 2020 pour le Président actuel. Faire croire le contraire où je ne sais par quelle alchimie le faire partir du pouvoir en l'état actuel des choses, c'est du maraboutage. Donc il est potentiellement éligible en 2020 comme en 2025. Et ça il faut se le mettre dans la tête.
Le combat de l'opposition devrait plutôt se concentrer sur les organes qui organisent et donne le verdict des élections. Tout le monde les suivrait, parce que légitime. Mais ils sont en train de faire le mauvais combat et je le répète ca sera tout à l'avantage du partit UNIR
Pour le vote de la diaspora, je le répète on a pas besoin de l'inscrire dans la constitution, c'est un faux débat, c'est juste pour créer un semblant d'intérêt pour la cause de la diaspora. le Togo n'est pas le seul pays à avoir une diaspora, et je ne connais pas une constitution au monde où on a inscrit que le droit de vote de la diaspora est obigatoire. (me démentir si je me trompe).
Voilà ce que je peux te dire mon cher OURO sur ma vision des choses, sans vouloir te convaincre.

 11   Ouro | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 10-Calamithy John
  Très bien mon frère. En quoi le référendum est utile à ceux qui le prônent aujourd'hui?

Les textes qui existaient avant l'introduction du projet de loi sont ceux de l'unir, ceux qui arrangent l'unir et ses partisans avec pour substance la non limitation du mandat pour les présidents.

Les nouveaux textes que l'unir s'apprêtent à soumettre au référendum, sont ceux de l'unir, ceux qui arrangent l'unir et ses partisans avec pour substance la non limitation du mandat pour les présidents.

Si des Togolais votent le oui, nous aurons un texte qui ne limite pas le mandat présidentiel. Si des Togolais votent le non, nous aurons un texte qui ne limite pas le mandat présidentiel. En quoi ce référendum est donc utile avec tout ce qu'il coûtera au contribuable togolais mon cher? Qu'est ce que ce référendum apporte comme progression? Moi je veux comprendre.

J'aime par contre la ferme conviction de ceux qui ont le pouvoir au Togo à penser que même s'il y avait des affrontements armés, ils seront toujours au pouvoir et les politiciens qui s'opposent à eux reviendront à la table de négociation. C'est ce que le premier jusqu'au dernier homme au sein de l'unir pense. Foday Sankoh disait que lorsque deux éléphants se battent, seules les herbes en pâtissent. Vous êtes dans cette logique et nous dans la logique des lois de la nature auxquelles personne n'échappe.

J'attends les réponses à mes questions surtout celle du projet du gouvernement que vous continuez à croire "qu'il est bon l'ensemble du peuple togolais dans le présent et le futur".

 10   Calamithy John | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 9-Ouro
  Mr Ouro; essaye de vous libérez de vos passions et d'essayer de recevoir ne fusse que pour l'analyser intelligemment ce qui vient des autres même si c'est contraire à ce que vous pensez et croyez. Le cas de l'Espagne je l'ai utilisé uniquement pour rappeler que ce n'est pas parce qu'une partie du peuple manifeste et se fait entendre qu'une autre partie qui pense différemment n'existe pas. Uniquement sus cet angle. Maintenant vous voulez prendre les armes, libre à vous. Mais c'est peine perdu, parce que vous n'atteindrez pas vos fins, il y aura beaucoup de morts civiles et innocentes inutiles puisqu'après les leaders politiques seront obligés de se retrouver et je peux vous garantir que l'on reviendra au même point, le REFERENDUM.
Bonne chance. En attendant moi j'opte pour le référendum.

 9   Ouro | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 8-Calamithy John
  Peux-tu stp nous présenter ce fameux projet du gouvernement en quelques lignes? Peut-être que tes lignes nous ouvrirons les yeux. Merci d'avance.

