Politique
Togo

Boko empêché d’embarquer pour le Togo: des interrogations aux zones d’ombre

iciLome

32 Commentaires | Lu : 4087 fois

Il y a quelques jours nous publiions un article où nous nous demandions d’après les tenants et les aboutissants de la décision du compatriote Akila-Esso Boko de revenir au pays. Nous émettions plusieurs hypothèses concernant les éventuelles garanties ou promesses à lui faites dans les diverses chancelleries occidentales qu’il avait eu à visiter. Nous nous posions surtout, comme beaucoup de nos compatriotes au pays et dans la diaspora se les posent, moult interrogations sur le rôle qu’il aura à jouer sur le plan politique une fois revenu. Ira-t-il avec armes et bagages vers le régime qu’il avait dû dénoncer il y a 14 ans, ou rejoindra-t-il la lutte contre la dictature aux côtés de l’opposition vraie? Voilà quelques-unes des nombreuses questions que notre dernier texte posait.

Aujourd’hui nous en savons un peu plus, ou pas du tout. François Akila-Esso Boko n’est pas revenu comme annoncé au Togo jeudi 28 mars 2019. Il fut empêché d’embarquer à bord de l’avion de la compagnie Air-France. Après cette humiliation de Boko à l’aéroport Charles de Gaulle, et après nos dernières interrogations, d’autres questions encore plus pressantes, et surtout beaucoup de zones d’ombre viennent s’ajouter à la confusion de la saga Boko.

Pourquoi malgré l’assurance du début qu’affichait Akila- Esso Boko, les choses n’ont pas marché? À quel niveau le ver s’est -il introduit dans le fruit? Pour une personnalité d’une telle grande intelligence, il est curieux que l’entourage, dont d’éminents avocats, et Boko lui-même n’aient pas pris des précautions pour éviter un tel faux pas, surtout quand on connaît la dangerosité du régime qu’on a en face. Pour quelqu’un qui a des ambitions de présidentiable dans son pays, de telles erreurs de parcours ne sont pas permises. Et s’il est avéré que la fuite de son interview sur RFI dans les réseaux sociaux avant diffusion officielle vient d’une maladresse de l’intéressé lui-même, alors M. Boko doit à l’avenir revoir ses méthodes, son entourage et surtout sa façon de communiquer.

Dans cet imbroglio il y a les théoriciens d’un deal caché entre Boko et Faure Gnassingbé pour qui le refus du régime Gnassingbé de laisser le Saint-Cyrien revenir au Togo ne serait que joué afin de faire passer Akila-Esso Boko pour un opposant redoutable, et ensuite revenir pour faire semblant d’être contre le pouvoir alors qu’il est à son service. Personnellement je ne penche pas vers cette hypothèse.
Et si Boko avait refusé de mordre à certaines des conditions que Faure Gnassingbé lui posait à travers ses émissaires, pour revenir en citoyen libre, cela pourrait avoir indisposé le régime de Lomé qui ne supporterait pas d’avoir dans ses murs une personnalité qui ne cesse de dire dans ses interviews qu’elle ferait une offre politique à l’opposition.

Trève de spéculations! Que ceux qui pensent que Faure Gnassingbé accepterait une solution à la Congolaise cessent de rêver. Nous avons en face un régime qui n’entend pas faire des réformes dignes de ce nom pour permettre des élections libres et transparentes. Nous avons en face un pouvoir, dont au centre Faure Gnassingbé, qui n’entend pas quitter le pouvoir de sitôt. Pour lui tout opposant qui refuse de se faire corrompre et qui n’est pas avec lui, est un ennemi à abattre. Tant que le statu quo sans réformes persiste, Faure continuera à se choisir ses opposants et ses candidats surtout pour la présidentielle de 2020. Les candidatures sérieuses seront empêchées, et puisque nous sommes en dictature les raisons fallacieuses et fantaisistes ne manqueront pas.

C’est pourquoi il faut s’organiser pour mettre fin à la dictature. C’est pourquoi la solution à la crise togolaise se trouve entre les mains du peuple. Seules les populations togolaises sont à même de renverser ce régime et mettre fin à l’arbitraire. Imaginez une marée humaine dans toutes les principales villes du Togo et le tour est joué. Le Parti National Panafricain (PNP) organise le 13 Avril prochain des manifestations pacifiques de rue dans plusieurs localités au pays et dans la diaspora de façon synchronisée. Peut-il y avoir meilleure occasion pour que travailleurs, étudiants, organisations des femmes, associations de toutes sortes et tous les indignés togolais se mettent dans la rue jusqu’à ce que ce régime d’un autre âge déguerpisse?

Samari Tchadjobo

L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
Allemagne




Autres titres
Togo Une marche patriotique de la jeunesse le 24 avril pour appeler l’opposition à l’
Togo Yawa Kouigan exprime sa reconnaissance avec tout le respect qui sied au Chef de

Togo Jean Kissi : « L’unicité d’action est nécessaire pour réaliser l’alternance en 2
Togo Arrestation de deux leaders du PNP : La C14 très remontée contre le pouvoir

Togo Nador Awuku : « Le CAR est à la CENI en son propre nom »
Togo Mme Adjamagbo-Johnson : « Oui, l'alternance pacifique est encore possible 2020 »





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 32   Peuple à terre
Mardi, 2 Avril 2019
Réponse à 30-fantasmagoric
  Tout ça c'est du bluff. Pendant 14 ans, Faure n'a fait qu'appauvrir les porte-monnaies des Togolais et de les endetter avec des prêts ici et là. Et tout d'un coup, il veut changer et construire le pays et vous y croyez. Le président rwandais n'a pas attendu avant de construire son pays. Quelle naïveté.

 31   Tikpiii
Lundi, 1 Avril 2019
Réponse à 30-fantasmagoric
  Je réalise là qu'on n'a pas du tout la même vue des choses, en effet; mais pas grave, gardez le votre, je garde le mien, c'est toujours positif ce type de discussion; c'est dejà ça;

aAors que ce Faure Gnassingbe avec sa dictature et son sa pègre tente donc s'eterniser et de mettre les Togolais (qui le vomissent depuis 14 ans) au travail et developpe alors comme votre Rwanda et votre Japon.

PUIS ON VERRA QUI A RAISON

Bon courage à vous. Idem, je passe aussi à autre chose. Merci / FIN 😊


 30   fantasmagoric
Lundi, 1 Avril 2019
Réponse à 29-Tikpiii
  Une précision. Vous donniez comme exemple des pays démocratiques pour un meilleur développement or ceux comme le Rwanda mais et pratiquement tous les pays asiatiques ont connu des régimes autoritaires. Les USA ont ouvert le Japon à l'extérieur au XIX e puis ce pays a adopté Meiji l et II sorte de modernisation. C'est qu'il faut mettre les gens au travail, l'africain parle trop et peu de résultat.

Le Togo peut devenir un centre financier de 1er ordre avec les 4 banques majeures qu'il a. Quant à la production au sein de la CEDEAO dans l'optique de la création de la monnaie unique, faudrait que les grands producteurs de M.Premières transforment pour l'export, qu'il y ait des petites unités pour la consommation locale pour les pays à faible production....encore une fois cela passe par une planification sous regionale avec des écueils, l'UE est dans ces méandres communautaire à cause de la disparité économique et intérêts. Le Togo est bien loti en la matière avec sur son sol la Banque de Développement de la CEDEAO (BIDC). Ce pays a des atouts il suffirait de. ...!

Fin et merci pour l'aparté Makani!



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019