Togo
Option référendaire : Jusqu’où ira le pouvoir de Lomé ?

>Politique
Fraternité |
18 Commentaires |Lu : 3019 fois

Entre la voie référendaire et le dialogue politique, le pouvoir de Lomé semble opter pour la première, certes légale mais aux issues inconnues. La tension observée lors des deux jours de marche de protestation, les 4 et 5 octobre derniers à travers tout le pays, dénommées respectivement «marche d’avertissement» et «marche de la colère» sont un signal fort d’un Togo qui prend le risque de foncer droit au mur, si Faure Gnassingbé ne prenait pas en main, les mesures de la situation.

Plus que jamais, les Togolais dé- montrent leurs vives aspirations au changement. Déclenché depuis le 19 août dernier par l’opposition, le mouvement «anti quatrième mandat de Faure» qui se traduit par l’exigence sans condition du retour à la Constitution de 1992, avec effet rétroactif, se poursuit de plus belle à travers tout le pays. Aujourd’hui, après l’échec de l’issue parlementaire débouchant notamment sur le référendum, c’est tout le Togo qui est en ébullition et manifeste, à l’appel de la coalition des forces démocratiques, le regroupement des 14 formations politiques au devant de la lutte dont le Parti National Panafricain (Pnp) de Tikpi Atchadam.

La Cedeao et comparses dans le mauvais rôle !

Alors même que la tension monte au fil des jours dans le pays, et des voix appellent vivement à une sortie publique du Chef de l’Etat pour calmer les humeurs, c’est une partie de la communauté internationale qui, elle, s’inscrive dans la posture de «mauvais conseiller» à Faure. En effet, au travers d’un communiqué tripartite rendu public le mercredi 4 octobre dernier, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), l’Union africaine (Ua) et le Bureau des nations unies pour l’Afrique de l’ouest et le sahel (Unowas) ont pris à contre pied, les propositions des représentations diplomatiques accréditées près le Togo, du Président de la Commission de la Cedeao et du Secrétaire général de des Nations Unies qui, tous, prônent le dialogue.

«Les trois organisations prennent acte, en particulier, de l’adoption du projet de la loi constitutionnelle visant à modifier les articles pertinents de la Constitution togolaise. Elles observent que c’est une étape importante pour mettre le Togo en conformité avec les normes démocratiques reflétant les meilleures pratiques en Afrique de l’ouest », lit-on dans ce communiqué. Et de porter ensuite l’estocade en appelant «le gouvernement à f ixer une date pour l’organisation du référendum sur le projet de loi constitutionnelle». Depuis une semaine, cette déclaration derrière la quelle se trouverait pour une énième fois, le fameux diplomate ghanéen Mohamed Ibn Chambas crispe la tension, cristallise les débats et enflamme la toile. À divers niveaux, hormis le camp du pouvoir, cette déclaration est mal appréciée, les uns ressortant son caractère contradictoire, les autres, son caractère irréaliste. D’une part ces trois organisations appellent au référendum tout en sachant que si référendum il doit y en avoir, il devrait se tenir avant la fin de cette année 2017,donc dans deux mois. Ce qui paraît peu probant, vu que le fichier électoral est à revoir, sans oublier la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui doit être recomposée. Aussi, l’on ne doit pas perdre de vue le débat sur la nature de la Ceni mieux adaptable au contexte togolais.

De l’autre, elles font également «appel à tous les acteurs politiques togolais à poursuivre le dialogue sur cette question importante de manière pacifique, conformément aux aspirations légitimes du peuple togolais». Ce qui relève d’un paradoxe remarquable puisque le peuple qui exprime son ras-le-bol dans la rue réfute catégoriquement toute idée de référendum.

Des raisons qui, somme toute, amènent des Togolais à n’accorder aucun crédit à ce communiqué qui semble plutôt une manœuvre dilatoire aux allures suicidaires pour le peuple togolais.

