Politique
Togo

Répression de la manifestation du PNP : "Un contexte d'intimidation orchestré par le pouvoir"

iciLome

8 Commentaires | Lu : 1950 fois

Dans la soirée de samedi 13 avril dernier, le Parti national panafricain (PNP) a rendu public un communiqué dans lequel il condamne les violences faites contre ses militants par les forces de l'ordre et les militaires. Lecture !

COMMUNIQUÉ

Le Parti National Panafricain (PNP) a convié le peuple togolais à une manifestation pacifique prévue pour ce jour, 13 avril 2019.

Par courrier en date du 21 mars 2019, conformément à la loi no 2011-010 du 16 mai 2011 fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques, le PNP a régulièrement effectué la déclaration auprès du Ministre de tutelle.

Par courrier en date du 9 avril 2019, le Ministre de l’administration territoriale a accusé réception de ladite déclaration. Par le même courrier, et sans fondement valable, le Ministre interdisait les manifestations projetées dans la plupart des villes prévues, et émettait des restrictions, le tout en contradiction flagrante avec les dispositions régissant les manifestations pacifiques.

Ces échanges intervenaient dans un contexte d’intimidation savamment organisée par le pouvoir central, avec l’appui de ses représentants dans certaines localités (Préfets et chefs traditionnels). Le cas de la Préfecture du Kloto en est la parfaite illustration.

La suite des événements révèle de violations graves des droits de l’Homme et libertés publiques :

- Dès hier, 12 avril 2019, des militaires ont fait irruption au sein de domiciles dans la ville de Kpalimé, et ont passé systématiquement passé à tabac la population. Une patrouille a été imposée, sans raison valable.

- À travers le pays, des lieux indiqués pour le départ et l’aboutissement des marches ont été investis par des militaires, et les environs quadrillés par leur soin.

- Cet après-midi la résidence de Monsieur Tikpi Atchadam, Président du PNP, a été vandalisée par des militaires. Trois jeunes chargés de la sécurité à son domicile (les sieurs Moumouni Ganiou, Ali Sadikou et Kpamkpama Ilyassou) ont été enlevés et conduits vers une destination jusqu’ici inconnue.

Le bilan est lourd :

- Officiellement un mort. Monsieur Ziedhine Traoré, militant PNP résidant dans la ville de Bafilo, battu à mort par des militaires.
- Des dizaines de blessés.
- Des arrestations.

Le PNP présente ses condoléances les plus attristées à la famille meurtrie.

Le PNP condamne avec la dernière énergie la violation de la liberté de manifestation et autres droits de l’homme et les libertés publiques.

Il paraît superfétatoire que le Gouvernement togolais prétexte de l’insuffisance d’effectifs pour encadrer les manifestations, et au même moment déploie un arsenal de forces de l’ordre et l’armée pour réprimer les mêmes manifestations.

Le PNP prend à témoin les organisations sous-régionales, régionales, ainsi que les instances internationales et les organisations des droits de l’Homme sur la situation qui prévaut au Togo.

Le PNP exhorte le peuple togolais à rester vigilant et à ne pas renoncer à son objectif noble de libération du Togo du joug du régime dictatorial cinquantenaire.

Que l’Eternel bénisse la Terre de nos Aïeux !

Fait à Lomé, le 13 avril 2019.

Le Secrétaire Général

Dr Kossi SAMA »





Autres titres
Togo Une marche patriotique de la jeunesse le 24 avril pour appeler l’opposition à l’
Togo Yawa Kouigan exprime sa reconnaissance avec tout le respect qui sied au Chef de

Togo Jean Kissi : « L’unicité d’action est nécessaire pour réaliser l’alternance en 2
Togo Arrestation de deux leaders du PNP : La C14 très remontée contre le pouvoir

Togo Nador Awuku : « Le CAR est à la CENI en son propre nom »
Togo Mme Adjamagbo-Johnson : « Oui, l'alternance pacifique est encore possible 2020 »





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 8   Fernando garcia
Lundi, 15 Avril 2019
Réponse à 6-nikelaos
  Mon IQ est plus superieure que celui des 200 ANALPHABETES de Kparatao ou de PNP.
Si vous voulez verser le sang de nos enfants pour acceder au trone comme Eyadema l'avait fait a Olympio, alors on va en finir avec vous le plus tot possible.
Je vous rappele que Eyadema durant ses 38 ans de reigne n'a jamais eu la paix contrairement a ce que son entourage nous faisait croire, simplement l'ame d'Olympio et ses enfants, son entourage l'ont poursuivis jusqu'a son dernier jour. Eyadema a depense tout notre agent sur sa securite et on sait pourquoi.
Ne faison pas la meme erreure car le sang appel le sang. Nous defendrons notre petit Togo contre tout Terroriste local ou etranger.

 7   Zungrana
Lundi, 15 Avril 2019
  Toute partie politique a le droit de faire une démonstration. Les authorités n'ont pas le droit d'interdire une démonstration qui a été déclarée pacifiquejusquà preuve de contraire.
Qualifier cette partie de djihadiste est une pure propdagande.

Plutot, les méthodes du gouvernement frusteront et transformeront peut etre un jour certains de ces demonstrants en radicaux et là le pays aura la salade.
On sait quand ca commence, mais on ne saura jamais quand ca va finir, dixit Eyadéma (un démon, qui aussi croupit dans l'enfer).

Donc la méthode du régime cinqunatenaire du prince est ditactoriale et liberticide.

Zungrana

 6   nikelaos
Lundi, 15 Avril 2019
Réponse à 4-Fernando garcia
  Pour quelqu'un qui traite les autres d'analphabètes, tu ferais mieux de retourner à l'école où apparemment tu n'as pas assimilé l'écriture sans faute d'orthographe :
outre les fautes de frappes:

la loi et non la lois

étonner personne et non étonnez personne

la voie choisie et non la voi choisi
emblème et non emblem
bon je m'arrête là car c'est truffé de fautes.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019