Togo Une conférence publique pour marquer le deuxième anniversaire de La Gazette du Togo

iciLome


2 Commentaires |Lu : 1604 fois

5 février 2016-5 février 2018, il y a deux ans que la Gazette du Togo informe le public sur l’actualité togolaise. Pour ce deuxième anniversaire, une messe a eu lieu mardi et une conférence samedi dernier autour de divers sujets socio politiques et économiques sans oublier le secteur de la santé.

L’assistance a eu droit à une projection rétrospective sur les grands événements de l’année 2017 jusqu’au dialogue qui s’annonce avant l’ouverture des échanges avec divers invités.

En politique, le public a été entretenu sur le thème, « les acteurs politiques face aux aspirations profondes du peuple : Défis et perspectives ». Pédro Amuzun, ancien vice-Président de la CENI a laissé entendre que «les aspirations profondes d’un peuple seraient de vivre en paix et vivre en paix signifie s’éduquer, se soigner. Mais si la paix au Togo est menacée, c’est qu’il y a une oligarchie qui a pris en otage le pays ». «L’opposition a commis certes des erreurs qui sont à minimiser puisqu’elle n’a pas pris les armes contre son pays », a-t-il déclaré. Pour l’heure des défis restent certes à relever et l’apport de la population n’est pas négligeable.

« Quel acteur et quelle politique économique pour une relance de l’économie Togolaise ? », tel a été le thème sur l’économie. L’économie togolaise n’est pas non plus reluisante. Dans un exposé détaillé, Ouro-Akpo Tchagnao, député de l’ANC à l’Assemblée Nationale est revenu sur les crimes économiques dans tous les secteurs. Des chiffres sur l'endettement de l’état togolais qui font froid dans le dos ( sur lesquels nous reviendrons en détail). « A l’Assemblée Nationale, le budget de l’Etat s’impose comme une ordonnance médicale », a-t-il dénoncé.

Dr Gilbert Tsolenyanu et Pr David Dosseh, n’ont pas passé par quatre chemins pour déclarer que la santé togolaise est malade à l’image du pays. Avec des preuves à l’appui (des images de trois centres hospitaliers universitaires), David Dosseh a démontré le manque criard d’équipements et de personnel soignant dans ces centres.

Enfin parlant de l’élite togolaise, les Pr Togoata Apédo-Amah et David Dosseh ont évoqué une servitude volontaire de ceux qui se clament élites mais n’arrivent pas à prendre une position claire. « Professer signifie dire clairement et haut son opinion », a expliqué David Dosseh. Ces enseignants qui ne portent pas loin leur voix sont poussés par la soif du carriérisme, d’opportunisme et une culture de la résignation. «L’enseignant est d’abord formateur de citoyen», a expliqué Togoata Apédo-Amah

La Gazette du Togo a encore de beaux jours devant elle avec des défis certes. « Il faut parfois prendre des risques de déplaire à certains pour réaliser un projet qui se révèlera utile à tous», a écrit Idelphonse Akpaki, DP de la Gazette du Togo.

Magnim








Autres titres
Togo Revue de presse du 16 février 2018 
Togo Lancement officiel du rapport du Baromètre des Médias Africains-Togo 2017 

Togo Revue de pesse du 14 février 2018 
Togo L’UJIT fait l’état des lieux des médias togolais 

Togo Revue de presse du 12 février 2018 
Togo Revue de presse du 9 février 2018 

Togo Les dernières informations relatives au fameux dialogue 
Togo Revue de presse du 5 février 2018 

Togo Revue de presse du 22 décembre 2017 
Togo Les enjeux du dialogue. Les jalons du futur dialogue sont en train d’être posés. Des journaux relèvent les enjeux… 





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle





 2   SOURADJI
Mardi, 13 Février 2018
  Mieux vaut tard que jamais ,dit un adage alors bon anniversaire GAZETTE du TOGO .
Permettez que je cite un passage du compatriote RODRIGUE sur la photo :
... que le porc apres avoir pris son bain ne retournerait pas dans la salete ,fin de citation .
Un passage plein de la vie politique de notre pays ,la terre de nos aieux.

 1   Clement Gavi
Mardi, 13 Février 2018
  'vivre en paix et vivre en paix'

Vivre en paix, c'est vivre, c'est à dire, se conduire de telle manière que les contenus de sa conduite participent à la paix qui est l'effet, c'est à dire, la conséquence de l'agrégation des conduites. Ainsi, vivre en paix, c'est vivre dans une atmosphère de justice. Parce que la justice est faite de deux principes: le principe du respect d'autrui et celui de la protection de soi.

La réalité du Togo est que pays depuis plus de cinquante ans, un groupe de terroristes s'arroge le droit de mépriser, d'assassiner, de blesser, de ruiner les générations. Face à une telle réalité diabolique et inhumaine, le peuple a non seulement le droit, mais encore, le devoir de résistance sacrée.

Il faut résister ces terroristes en acceptant les sacrifices.



LES PLUS COMMENTES

Togo - Video/ Eric DUPUY:"La question des mesures d'apaisement sera réglée demain à la première heure" 24

Togo - vidéo/Daniel Oseï: "le reglèment intérieur fournit un éclairage sur les différents aspects du dialogue" 28

Togo - Document portant règlement intérieur du dialogue "Lomé 2018" 98

Togo - Daniel Oseï: "Ce qui nous impressionne, c'est la bonne volonté des deux parties" 40

Togo - Jacob Zuma démissionne pour sauver des vies humaines sur lesquelles on roule pour conquérir et garder le pouvoir ailleurs 52

Togo - Vidéo/L'Ambassadeur Daniel Osseï répond aux questions des journalistes 38

Togo - Dialogue"Lomé 2018":Les deux parties s’accordent sur les objectifs principaux 27

Togo - Dialogue: la jeunesse UNIR appelée à jouer son rôle avant-gardiste 22

Togo - Droits de l’Homme : Le président du REJADD sous pression 26

Togo - Dialogue "Lomé 2018" : La journée du 15 Février en images 29




Togo Afrique Monde
HOME Revue de presse

Politique Sport

Societe Economie

Opinion Chronique sante

Interviews Conseils des ministres

Togo Afrique

Monde Faits divers