Haro sur des diplomates «démarcheurs»

«Ce monsieur (Ndlr: Ibn Chambas), comme il sait bien le faire, se fout encore une fois de plus, du peuple togolais. Ce dé- marcheur de diplomate, après son rôle trouble joué en 2005 au lendemain du coup d’Etat constitutionnel perpétré par Faure Gnassingbé, est encore à Lomé pour animer son marché arrière-boutique. Mais cette fois-ci, il a tiré à terre. Il trouvera en face de lui, tout le peuple togolais qui ne se laissera plus faire », nous a confié tout furieux, un togolais de la quarantaine qui a requis l’anonymat. Au niveau des acteurs politiques, les déclarations de rejet ne tarissent pas. «Je d is non et non à cette histoire de référendum. Ça ne nous concerne pas ! », réfute systématiquement le Président national de l’Alliance nationale pour le changement (Anc), Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition togolaise. Pour sa part, «Il faut tout faire pour éviter le référendum et régler le problème togolais autrement », suggère le Président national du Comité d’Action pour le Changement (Car), Me Yaovi Agboyibo. Mais celui qui aura été le plus décisif dans sa sortie est Gerry Komandega Taama du Nouvel Engagement Togolais (Net). A travers un communiqué en date du 8 octobre, cette formation politique dit trouver dans le référendum en vue, «la pire des solutions». Et d’expliquer à Faure Gnassingbé que « Le référendum nous divisera plus que nous le sommes aujourd’hui ! ». Pour ce jeune politicien, entrepreneur et anciennement militaire, il faut parvenir à capitaliser les manifestations populaires par des résultats politiques. Car, « Les événements malheureux de la nuit du 5 octobre 2017 ne sont que les prémices du danger qui guette notre pays, si les politiciens n’arrivent pas à trouver une issue consensuelle à la crise», craint le président national du Net. Cette dernière exhortation, vu sa pertinence, permettra-t-il à Faure Gnassingbé qui se veut aujourd’hui la seule personne à pouvoir dénouer la crise, de se raviser ? C’est en somme la question qu’il convient de poser au fils du Général Eyadema, au pouvoir depuis 2005.

Jusqu’où ira le pouvoir de Lomé ?

Entre écouter la voix de son peuple dont il tire son pouvoir et chercher à satisfaire les desiderata de certains «diplomates crisologues», Faure Gnassingbé doit choisir. Aujourd’hui, nul ne peut ignorer les conséquences négatives de cette crise aussi bien sur l’image du pays, que celle de son président, qui est par ailleurs Président en exercice de la Cedeao. D’abord, le report du sommet Israël-Afrique auquel tenait tant Lomé est, sans nul doute, le premier échec cuisant essuyé par Faure Gnassingbé. A cela s’ajoutent les multiples clichés des violences et atrocités qu’exercent les forces de l’ordre sur les populations qui pillulent sur la toile, y compris les coupures d’internet qui ont certainement contribué à repousser l’échéance de l’admission du Togo au Millénium Challenge Corporation (MCC). Enfin, la multiplication des marches de protestation des Togolais de la diaspora dans plusieurs grandes villes du monde, de Paris à Berlin en passant par Bruxelles, Berne, Washington et Ottawa et bien d’autres villes encore sont, sans doute, une très mauvaise campagne publicitaire pour le chef de l’Etat, appelé à siffler la fin de la récréation.

Faure Gnassingbé devra donc sortir de son mutisme méprisant pour parler à son peuple. La meilleure des solutions aujourd’hui évidentes pour le Chef de l’Etat, surtout au regard de son pouvoir discrétionnaire, est de demander au parlement, une relecture de la loi portant modification constitutionnelle. Et cela appelle au dialogue entre les différents acteurs de la vie politique du pays. Toute autre démarche outre que celle-ci ne serait qu’un piège sans fin.






Autres titres
Togo Jean-Pierre Fabre: ''Ceux qui nous persécutent pensent que nous serons éssoufflés'' 
Togo HCRRUN : Démarrage des activités de prises en charge et d’indemnisation des victimes des violences à caractère politique 
Togo Brigitte Adjamagbo-Johnson: '' Nous achéverons la lutte les mains nues'' 
Togo CEDEAO : Le Togo est une anomalie inacceptable, selon la Coalition 





 18   kakayigan | Samedi, 14 Octobre 2017
  TOGO/Dans les archives de la France : Etienne Éyadéma, sergent marmiton Tchadien de l’armée coloniale devenu une calamité pour le Togo et les Togolais !

