Société
Mali

La Confédération Générale des Transporteurs Terrestres et Fluviaux en grève

AFRICAHOTNEWS.COM

Commenter | Lu : 630 fois

Le syndicat du secteur des transports terrestres et fluviaux annonce un débrayage de 72h dès le 12 février prochain. Ils réclament de meilleures conditions de travail et de vie.

Les conditions de travail de ses membres seraient peu enviables à en croire la Confédération Générale des Transporteurs Terrestres et Fluviaux du Mali (C.G.T.T.F.M). « C’est le transporteur qui nourrit tout le monde mais le transporteur n’est même pas nourrit » s’insurge le secrétaire général de la Confédération Générale des Transporteurs Terrestre et Fluviaux du Mali.
Pour que ça change, les transporteurs terrestres et fluviaux envisagent se faire entendre à travers une grève de 72h. « Abus de contrôles routiers et fluviaux, tracasseries et débours financiers énormes; l’inertie de l’administration, vaines réunions et rencontres avec les autorités de tutelles, mauvaise gouvernance du secteur des transports » telles sont les dénonciations de ladite confédération.

A travers cette grève, le syndicat exige : « l’arrêt systématique du contrôle routier intempestif à Bamako et l’application de l’arrêté interministériel n°02-0712/MICT/MPSC/ MEF/MEATEU/MATCL/SG déterminant les modalités pratiques de l’implantation et du fonctionnement des postes de contrôle, des carrefours de circulation et des carrefours de fluidité dans les périmètres urbains; la mise en application effective de l’arrêté interministériel n°1529/MT-MSPC-MEF-MC-MAT du 29 mai 2017 fixant le nombre et le lieu de l’implantation des postes de contrôle sur l’ensemble du territoire de la République du Mali ; l’application des dispositions du règlement n°14, Directive n°08/2005/CM/UEMOA relative à la réduction des points de contrôles sur les axes routiers inter-états de l’UEMOA , et des textes nationaux subséquents relatifs à la fluidité du trafic, aux postes des contrôles routiers , aux modalités de contrôles et à la charge de l’essieu; l’observation stricte par les autorités des rôles dévolus aux organisations patronales des transporteurs et aux établissements publics et professionnels dans les domaines de la gestion fret ; l’arrêt systématique des contrôles des pirogues et des perceptions de faux frais sur le tronçon fluvial Gao-Diré-Mopti et la sécurisation de la navigation fluviale sur cet itinéraire ; l’application stricte du barème de pénalités tel que définis par l’arrêté interministériel n°2797/MICT-MEF-MJ-MJPC-SG fixant les taux des amendes forfaitaires en matière de circulation routière et le décret n°06-415/P-RM du 27 septembre 2006 portant modification du décret n°99-6134/P-RM du 26 mai 1999 fixant les conditions de l’usage des voies ouvertes à la circulation publique et de la mise en circulation ; et enfin la mise en place d’un cadre de concertation entre les organisations patronales (privés) et les organismes publics pour l’amélioration et l’évaluation des mesures convenues pour l’émergence du secteur des transporteurs au mieux de l’intérêt de l’économie malienne ».

La grève des 12, 13 et 14 février prochains pourra paralyser les activités dans plusieurs secteurs d’activités.





Autres titres
Mali Police de l’ONU à Goundam: Etablir et entretenir la confiance avec la population
Mali Massacre de Ogossagou: un deuil national de 3 jours décrété

Mali Ministère des affaires étrangères: vers un débrayage de 72h des agents
Mali 296 millions de dollars recherchés par les acteurs humanitaires pour assister 2,

Mali Communiqué de la CNDH relatif à la situation des cheminots
Mali Transport: le développement des Chemins de fer en marche






Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019