Politique
Togo

Chronique de Kodjo Epou: Feu vert hors norme.

iciLome

17 Commentaires | Lu : 1534 fois

Une petite recherche a permis de savoir ce qu’il en est, en France, de la responsabilité et des conséquences pénales des crimes commis par le chef de l’État ou en son nom pendant l’exercice de son pouvoir. Le périmètre de sa responsabilité et de son irresponsabilité est bien précis. Seule la période couverte par son mandat au poste le dispense de poursuite. Les spécialistes de droit et politologues de UNIR sont-ils capables d’expliquer aux Togolais les réelles motivations de l’article 75 violemment inserré dans leur nouvelle constitution?

En France, voici ce que dit la loi: «La responsabilité du président français est originale puisqu’il bénéficie d’une immunité pour les actes qu’il commet dans l’exercice de ses fonctions et d’une inviolabilité temporaire pour tous ses autres actes jusqu’à la fin de son mandat. En fait, le premier des français est irresponsable des actions accomplies dans l’exercice de ses fonctions, et pour ce qui est étranger à sa fonction, il bénéficie d’une suspension civile et pénale des procédures engagées contre lui jusqu’à la fin de son mandat. Seule une réunion du Parlement en Haute Cour peut le destituer s’il venait à manquer à ses devoirs de manière manifestement incompatible avec l’exercice de son poste…nul n'est au-dessus des lois, quels que soient sa fonction élective, administrative ou son niveau de notoriété sociale»

Lorsqu’on cherche plus loin, l’on découvre que même les rois de France ne jouissaient pas d’une immunité à vie. Ce blanc seing ne leur avait été accordé nulle, part écrit noir sur blanc. Comme cela se constate, aucun président français, de De Gaulle jusqu'à Sarkozy en passant par Pompidou, d’Estaing, Mittérand, Chirac, sachant que la justice l’attendra au bout de son mandat, ne peut s’arroger le droit de vie et de mort sur ses concitoyens ou disposer à sa guise des richesses de son pays pour le seul fait qu’il a été élu président. Les fautes graves et crimes commis durant son mandat sont pénalisables et peuvent être mis en jugement dès son départ du poste. Ici aux États-Unis comme partout dans le monde, les recherches sont formelles: un ancien président, en dehors du respect qui lui est dû en raison de ses hautes fonctions antérieures à la tête de l’Etat, ne peut être placé à vie au-dessus de la loi. Cette disposition est comme une balustrade au bord d’un pont, un garde-fou pour empêcher le détenteur du pouvoir suprême de tomber dans les abus et travers les plus monstrueux car, le pouvoir corrompt et celui qui l’exerce tend à se prendre pour un tout puissant et intouchable.

Le Togo a connu, entre 1967 et 1990, une dictature particulièrement meurtrière. D’où l’esprit et la lettre de la constitution de 1992. Toute loi fondamentale est inspirée par l’histoire du pays qui l’adopte. Elle protège les peuples contre leurs dirigeants et non le contraire. Alors, la question persiste : à quoi rime la constitution UNIR du 8 mai 2019 et qui protège t-elle?

Et voilà une opposition togolaise qui, tout en dénonçant en bloc ce qu’on peut appeler une perversion constitutionnelle, accepte paradoxalement de prendre part à une élection couverte par le texte qu’elle rejette. C’est atypique, même comique, quand on se met gaillardement en rang pour aller piloter l’arrière train d’un système électoral illicite, défavorable d’où on est en plus absent. Là aussi, il faudra des spécialistes pour faire comprendre cette cacophonie politique à nos jeunes étudiants qui ont choisi d’étudier le droit et les sciences politiques.

Kodjo Epou

L'AUTEUR
Kodjo Epou
Washington DC
USA




Autres titres
Togo Mme Maryse Quashie : « Nous sommes indignés... »
Togo Où sont les résultats des enquêtes des Togolais tués au cours des manifestations

Togo Kao Atcholi : « Plus question de se taire face à ces violations... »
Togo Prof. David Dosseh : « Nous avons décidé de prendre nos responsabilités face à l

Togo Présidentielle 2020 : « Santé du Peuple » propose une candidature unique neutre
Togo Elections locales : Ce qui va changer





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 17   Serena
Lundi, 20 Mai 2019
  De quoi se plaint notre opposition? Qu'est-ce qu'elle croyait? Que le RPT allait etre honnete et recenser les Togolais dans les norme requises? Que ce recensement, qui n'est qu'une pure operation administrative sous d'autres cieux, allait etre correctement operee au Togo? Huuummmm, mon oeil! Tant qu'il sera vrai que "les memes causes produisent toujours les meme effets", ce sera ainsi, les Togolais assisteront aux maguouilles planifiees du genre auquel ils ont assiste, ces trois derniers jours. Moralite: lorsqu'une equation, parce que difficile a resoudre, vous ruine la tete et vous epuise tout votre cerveau, il faut la renverser; du desordre operatoire jaillit la bonne solution.

La conclusion du texte de notre compatriote Kodzo n'est que trop vraie:

Et voilà une opposition togolaise qui, tout en dénonçant en bloc ce qu'on peut appeler une perversion constitutionnelle, accepte paradoxalement de prendre part à une élection couverte par le texte qu'elle rejette. C'est atypique, même comique, quand on se met gaillardement en rang pour aller piloter l'arrière train d'un système électoral illicite, hostile, et tres défavorable d'où on est en plus absent. Là aussi, il faudra des spécialistes pour faire comprendre cette cacophonie politique à nos jeunes étudiants qui ont choisi d'étudier le droit et les sciences politiques.

 16   fantasmagoric
Jeudi, 16 Mai 2019
Réponse à 14-EB_Toutmosis3
  L'on se demande si parfois quand vous débitez vos insanités vous vous relisez ou sortez des toilettes sans tirer la chasse-d'eau?

Avez-vous des gosses pour avoir une vulgarité microbienne de cette nature? Vous vous targuez "lettré". Il y a encore du chemin, vos hiéroglyphes ne le prouvent. On vous dit de refaire en toute franchise l'Histoire du Togo, vous refusez et de parader avec des documents étrangers qui vous servent de couverture.

Un patriote qui s'occupe des siens souffre et vit avec eux, ce n'est pas votre cas donc pas CRÉDIBLE. Encore une fois retenez le Togo est un cas singulier, si vous ne le retenez pas la Conférence Nationale et son résultat est une jurisprudence.

À méditer ! !

Donnez vos titre de subterfuges apatrides on vous croira et on vous léguera un pouvoir politique que convoitez pour de sombres desseins inavoués.

 15   Kodjo Epou
Mercredi, 15 Mai 2019
Réponse à 14-EB_Toutmosis3
  "But someone will 'ave to pay
For the innocent blood
That they shed every day,
Oh, children, mark my word;
It's what the Bible say, yeah! yeah!
Bob Marley & The Wailers, "We And Dem"

Everything has it price. Someone will have to pay the cost of the tag. You are right, Bro
The day will come when fear and sorrow will change direction. It's just a matter of time.
And that day, together, we will sing and shout: WE WIN. Again it's a matter of time.
My only desire, FRIEND, is to see that historical event happen in our living days, because when we die, it's too late.
Be blessed, bro. Have a good one.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019