Il est engagé en 1953 dans l’armée coloniale française au Dahomey, actuel Bénin sous le Nom EYADEMA, prénom Etienne, et comme date de naissance il est né vers 1930, père et mère inconnus. Le pays de provenance est le Tchad.
A la place de signature il a posé son empreinte digitale car ne sachant ni lire, ni écrire. Il est retourné au Dahomey après les guerres où il a servi durant une dizaine d’années en Indochine, en Algérie et au Niger comme cuisinier avant d’être envoyé avec d’autres compagnons au Togo en 1962 avec le grade de sergent-chef. Avec des compagnons démobilisés, il participe le 13 janvier 1963, à l’assassinat de Sylvanus OLYMPIO, le premier Président démocratiquement élu et père de l’indépendance et de la nation togolaise.
Si nos souvenirs sont bons, à sa prise du pouvoir le 14 avril 1967, le sergent-chef Etienne EYADEMA avait des balafres sur le visage. Et subitement, au fil des années, il aurait subi des soins esthétiques pour les faire disparaître de son visage. Pour quoi cela ? Les rumeurs faisant de lui un Tchadien, aurait-il été dans un processus de reniement ? Est-ce cela la politique d’authenticité ?
On ne connaît rien de concret sur sa famille (son père et sa mère), son enfance, sa scolarité et son éducation, soigneusement entourées d’un halo de mystère. Une bande dessinée à sa gloire parue en 1976 évoque pour la première et unique fois le souvenir de son père, tué pour s’être rebellé contre les travaux forcés imposés par l’administration coloniale. Ce n’est que de pures affabulations pour tromper le peuple.
Dans les années 1980, les Togolais ont découvert que sa mère, Maman N’Danida, serait née en 1878. Où et quand? Mystère ! On nous apprend que cette dernière a mis au monde Etienne à l’âge de 54 ans après la ménopause sûrement. Voilà encore un grotesque mensonge des soi-disant intellectuels togolais avec la complicité et la volonté d’EYADEMA. Certains attribuent à « Maman N’Danida » une origine guinéenne.
Chose curieuse et étrange, en décembre 1976, la bande dessinée « Histoire du TOGO, il était une fois… EYADEMA », parue sous le ministre de l’Education Nationale Benoît Yaya MALOU de l’époque, fut imposée dans toutes les écoles sur l’ensemble du territoire national aux enseignants. Cet ouvrage a été réalisé par ABC (Afrique Biblio Club) de Paris, un groupe européen, pour tromper le peuple, falsifier l’histoire et escroquer le président Etienne EYADEMA. Etienne est présenté comme « une force de la nature », mais son instruction, probablement arrêtée au cours élémentaire, est passée sous silence et pourtant nous disait-on, qu’il était surdoué et intelligent.
On sait en revanche qu’il fut polygame et qu’il a laissé une nombreuse progéniture. Celle-ci forme avec les collatéraux, le clan Gnassingbé EYADEMA, qui se montre très agressif dans la pratique du népotisme et la gestion patrimoniale de l’économie du Togo.
On passe tout le temps à tronquer l’histoire du Togo et abrutir le peuple, car le sergent-chef Etienne EYADEMA, marmiton de son état, n’avait jamais été chef d’Etat-major de l’armée togolaise. Il n’a assuré que l’intérim et il n’a jamais été confirmé, ni nommé à ce poste par le Président Nicolas GRUNITZKY.
Pour l’histoire et la réalité des faits, Feu Président le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA n’est pas le père de la nation comme on le prétend. Il ne faut pas chercher à tordre le cou de l’histoire. Il est bien inscrit sur le monument de l’indépendance depuis 1960 ce qui suit : « Hommage au Peuple Togolais. Peuple Togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices la Nation Togolaise est née ». Cette inscription est antérieure à l’avènement du régime EYADEMA.
Même sa mort le 5 février 2005 annoncé au peuple et ses obsèques du mois de mars de la même année ne seraient que des mensonges. Car le Général Etienne Gnassingbé EYADEMA ne serait pas mort ce jour-là, mais quelques jours avant et son enterrement aurait eu lieu le 13 février 2005.
Toujours le 13 fétiche. Le programme des obsèques Nationales organisées le dimanche 13 mars 2005 au palais des congrès de Lomé, en présence des invités officiels, les ambassadeurs, les représentants des institutions internationales et les personnalités étrangères ne seraient destinées qu’à détourner les attentions.
Nous invitons les intellectuels, professeurs et historiens togolais à penser sérieusement à réécrire la vraie histoire du Togo le moment venu. Car jusqu’à ce jour le peuple togolais demeure dans le flou total et ne connaît pas l’histoire réelle du Togo.

