Politique

iciLome

Togo Jean-Pierre Fabre : « En Algérie, tout le monde a mis la main à la pâte »

45 Commentaires | Lu : 2755 fois

Faut-il tirer des leçons de la lutte du peuple algérien ? Cette question a été posée aux leaders de la Coalition des 14 mardi à la conférence de presse.

A en croire Jean-Pierre Fabre, le régime d'Abdelaziz Bouteflika n'est pas différent de celui des Gnassingbé au Togo. Seulement pour contester le cinquième mandat de leur président, les Algériens, des élites aux fonctionnaires, des journalistes aux étudiants, en passant par des populations lambda, tous ont mis la main à la pâte.

"Ils ont empêché ce cinquième mandat dans la rigueur, dans la discipline. Certains ne sont pas restés à la maison en disant que c'est l'affaire des marcheurs, et que nous nous sommes des intellectuels, des avocats, magistrats, etc. Tout le monde a mis la main à la pâte", a indiqué le président de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC)

Selon lui, cette rigueur, cette discipline, cet type d'engagement général constaté chez le peuple algérien manque vraiment au Togo.

L'homme politique a profité de l'occasion pour inviter l'élite togolaise à s'engager davantage dans la lutte.






Autres titres
Togo Kohan Binafam et Eric Dupuy défendent l'intégrité des leaders de la C14
Togo Fulbert Attisso : « Nous voulons rompre avec le culte de la coalition messie »

Togo Coalition des 14 : Fabre regrette le comportement des déserteurs
Togo François Boko: 'Mon retour est acté'

Togo Gabriel Dosseh-Anyron: « La Coalition fera sa remontada en 2020»
Togo Me APEVON : « Je suis vraiment triste… »





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 45   KOZAX
Mardi, 19 Mars 2019
  . Jean-Pierre Fabre est vraiment mal placé pour faire cette référence à l'Algérie. S'il a pris le temps d'observer et d'analyser les récents évènements en Algérie, il aurait pu relever les tares de l'opposition togolaise dont il est l'un des ténors.
1. Les dirigeants de la lutte contre le régime de Bouteflika n'ont pas remis le sort de leur peuple au bon soin des médiateurs. Et quand bien même on leur aurait proposé une médiation, ils n'auraient JAMAIS suspendu les manifestations pendant les négociations.
2. Ils ont pris en compte les demandes du peuple qui réclamait sans ambages le départ de leur président.
3. Pour les manifestations, les dirigeants de l'opposition algérienne ne se sont pas laissé imposer un itinéraire stratégique par le gouvernement.
4. Si le gouvernement algérien avait offert des bouteilles d'eau et des parapluies aux leaders de l'opposition algérienne pour les manifestants, ces leaders les auraient rejetés avec mépris.
5. Au Togo, les 'étudiants, les professionnels de la santé, les conducteurs de taxis motos, et d'autres secteurs de l'économie se sont joints aux manifestations. Ce qu'on les a vus faire n'avait rien qui puisse ébranler le régime.

L'année dernière, j'ai mentionné à plusieurs reprises l'exemple de l'Arménie où des manifestations bien organisées par des leaders dignes de ce nom n'ont pas duré des mois avant de provoquer la démission du chef de l'Exécutif.
Au Togo, au lieu de marcher sur la présidence et exiger le départ de Faure, Jean-Pierre Fabre et ses pairs conduisaient les manifestants vers la plage.
Quand les manifestants scandaient "Faure must go", réclamant ainsi le départ immédiat du président mal élu, les dirigeants de la C14 parlaient d'alternance à la tête de l'État.

 44   tedlesaint1
Vendredi, 15 Mars 2019
  C'est triste pour l'opposition togolaise qui depuis plus de deux décennies est en panne de stratégie pour asseoir une alternance politique au Togo. Un groupuscule de politiciens radicaux, à leur tête le dirigeant de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre qui ne manquent pas une occasion de faire le parallèle de la situation sociopolitique togolaise avec une situation sociopolitique sous d'autres cieux au fil de l'actualité. Selon l'ancien Chef de file de l'opposition togolaise Jean-Pierre Fabre, en Algérie, toutes les forces vives se sont mobilisées pour que le Président de la République Algérienne Abdulaziz Bouteflika soit contraint de renoncer à son cinquième mandat. Comme peut-on faire avec cette actualité algérienne un parallèle avec ce qui se passe dans notre pays le Togo? En Algérie, a bien voir les politiques n'étaient pas au-devant de ces manifestations qui ont amené le Président Algérien à renoncer à ce mandat supplémentaires. Il faut rappeler que ce pays maghrébin à connu les affres de la guerre et un grand nombre de politiciens sont vomis par la population. Aussi l'âge et l'état de santé de ce chef de l'état suscite beaucoup d'inquiétude, enfin il faille un tant soit peu donner aussi une place à la jeunesse algérienne. Au Togo, à bien voir un grand nombre de leaders politiques lutte non pas pour l'intérêt général mais pour leurs propres poches.

 43   france
Vendredi, 15 Mars 2019
  bandit
l armee est sortie en algerie pour tuer
moi je resterai la maison tu appeles les gens au togo



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019