Togo FAT et dialogue: Gerry Taama toujours pas 'net'

iciLome


Commenter |Lu : 7198 fois

«Laissons l'armée en dehors de nos histoires politiques»; ainsi s’intitule une tribune dans laquelle l’ancien officier des FAT cache mal son faible pour les corps habillés qu’il a abandonnés pour des raisons propres à lui avant de s’engager dans la politique. Depuis lors, le président du NET (Nouvelle Engagement Togolais) est tout sauf net, une attitude qu’il mettra sur le dos de sa situation de centriste.

«Les Forces Armées Togolaises sont une armée nationale, républicaine et apolitique. Elles sont entièrement soumises à l'autorité politique constitutionnelle régulièrement établie », écrit l’homme de Siou, qui s’offusque de ce que certains acteurs politiques voudraient que l’armée soit associée au dialogue en perspective.

Alors que de plus en plus de gens sont convaincus que même Faure Gnassingbé est piégé par ces hommes armés qui gouverneraient le pays dans l’ombre, Gerry Taama s’inscrit en faux. «Les forces armées sont soumises au gouvernement et à leur commandant en chef qui est le président de la République. Voilà pourquoi des militaires sont tombés en protégeant le premier ministre Koffigoh, parce qu'il représentait une autorité constitutionnelle», argumente-t-il tout en enchaînant:

«Des gens arguent que ce qui s'est passé en 2005 avec une allégeance (proprement scandaleuse) des militaires à Faure justifie cette présence, c'est oublier que cette même armée, désavouée par la communauté internationale, s'est soumise au pouvoir civile quand il a fallu respecter tout de même la Constitution».

Cette phrase ne sonne-t-elle pas comme si c’était Faure Gnassingbé qui avait confisqué le pouvoir à la mort de son père et que l’armée n’y a aurait fait qu’ajouter son soutien. Or, on a vu à la télévision nationale, 4 généraux de l’armée confier le pouvoir au fils du Général Eyadema qui ne s’en séparera jamais. De 1963 à 2005, l’armée a toujours retiré le pouvoir de force pour le confier aux personnes à son gout, de Nicolas Nicolas Grunitzky, Antoine Meatchi à Faure Gnassingbé après le général Gnassingbé Eyadéma. Ça, Gerry Taama ne le dit pas, même s’il n’arrête pas de s’inspirer du passé dans sa tribune.

De même, n’est-ce pas injuste de déclarer qu’en 2005 l’armée avait fini par se conformer à la Constitution suite au durcissement du ton de la communauté internationale? Abass Bonfoh était-il constitutionnellement habileté à assurer la transition en 2005 ? Gerry est mieux placé pour le savoir. Si les frontières fermées ont pu trouver une faille pour laisser entrer un certain Charles Debbasch, ce n’est pas au président de l’Assemblée nationale à cette époque qu’on pouvait refuser cette faveur.

C’est déjà louche quand cet ancien officier des FAT surfe sur le loyalisme de la garde rapprochée dans les années Koffigoh pour déclarer que toute l’armée togolaise est républicaine.

Que l’armée prenne place ou non au dialogue relève peut-être d’un autre débat certes. Mais la question du caractère «républicain» et «apolitique» des FAT ne reste-t-elle pas à prouver?


«Voici plusieurs années que nous plaidons pour l'existence de tribunaux militaires (la loi a été votée), sans obtenir aucun échos chez nos camarades parlementaires, pour connaitre des infractions commises par les forces de défense, surtout à l'endroit des populations civiles», écrit Gerry Taama. Question: Qui se charge de promulguer et mettre en application une loi déjà votée à l’Assemblée nationale en avril 2016 ?
Que peut une Assemblée nationale qui n’arrive même pas à obtenir des explications sur l’augmentation du budget de la Défense pour le compte de la Loi de Finances 2018 ?

Difficile donc de comprendre la ligne politico-éditoriale du NET qui se proclame «centriste et fier de l’être». Peut-on nécessairement trouver une position «centriste» en toute situation? la question pend.

A. Lemou







Autres titres
Togo Père AFFOGNON a prié pour les détenus politiques du pays 
Togo Prof. David Dosseh : « Nous voulons leur dire, nous ne vous oublions pas, nous allons continuer à nous battre jusqu’à votre libération » 

Togo Père Marie-Chanel Affognon : « Je suis venu prier pour les détenus politiques du pays » 
Togo Une bougie à l'intention de tous les détenus politiques du pays 

Togo L'ambiance lors du meeting de la jeunesse de l'ANC dimanche à Bè-Kodjindi 
Togo La femme de Joseph Eza très en colère contre les forces de l'ordre 

Togo L'atmosphère tendue devant l’Ambassade du Ghana ce lundi matin 
Togo Me Raphaël Kpandé-Adzaré : « Ils ne peuvent pas venir nous chasser devant l’Ambassade du Ghana » 

Togo Nicodème Habia menacé par un Gendarme devant l'Ambassade du Ghana 
Togo Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson indignée par l’assaut des forces de l’ordre à l’ambassade du Ghana 







LES PLUS COMMENTES

Togo - Nicodème Habia menacé par un Gendarme devant l'Ambassade du Ghana 28

Togo - Recomposition de la CENI : Gerry Taama réagit... 49

Togo - Communiqué final du Comité de suivi 24

Togo - Gilbert Bawara : « Le processus va se poursuivre dans un élan d’inclusion et de participation plus grande de toutes les parties prenantes » 46

Togo - Me Dodji Apévon : « Ce que nous avons pu obtenir aujourd’hui, c’est la recomposition de la CENI » 31

Togo - Togo Debout prévient la Coalition des 14... 26

Togo - Fin des travaux à l’hôtel 2 Février : La recomposition de la CENI d’ici 30 septembre 85

Togo - 2e réunion du Comité de suivi : L'ouverture des travaux en images 23

Togo - CENI : Des élections à hauts risques ! 26

Togo - Chronique de Kodjo Epou : La Marche à Reculons 39




Togo Afrique Monde
HOME Revue de presse

Politique Sport

Societe Economie

Opinion Chronique sante

Interviews Conseils des ministres

Togo Afrique

Monde Faits divers