La Nouvelle

 17   Agliga | Samedi, 14 Octobre 2017
  Je ne comprends plus la naïveté de ce gouvernement ! Depuis le 14 Août 2017, ce n’est plus l’opposition qui dirige la population ! Au contraire, la population pouce et dirige l’opposition - et elle demande l’alternance politique, social et économique - et le retour de la C12 ! C’est très simple ! Pourquoi les dirigeants du pouvoir en place veulent rester sourds et aveugle ? Ils veulent bruler la nation, la terre de nos aïeux ou quoi ? Maintenant qu’ils ont tiré le vain, le sodabi et le choukoutu – ils vont finir par le boire ! Qu’ils sachent absolument que l’histoire les avait rattrapées et qu’un ventre affamé n’a plus d’oreilles. Qu’ils sachent aussi que ceux qu’ils sont en train de tuer, de menacer, de torturer, de brutaliser ont été leur camarades de classe et de banc dans nos universités du Togo, que ce soit à Lome ou a Kara. Ne souviennent-ils pas, ne regardent-ils pas les faces similaires et familières dans ces campus universitaires ? Ne voient-ils pas les réalités de la vie? Mais, oui, en effet, un vendre affamé n’a plus d’oreilles !!!... Le Togo a beaucoup des ventres affamés !... Comme l’Anglais le dit souvent « A hungry man is an angry man ». Méfiez-vous donc pour ne pas brûler le pays. C’est la révolution populaire et non plus un simplement un soulèvement populaire. Souvenez-vous plutôt que vous étiez aussi comme nous et de notre génération.
A bon entendeur, salut ! Ou plutôt, au revoir !!!... Le ballon n’est plus dans votre camp !.... Ne restez-vous plus des rêveurs sournois.

 16   ENAUCUNCAS... | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 14-GNAROU
 
Si GNAROU parle de recul voir de report du référendum, c'est que l'affaire est vraiment dans les tuyaux. BAWARA va la suivre.

J'ai toujours pensé que ce MONSIEUR est un honnête-homme. Euhhhh....dès fois.


 15   ENAUCUNCAS... | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 13-Atalolo
 
C'est gratuit mon cher. Mes droits d'auteur sont tombés dans le domaine publique au profit du PEUPLE TOGOLAIS.

Merci de garder une copie pour notre ami GNAROU.

 14   GNAROU | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Si le delais devient trop court on ne l'organisera pas !!! La constitution actuelle est de vigueur jusqu'à nouvel ordre !!

Rien dans le vote ne limite dans le temps l'organistaion de ce Referendum!! Donc le gouvernement est libre de choisir le moment propice ! Dans 3 ans , 5ans ou meme 100 ans on l'organisera !!

On n'est pas sous pression de quoi que ce soit.
Vous auriez pu eviter ce piege en restant le jour du vote au parlement !

L'OPPOSITION la plus bete du monde !!


Qui prolonge indefinement la vie de ce regime ?? Certainement pas UNIR !!
C'est FABRE .

 13   Atalolo | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 12-ENAUCUNCAS...
  Mon frère Enaucunca, permettez-moi de faire une copie de ce résumé d’ échec du RPT/Unir que vous venez de produire. J’ en ai besoin pour intervenir souvent sur ce site. Merci beaucoup pour votre détermination et surtout pour votre compréhension à vous copier. Bonne journée.

 12   ENAUCUNCAS... | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 7-KASSANDA
 

Il ont déjà commencé à évoquer les raisons pour enterrer leur RÉFÉRENDUM PRÉFABRIQUÉ. Christian TRIMUA à reconnu sur TV5 MONDE des problèmes de délai limité à fin décembre 2017, des problèmes de finance (insuffisance de budget) et des problèmes de calendrier électoral de 2018 (élections législatives et locales)

Bientôt, BAWARA va se prononcé sur le sujet et le référendum est enterré.

