Société

-

Togo Un juge refuse à un hopital d’amputer les jambes d'un togolais du Canada

7 Commentaires | Lu : 2675 fois

Pour la première fois au Québec, un hôpital s’est rendu devant le tribunal pour avoir le droit d’amputer les membres nécrosés d’un homme qui refusait ces opérations. Une demande rejetée par la cour.

L’homme de 44 ans, dont seules les initiales K. D., originaire du Togo, est hospitalisé au Centre hospitalier universitaire de Montréal depuis le 11 décembre puisqu’il « présentait des engelures sévères aux quatre membres », selon le jugement rendu la semaine dernière en Cour supérieure.

Sans famille, ami, logement ou source de revenus, le CHUM allègue qu’il aurait tenté d’aller vivre à Sorel. Il aurait pris l’autocar de Longueuil, puis aurait poursuivi sa route dans la voiture d’un étranger qui l’aurait abandonné près de Yamaska. Il aurait trouvé refuge dans une maison vide, sans eau ou nourriture, jusqu’à ce qu’il appelle les policiers à son secours.

Trouble psychotique

Voyant ses engelures évoluer vers des nécroses jusqu’à la moitié inférieure des jambes, le CHUM a conclu, le 27 décembre dernier, que seule l’amputation pouvait le sauver. De plus, selon une psychiatre de l’hôpital, l’homme souffre « d’un trouble psychotique non spécifié ». Il est jugé inapte à consentir aux soins, ce que le Tribunal reconnaît.

« Les parties, non plus que le tribunal, n’ont pu retracer de jurisprudence québécoise par laquelle un tribunal a autorisé une amputation dans le cadre d’une ordonnance de soins », écrit le juge Gérard Dugré dans sa décision.

Il souligne que le défendeur ne semble pas comprendre les causes de son état, blâmant des antibiotiques pour ses doigts nécrosés. Il ajoute que l’homme affirme aussi croire que ses jambes reviendront à la normale.

Suivi médical


Toutefois, devant le refus « absolu, indiscutable, clair et net » de l’homme et le fait que le CHUM n’a pas prouvé le besoin « immédiat » des opérations, le juge les a refusées. Il ordonne tout de même un suivi de la médication antipsychotique et antibiotique.

« On ne peut pas imposer n’importe quel soin à un patient inapte », souligne l’avocat du défendeur Me Patrick Martin-Ménard. Il rappelle que le Code civil du Québec soutient qu’en cas d’urgence, le consentement n’est pas nécessaire pour des soins médicaux, sauf s’ils sont « inusités » ou si « leurs conséquences pourraient être intolérables ».

https://www.journaldemontreal.com







Autres titres
Togo Entrepreneuriat des jeunes : Le concours « FOJEC 2019 » officiellement lancé
Togo Projet des Agropoles : L’expertise coréenne sollicitée par le Togo

Togo BPEC : Des employés en colère
Togo Le gouvernement s’engage dans la lutte contre les catastrophes dans les Lacs

Togo 5e édition de l’ALEF : L'IAAS-Togo engagée à orienter les étudiants vers agro-bu
Togo Environnement : La FAO part en guerre contre l’érosion côtière au Togo





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 7   gozé
Mardi, 15 Janvier 2019
  Arrêter de vous lancez des injures

 6   Franck
Lundi, 14 Janvier 2019
Réponse à 4-Clement GAVI
  Clément gavi dans don incohérence,ses turpitudes et idioties perpétuelles sur ce site ils sont au moins un peu nombreux sur ce site à être stéréotypés incendiaires, aigris,revanchards notoires et tribalistes éhontés du siècle malgré l'évolution de l'humanité à déshumaniser des pratiques rétrogrades intellectuelles ce monsieur gavi est toujours hors sujet ou tente de faire l'apologie d'un événement qui ne cadre pas avec le sujet en question

 5   LU POUR VOUS
Dimanche, 13 Janvier 2019
  GILETS JAUNES | Dimanche, 13 Janvier 2019 - 9:4
Il serait hasardeux de se lancer dans une passion qui va immédiatement semer un clivage au sein des paroissiens. Aucun gain puisque l'église est censée accueillir tout le monde. Dixit l' AVEUGLE



dans les temps anciens les Rois et Empereurs consultaient les prêtres qui d' ailleurs étaient leurs Conseillers Spirituels
L'INEXISTENCE D'UNE OPPOSITION RECONNUE JUSTIFIAIT ALORS L' INTERVENTION DES PRÊTRES AUPRÈS DES SOUVERAINS.
Sommes-nous encore aujourd' hui dans la même situation



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019