PS: Ce qui oppose les Togolais est différent de ce qui oppose les espagnols. Si demain la région centrale par exemple décide de se détacher du Togo, les partisans de cette sépération subiront le même sort que ceux de l'Espagne. Pour ta gouverne, sache que votre référendum tel que vous le souhaitez n'aura pas lieu. Et s'il a lieu nous en profiterons en fin pour prendre les armes. Vous traitez une partie de l'opposition de djihadiste non? Et bien très bientôt vous aurez votre djihad.

 8   Calamithy John | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 3-KOKO
  Mon cher frère Koko, c'est justement ce que je me tue à te transmettre. Ce peuple togolais dont tu cries tant les droits est multiple et divers. Il n'y a pas un peuple togolais avec une vision unique, ceux qui vous le font croire sont des charlatans. Vous voyez en Catalogne les indépendantistes ont toujours crus qu'il étaient la voix de toute la region jusqu'à ce que dépassé par le ras le bol les pro Espagne sont sortis et la tout le monde s'est demandé où étaient ils depuis des années! Tout le monde a été surpris par le monde. Et ben c'est exactement la même chose au Togo. On est nombreux à penser que Faure est l'homme de la situation et qu'il faut qu'on aille au referendum. Sommes nous moins togolais parce que nous pensons ainsi?
Quand à la diaspora, laisse moi te dire que la diaspora camerounaise, du Congo démocratique pour ne pas m'aventurer dans le cas du Nigeria participent énormément au développement de leurs pays beaucoup plus en proportion que celle du Togo. Et le phénomène est général à tous les pays du monde et encore plus ceux sous développés. Ce n'est pas pour autant qu'on stipule dans les constitutions le droit de vote obligatoire pour la diaspora! Je lai déjà dit, toutes les filles et fils du Togo ont le droit de voter aux élections. A l'intérieur du pays c'est un fait. A l'étranger cela peut être soumis a débat compte tenu de beaucoup de paramètres de façon consensuel. On est pas obligé de le mettre dans la constitution.
Vous voyez, les histoires de 2005, de dynastie etc, c'est l'arme des faibles. Ça fausse le débat. Aujourd'hui en 2017 braquons nous sur l'avenir et je continue a croire que le projet du gouvernement est bon l'ensemble du peuple togolais dans le présent et le futur. Le reste c'est vouloir fouiller dans la poubelle et dans ce jeu on pourrait remonter à très loin.

 7   Noblesse du referend | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Logo Jeune Afrique
Partager

POLITIQUE
Contestation au Togo : pourquoi l’opposition refuse l’option du référendum pour l’adoption des réformes
10 octobre 2017 à 20h25 — Mis à jour le 11 octobre 2017 à 08h06
Par Edmond D'Almeida - à Lomé
@Edmonddalmeida

Près d’une semaine après les dernières manifestations des 4 et 5 octobre, la coalition des partis de l’opposition a tenu ce mardi une conférence de presse pour faire le point sur l’évolution de la situation politique. Une marche sur les bureaux de la Cedeao à Lomé est annoncée pour le mercredi 18 octobre.

La coalition des 14 partis de l’opposition a organisé ce mardi 10 octobre une conférence de presse à Lomé pour faire le point sur l’évolution de la situation politique. De cette conférence, une décision à retenir : l’organisation d’une marche vers les bureaux de la Cedeao, à Lomé. « Nous annonçons une marche le 18 octobre. Une marche qui ira vers les bureaux de la Cedeao de Lomé pour leur dire que nous ne sommes pas d’accord avec le référendum », a indiqué Brigitte Adjamagbo Johnson. Aussi, « la coalition a décidé de ne pas rencontrer la mission de l’Organisation internationale de la Francophonie ».

Pour rappel, la Cedeao a, dans un communiqué conjoint avec l’Union africaine et le Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), annoncé « prendre acte » du vote de la réforme constitutionnelle à l’Assemblée nationale et appelé à un dialogue « en vue de l’organisation du référendum ».

Pour l’instance ouest-africaine, ce referendum « est une étape importante pour mettre le Togo en conformité avec les normes démocratiques reflétant les meilleures pratiques en Afrique de l’Ouest ».

Un référendum, pourquoi ?