Depuis le début du mouvement populaire j'ai fait un CONSTAT IRREFUTABLE qui se vérifie à chaque fois:
TOUT CE QUE LE RPT/UNIR ESSAIE DE DIRE OU D'ENTREPRENDRE SE VOUE À L'ECHEC ET SE RETOURNE CONTRE EUX.

- Annulation du sommet ISRAËL/AFRIQUE.
- Répressions sanglantes des manisfestations avec des morts.
- Contre manisfestation provocatrice du RPT/UNIR.
- Retrait de carte de presse d'une journaliste-reporter de FRANCE 24.
- Coupure d'Internet.
- Jeu trouble du demarcheur ghanéen. Mohamed Ibn Chambas.
- Incidents diplomatiques répétés avec l'OIF qui vont se solder par l'annulation du sommet ministériel prévu à Lomé.
- Interdiction de manifestations en semaine.
- Tentative de Référendum en voie d'avortement.
- Et autres...

Le RPT/UNIR n'a rien réussi depuis le 19 août. Il ne font que payer les pots cassés de leurs erreurs. Même le maintien au pouvoir de Faure est une erreur qu'il paie tous les jours qui passent à coup de centaines de milliards de Fcfa. JUSQU'À QUAND ? ? ?


 11   KOKO | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Voilà un soi-disant docteur en Agronomie (Klassou Komi) et qui n´a jamais exercé une fonction dans son domaine. Le continent africain et en occurence le Togo est rempli de ces conards qui après leurs formations ne servent à rien du tout du point de vue "développement de notre pays". L´agriculture togolaise souffre malgré le nombre croissant d´ agronomes formés et qui au lieu d´aider nos vaillants agriculteurs, font de la mauvaise politique. C´est l´un des drames de ce pays. Il y a tous les corps de metier dans ce pays et ils ne sont pas valorisés, parce qu´une poignée de ces pseudo-élites décide de faire ce qu´elle veulent de notre pays. Et on n´a pas le droit de s´indiger. Les mots me manquent pour décrire ce qui se joue dans notre pays. 50 ans de perdu, pour rien! Et ils veulent nous perdre encore le temps!

 10   Clement Gavi | Vendredi, 13 Octobre 2017
  'Option référendaire : Jusqu’où ira le pouvoir de Lomé ?'

Les temps ont change et voila un pouvoir non seulement illegitime, violent et tyrannique, qui pense encore pouvoir vivre d'anciennes attitudes. Alors, jusqu'ou ira t-il? Jusqu'a sonder l'abime de sa propre misère. Nous peuple Togolais ne reculerons pas. Nous n'abandonnerons pas. Faure Gnassingbe doit partir. Et il partira.

 9   Atalolo | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 5-Edem B. KODJO
  Le plus idiot et crétin des togolais d’ Unir que j’ aie cru lire sur ce site c’ est exactement toi qui croit vivre dans un royaume de la lumière. Un homme fermé aux idées obscures et courtes. Vraiment même Faure que je n’ apprécie pas, présente une bonne mine aux média que ce vilain à l’ image de toi. Votre fin est proche. Dégager pour que le peuple passe! Même si c’est 15000 têtes comme tu le clames ici insolemment de ta bouche puante, elle mérite d’être écoutées. Vous devez savoir qu’ elles réclament quelque chose entant que dirigents! Par ailleurs pour ton information, la victoire est au peuple puisque c’est nous qui demandons. Vous ne pouvez rien nous refuser. Actuellement tu dois être d’ accord avec moi que le Togo est ingouvernable. Ça chauffe dans vos dynasties et le seul moyen dont vous disposer c’est le mutisme vis à vis du peuple. Je te rassure que cela ne va pas durer monsieur.

 8   wadco9 | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Une OPPOSITION banale et pleine des individus d’invalides intellectuels.
Vous êtes maintenant piégés, si vous refusez d’aller au référendum, l’Etat ou le Gouvernement va l’organiser sans vous et sans vos consentements. Si vous acceptez d’y aller, et si le NON- vote gagne il n’y aura pas de changement et l’actuelle Constitution reste valide, et si le OUI- vote gagne il y aura de Changement ou bien une Nouvelle Constitution à la Constitution 92 amandée. Alors dans tous les cas vous êtes piégés. Bande des invalides intellectuels.

 7   KASSANDA | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Tout le monde sait qu'on n'organise pas de référendum ou d'élections dans un contexte de tensions politiques.De plus matériellement le TOGO est incapable de tenir un référendum avant la fin de cette année.
Les apprentis politiciens du Togo sortent des idées et réfléchissent après.
C'est ce que j'appelle les sous doués au pouvoir.
Dans les faits c'est beaucoup plus compliqué puisque tu réponds à une crise en ouvrant une nouvelle crise. C'est pas très malin !
Ils reviendront bientôt sur cette idée de référendum !

 6   Agossi | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Réponse à 4-ENAUCUNCAS...
  Va demander aux Kényans. Il y'a pire, laisse tomber. On va aller au Référendum, il y aura des voyous qui vont sd'exposer et qui vont écoper de lourdes, très lourdes peines dans la magnifique prison de Lomé et il n'y aura rien. Mais rien du tout. L'opposition en ne participant pas à la mise en place de la CENI par son boycott à encore une fois laisser le champ libre au parti UNIR. Mais ils sont cons. Le seul endroit où ils peuvent faire légalement pression sur le cours des choses ils zappent et après ils vont venir pleurer qu'on les a brimés. Maintenant nous tous on voit clair.
REFERENDUM DIRECT.

 5   Edem B. KODJO | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Si les opposants togolais sont des apprenants en politique, à UNIR les gens sont de véritables bêtes politiques.
Une opposition minoritaire ne peut pas imposer son point de vue à la majorité tout simplement parce qu'elle réussi à mette 15. 000 badeaux dans les rues de Lomé. Quinze mille badeaux ne constituent pas le peuple togolais.
Et puis des idiots de l'opposition demandent une relecture du projet de loi à l'hémicycle. Ils devaient réfléchir par 2 fois avant de quitter l'assemblée nationale au moment de l'étude du projet de loi.
Eux qui ont rediffusé de voter demandent une relecture du projet de loi. Eux qui ont reffusé le dialogue courent derrière le dialogue à présent. De vrais crétins en politique ! Ils pensaient renverser le pouvoir par la rue. Après avoir lamentablement échoué, ils reviennent la queue entre les jambes.

 4   ENAUCUNCAS... | Vendredi, 13 Octobre 2017
 
IL NE PEUT PAS Y AVOIR RÉFÉRENDUM SANS CONVOCATION DU CORPS ÉLECTORAL.

QUI VA OSER CONVOQUER DES ELECTEURS DANS CE TOGO LÀ ? ? ?

Arretez vos blagues.


 3   GNAROU | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Quelle question idiote !!

Jusqu'au Referendum biensur . La loi nous laisse -t-elle un autre choix ??


 2   Kozah Nostra | Vendredi, 13 Octobre 2017
  Jusqu'où ira le pouvoir de Lomé? CERTAINEMENT JUSQU'À SA PERTE?!! Qui peut raisonnablement croire que Faure Al Capone GNASSINGBE et sa mafia de mangeurs de ch.ien (la Kozah Nostra) cobtinueront à prendre en otage après au plus tard 2020????

 1   k | Vendredi, 13 Octobre 2017
  J'aurais appris que Faure donne des cadeaux très chers aux Présidents des pays étrangers surtout si ces derniers ont leurs anniversaires ou jours de leur indépendance, raison pour laquelle aucun Président n'a osé dire un seul mot sur le cas Togolais ! Malgré toutes les lettres que nous avions écrites, la communauté Internationale se tait sur le cas Togolais ! Personne n'ose dire un mot parce qu'ils sont tous corrompus !!! Même les diplômâtes au TOGO tandis que 95-98 % de la population Togolaise a faim !!!!!! Mais avec la prière des nos aïeux, un président en exercice va parler un jour pour dénoncer le cas du TOGO !

Le salot Gil, tu as trompé le peuple pendant des années, cette fois ci, tu vas payer cher jusqu'à ta tombe !!!
Tu es corrompu avec des milliards et tu tournes le dos au peuple Togolais ! J'aurais appris qu'il aime boire du vin très cher, c'est ce que papa Eyadema lui donnait avant sa mort, cette fois ci, Faure lui donne du vin très cher, du champagne très cher et peut être du Sodabi de Vogan!