Fin septembre, les députés du parti au pouvoir ont voté à la majorité des deux tiers le projet de loi soumis à l’Assemblé nationale. Ce projet, qui porte modification des articles 52, 59 et 60 de la Constitution, limite notamment le mandat présidentiel à deux et instaure le scrutin uninominal à deux tours pour l’élection du président de la République.

Faute de majorité à l’Assemblée – la réforme constitutionnelle nécessitant une majorité des 4/5èmes pour être promulguée -, le texte sera donc soumis au peuple par référendum dont la date n’est toujours pas fixée.

Nous sommes contre un référendum qui cristallisera la division au sein des Togolais
L’idée d’un référendum est rejetée par la coalition de l’opposition, qui souhaite le retour de la Constitution de 1992 dans sa version originelle. Une condition sine qua non pour discuter avec le pouvoir.

Pour le Professeur Walla Kperkouma de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), ce référendum serait risqué pour la paix dans le pays. « L’opposition ne dit pas rejeter le principe. Mais de quel référendum s’agit-il ? Dans quel contexte est-il organisé ? Loin de nous de ne pas reconnaître le principe du référendum. Nous sommes contre un référendum qui cristallisera la division au sein des Togolais et, de plus, sera une perte d’énergie, de ressources et de temps ».

Confrontation risquée

Certains leaders de la contestation à l’instar de Tikpi Atchadam estiment eux-aussi qu’il faut se méfier de la volonté affichée par la majorité d’aller au référendum. « Lorsqu’un margouillat te dit qu’il va se faire coudre un pantalon, c’est parce qu’il a trouvé une solution pour sa queue », a ironisé le patron du Parti national panafricain (PNP), faisant allusion aux risques de manipulation des résultats.

Reste que, légalement, la seule solution pour adopter la réforme proposée par le gouvernement reste le référendum. « Il n’y a pas de possibilité pour le chef de l’État de renvoyer un texte constitutionnel au Parlement pour une deuxième lecture », explique un doctorant en droit public à l’université de Lomé.

Unir dispose d’une puissante machine de mobilisation
Et dans le cas d’un référendum, le parti Union pour la République (Unir) – déjà en précampagne – partirait favori, selon les observateurs. « Ils disposent d’une puissante machine de mobilisation héritée de l’ancien parti unique RPT et des moyens qui leur permettent d’être partout », concède un leader de l’opposition avec un brin de défaitisme.

Certains leaders de l’opposition qui se sont prononcés contre le référendum, estiment cependant qu’ils ne pourront pas appeler leurs militants à voter contre un texte – celui du gouvernement – qui introduit une limitation des mandats présidentiels et législatifs.

Une troisième voie commence néanmoins à se dessiner dans l’opinion : celle d’un dialogue qui permettrait l’adoption d’un nouveau texte au Parlement… mais cela suppose que les uns et les autres acceptent d’assouplir leurs positions.

 6   Gallouzo | Mercredi, 11 Octobre 2017
  (Agence Ecofin) - Un groupe de cinq chefs d’Etats ouest africains vont se pencher sur la crise politique qui prévaut au Togo. Désignés par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, il s’agit des présidents du Bénin, Patrice Talon, du Burkina Faso, Roch-Marc Christian Kaboré, du Ghana, Nana Akufo-Addo, de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara et du Niger, Mahamadou Issoufou.

Cette mission de haut niveau a pour objectif de rencontrer les acteurs de la scène sociopolitique togolaise, le gouvernement, les responsables de l’opposition et du parti au pouvoir, ainsi que des dirigeants d’organisations de la société civile et les ambassadeurs accrédités au Togo. Il s’agit pour eux de rapprocher les points de vue qui sont, pour l’heure divergents, sur le processus de mise en œuvre des réformes constitutionnelles.

Le gouvernement a, pour sa part, introduit un projet de loi à l’Assemblée Nationale qui devrait aboutir à l’organisation d’un référendum tandis que l’opposition exige le retour à la Constitution de 1992.

Mandaté par ses pairs du groupe des 5, le Président ghanéen Nana Akufo-Addo a déjà pris contact et échangé avec certaines parties prenantes de la situation qui prévaut au Togo. Il poursuivra ses consultations dans les jours à venir. Il s’agit d’éviter que le Togo, réputé pour sa stabilité dans la sous-région, ne rejoigne le rang des foyers de tension.

 5   FAURE MUST STAY | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Ces aventuriers n'ont pas le monopole de manifestations.
Nous à UNIR, nous appelons aussi tous les togolais de la diapora où qu'ils soient dans le monde à soutenir la politique de paix de Faure Gnassingbé.
Dès que les programmes sont arrêtés chaque groupe de chaque pays sera avisé.

Faure must stay

 4   l'aveugle | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Une grande marche de 50 personnes comme 50 ans, cest beaucoup pour exiger la constit de 92 et non un référendum antidemocratique.

Référendum piège? C'est plutôt embarassant. Quand les députés quittent l'assemblée ce n'est pas un piège.

Pas piege non plus quand on boycott la constitution 92 pour que le RPR en 2002 puisse en faire une bonne toilette.

Forcément donc quand certains crient <pas de référendum !!! > c'est vraiment pas piège.

Il y a de quoi pleurer. On refuse, on dénonce tout et rien, la grand mère et l'ONU dans le même sac. Vive la démocratie, à mort la democratie !!!

Enfin nous nous comprenons....


 3   KOKO | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 1-Calamithy John
  Calamithy John, vous semblez ignorer beaucoup de choses, à vous lire. je cite << Le Togo,prendra son destin en main,le gouvernement est dans le droit et en temps que peuple souverain on ira au référendum. Et après ça, une nouvelle ère de fraicheur, s'annonce pour le Togo>> Ma question est celle-ci, Le peuple togolais n´a- t-il pas le droit de dire et d´affirmer qu´il veut le retour à la constitution de 92? puisque cette constitution qu´il a voté au référendum en 1992?

Pour vous le gouvernement a le droit, pas le peuple. Vous avez dit vrai, car on sait comment Faure Gnassimgbé est venu au pouvoir et il se trouve que sa légitimité ne viennent que de la communauté internationale. Ainsi pour vous le peuple n´est rien!

<<On nous parle d'alternance. Que le Togo est le seul pays à ne pas avoir connu d'alternance, quoique, c'est discutable. D'accord, et puis? Est ce que l'alternance est automatiquement un gage de stabilité et de bien être pour les populations. Toute personne intelligente vous dira que non. Faites juste le tours des pays de lansous région et vous vous ferez votre opinion.>>

Voici un monsieur qui nous dit que ce n´est pas grave si le Togo ne connait pas l´alternance, car les autres pays de la sous-région qui ont connu l´alternance, ne connaissent pas nécessairement le développement. Et bien c´est l´alternance que le peuple togolais veut. N´en déplaise à vous et votre Faure. Même si l´alternance ne signifie pas développement, laissez le peuple faire son choix. Voyez-vous c´est comme cela que vous méprisez ce peuple depuis des décennies, car comme vous l´avez bien affirmé la légitimité de ce gouvernement, qui prive les togolais de tous les biens nécessaires à leur épanouissement, ne vient pas de lui. J´ose croire que vous voyez la gravité de ce que vous affirmez.

<<Pour le vote de la diaspora, je trouve ridicule que l'on fasse un article et même un alinéa spécialement pour cela. C'est un montage politique, une réclamation politique pour impliquer la diaspora et leur soutirer des sous. C'est tout pas plus. Une élection concerne tous les fils du pays surtout les présidentielles. Tout le reste est une question logistique et financière qui doit être discuté par les élus à chaque élection et non comme un point figé. C'est une question de bon sens.>>

Vous parlez de bon sens, c´est vous et ce gouvernement qui sont déconnectés de la réalité que les togolais vivent et qui n´avez pas le bon sens. En réalité sans cette diaspora nos frères et soeurs seront encore plus misérables qu´ils ne le sont actuellement. C´est la diaspora qui nourit le Togo et sa contribution dépasse l´Aide au développement que vous recevez de la part des pays donateurs du Nord. Et puis vous nous dites qu´en réalité on veut nous soutirer de l´argent. Ah je comprends, c´est vous qui décidez de ce que la diaspora doit faire avec son argent. Au fait c´est de la mauvaise foi que vous avez. Vous voulez notre argent, mais pas notre vote.Eh bien cela ne passera pas, cher Monsieur!