La communauté Internationale est corrompue par le Gouvernement qui boit du sang des Togolais ! Le Gouvernement sanglant du TOGO veut organiser un Referendum pour sauver sa peau !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Les résultats de ce referendum sont déjà connus !Vous allez aller encore falsifier les résultats de ce référendum pour dire au peuple que vous avez la majorité pour s'éterniser au pouvoir à vie !
Les resultats de ce referendum sont déjà connus !Vous allez aller encore falsifier les résultats de ce référendum pour dire au peuple que vous avez la majorité pour s'éterniser au pouvoir à vie !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !
Unicité des Togolais pour libérer le TOGO !!!! J'appelle Tous les partis politiques(Oppositions) , Unissons-nous contre ces assassins et bandits qui dirigent le TOGO depuis 50 ans !!
Tout le TOGO doit se mobiliser ! Paysans ou agriculteurs(Les bandits au pouvoir sont entrain de saisir par force vos Terres ancestrales et se sont ces Genéraux et lieutenants qui envoient des soldats pour vous intimider et prendre par force vos Terres ancestrales donc sortez aussi pour manifester), artisants, couturiers, enseignants, economistes,vendeurs, pauvres ou riches, femmes de foyer, militaites democrates, policiers democrates,enfants, ecoliers, universitaires,hommes professionnels,religieux: catholiques, baptistes, musulmans,atheistes, les vodoussis, vieux et vielles), La diaspora Togolaise à l'étranger, personne ne doit pas rester à la maison etc !! Les Blancs et Asiatiques n'oublient pas leurs Rituels de leurs ancestres et nous les Africains on veut les rejeter !! Ce sont des erreurs !!!!!!!!!!!!!!!! Revenons aux cultes de nos ancestres le jour J de la liberation!!!!!!! J'aurais appris qu'au TOGO même au Ghana, il y a des cultes qu'on fait, même si on tire sur toi, le fusil ne va jamais t'atteindre, c'est ce que NKromah ou Kotoka du Ghana avaient ! Allez s'approprier ou avoir ces choses si possible pour se protéger le jour J (ces informations sont uniquement pour les adultes),
Attention: N'oubliez pas notre culture africaine,j'appelle Tout le monde à faire ceci: Il faut aller voir les mans de nos ancestres et prier pour eux: les Vodous, Legba, Togbezikpi, les Bokonons, ceux qui vont à l'église, tenez la croix de Jesus dans vos mains le jour J, Musulmans tenez vos totems dans vos mains le jour J,
Togolais et Togolaises Le TOGO nous appelle tous pour le libérer !
Les bandits qui nous gouvernent depuis 50 ans , ça suiffit ! 11 ans de négociation avec le gouvernement et cela n'a rien donné ! Le gouvernement a toujours roulé les Oppossants dans la farine ! Le TOGO n'est pas une Dynastie ou un Royaume ! Le TOGO est une République ! Les marches vont toujours continuer jusqu'au départ des voleurs, des vautours et des assassins du pouvoir ! Jean Paul II a dit n'ayez pas peur, Dieu le tout puissant vous aidera !
La communauté Internationale a des yeux sur vous les Assassins des TOGOLAIS ! Ceux qui tuent les Togolais vont payer tous !!! On a mis LES USA, La France, l'Union Europenne et même la Russie au courant !!
Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !Faure Must GO !
Kevin
La diaspora Togolaise en Amerique du Nord


LES PLUS COMMENTES
Togo - Une marée humaine dans les rues de Lomé ce jeudi

Togo - Fabre, Adjamagbo et autres font le départ à Atikoumé

Togo - Faure Gnassingbé aujourd’hui à Atakpamé, la population dans la rue pour son départ

Togo - Jean Pierre Fabre : 'Nous avons tiré des leçons de l’expérience et nous ne lâcherons rien'

Togo - Déclaration de la rencontre de Paris

Togo - Les rues de Lomé déjà noires de monde

Togo - Une nouvelle mobilisation commence demain...

Togo - Prochaines manifestations : PNP Kara veut faire un test au gouvernement

Togo - L'opposition ne se rendra pas à la réunion consultative du gouvernement

Togo - Mme Adjamagbo révèle les manœuvres du régime pour déstabiliser la Coalition de l’opposition




Togo Afrique Monde