Faure peut être soutenu par ses amis et ceux de la communauté internationale, comme vous semblez l´affirmer, mais sachez que le peuple togolais est plus fort que jamais et ses révendications sont légitimes et s´imposeront le temps venu.




 2   Tate | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Réponse à 1-Calamithy John
  Mon chère vous n avez aucun soutien a part votre armée et milice de pya.on prendra les armes et on vous donnera une bonne correction à kara dans votre fief.vs pensez qu un peuple affamé , qui est en manque de tout peut soutenu un farfelu comme président. On a deja les preuves.Monsieur 5000 FCFA hahaha. Ventre creux

 1   Calamithy John | Mercredi, 11 Octobre 2017
  Me chers freres de la diaspora. Bravo pour ce que vous faites et ca prouve que vous tenez au Togo et que vous voulez participez á ce qui se joue aujourdhui et qui est extremement important pour les années à venir. Mais ne vous leurrée pas, Le Togo reste encore aujourd'hui plus fréquentable que bon nombre des payses de la sous région. On nous parle d'alternance. Que le Togo est le seul pays à ne pas avoir connu d'alternance, quoique, c'est discutable. D'accord, et puis? Est ce que l'alternance est automatiquement un gage de stabilité et de bien être pour les populations. Toute personne intelligente vous dira que non. Faites juste le tours des pays de lansous région et vous vous ferez votre opinion.
Le Togo,prendra son destin en main,le gouvernement est dans le droit et en temps que peuple souverain on ira au référendum. Et après ça, une nouvelle ère de fraicheur, s'annonce pour le Togo. Et ça on ne laissera personne se mettre au travers je peux vous l'assurer. Pour le vote de la diaspora, je trouve ridicule que l'on fasse un article et même un alinéa spécialement pour cela. C'est un montage politique, une réclamation politique pour impliquer la diaspora et leur soutirer des sous. C'est tout pas plus. Une élection concerne tous les fils du pays surtout les présidentielles. Tout le reste est une question logistique et financière qui doit être discuté par les élus à chaque élection et non comme un point figé. C'est une question de bon sens.
Maintenant ceux qui croient à tort que le Président est seul, abandonné de tous, pardon débarbouiller vous avec du savon parce que c'est un grave leur. On ne dit rien, puisque on y voit pas l'importance. Que ceux qui n'y croient pas essaient de poser un acte qui remette en cause la souveraineté de ce pays et vous allez voir en face l'inimaginable. Vous allez vous demander si tout ces gens la sont à Lomé et où et puis depuis la on ne les voit pas.
REFERENDUM ou REFERENDUM et le Togo vivra des jours meilleurs pour le bien de tous.


LES PLUS COMMENTES
Togo - Une marée humaine dans les rues de Lomé ce jeudi

Togo - Fabre, Adjamagbo et autres font le départ à Atikoumé

Togo - Faure Gnassingbé aujourd’hui à Atakpamé, la population dans la rue pour son départ

Togo - Jean Pierre Fabre : 'Nous avons tiré des leçons de l’expérience et nous ne lâcherons rien'

Togo - Déclaration de la rencontre de Paris

Togo - Les rues de Lomé déjà noires de monde

Togo - Une nouvelle mobilisation commence demain...

Togo - Prochaines manifestations : PNP Kara veut faire un test au gouvernement

Togo - L'opposition ne se rendra pas à la réunion consultative du gouvernement

Togo - Mme Adjamagbo révèle les manœuvres du régime pour déstabiliser la Coalition de l’opposition




Togo Afrique Monde