Sport
Togo

Claude Leroy veut poursuivre son aventure avec les Eperviers

iciLome

8 Commentaires | Lu : 1204 fois

Malgré toutes ces voix qui s’élèvent pour réclamer le départ de Claude Leroy pour n’avoir pas accompli la mission pour laquelle il a été recruté, l’entraîneur des Eperviers du Togo décide de rester même après la fin de son contrat. Intervenant ce mardi dans l’émission ‘Talents d’Afrique’, il confie l’une des raisons qui l’a conduit à cette décision.

Visiblement, l'homme n'aime pas abandonner en cas d'échec. C'est d'ailleurs ce qu'il tente de montrer à ses détracteurs.

Comme pour faire un peu d’humour, le sélectionneur des Eperviers du Togo se réjouit du fait que la Confédération Africaine de Football (CAN) ait décidé de retarder de 2 ans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) au Cameroun. A l’en croire, la CAF a pris la bonne décision.

« L’idée, c’est de qualifier le Togo pour la CAN au Cameroun, mais puisque la compétition ne sera jouée que 2 ans après dans ce pays, la CAF a pris une bonne décision (…) Dans une période de transition, une nouvelle génération arrive avec des joueurs qui commencent à s’imposer dans les bons clubs européens. C’est sûr que ce pays qui n’est pas grand, mais qui a un vrai potentiel de football va revenir au plus haut niveau dans les prochaines années », a-t-il souligné.

L’autre sujet sur lequel le français s’est prononcé au cours de son intervention est celui du capitaine des Eperviers Emmanuel Adébayor dont la carrière tire à sa fin. Pour Claude Leroy, il est le seul à décider de son avenir au sein de l’équipe nationale.

« Il est bien évidement en fin de carrière, il doit prendre un autre rôle que celui de capitaine. Si on se projette dans l’avenir, Shéyi n’est plus un joueur d’avenir pour l’équipe des Eperviers du Togo. Chapeau à tout ce qu’il a fait. Au Bénin, quand bien même il était contesté, il a montré oh combien il était encore très important. Il a failli nous amener à la phase finale de la CAN », a-t-il confié.

Nicolas





Autres titres
Togo Affaire de révocation des membres de la Commission de recours : Le syndicat des
Togo Dossier Agouwa-Unisport/Révocation des membres de la Commission de recours : La

Togo Détournement des fonds CAN 2013, 2017 : Les fautifs bientôt sous les verrous
Togo FTF : Sous pression, le président de la Commission de recours démissionne

Togo L’ex-international togolais Kossi Agassa offre du matériel sportif au Centre de
Togo Rénovation du stade de Kegué à 15 milliards de francs CFA : Vers un autre scanda





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 8   Agbazéa
Vendredi, 17 Mai 2019
  j'avoue qu'échaudé par les expériences des marionnette d'entraîneurs, qu'étaient les éternels, Kodjovi Mawuéna, les Tchanilé Bana & Tchakala, et tous les autres, la piste de "sélectionneur" nationaux ne m'a plus jamais emballé. Car, il faut se rendre à l'évidence qu'avec une FTF déjà pas du tout indépendante, et/ou, autonome financièrement, et dans un contexte sociétal de dictature avérée, aucun "local" n'aura assez d'étoffe, assez de marge de manœuvre, pour conduire une réelle politique de sélectionneur. C'est pourquoi tout chauvinisme bu, la pioche de sélectionneur expatrié a encore de beaux jours devant. Cela ne nous déplaît pas lorsque cette démarche répond à une attente, et ramène au chevet de la sélection des professionnels compétents , qui se sont objectivement investis dans la tâche sans a priori. On retiendra pour l'histoire: les Allemands feu Goetlieb GOELLER (qu'on ne présente plus), Wilfied RAINER (mondial junior 1986), Eberhat VOEGEL (CAN 1998), Paul SAUTER (mondial Cadet 2007), et le français Didier SIX (CAN 2013). Même si tous n'ont pas eu le même parcours, le milieu footballistique togolais a toujours objectivement reconnu que ces techniciens avaient par leur coaching, leur envie tout court, apporté un petit quelque chose au jeu de leur sélection. Tous les autres occidentaux sont plutôt à passer aux oubliettes.

Cependant, force est de reconnaître aujourd'hui que des togolais compétents existent et peuvent faire le Job mieux que LEROY , un produit en fin de cycle. Et , à propos, une short liste peut ressembler à ce ci
-1 EKLOU Dodji (entraîneur diplômé, ex adjoint au FC NIORT en D2 française)
- 2 ABALO jean Paul (ex capitaine des éperviers : adjoint de Leroy)
- 3- KOFFI Komlan ( parcours en coupe du monde junior avec le Mali)
- 4 - DOSSEVI Antoine (le papa des thomas et mathieu dossèvi: ancien coach d'agaza de Lomé)
- 5 - etc

 7   LE SOLEIL 7
Jeudi, 16 Mai 2019
  claude le roy n 'a plus rien à donner , il est amorti depuis . il faut qu il s'en aille. il faut donner la chance à d' autres personnes notamment les entraineurs togolais notamment bachirou . abalo et autres moins couteux pour notre budget. mais le vrai probleme ce n est claude qui refuse mais c'est ceux qui gagnent des commissions sur ce contrat qui luttent pour que ce contrat continue afin de profiter des commissions.

 6   TOGO A BLE NA WOO
Mercredi, 15 Mai 2019
  CE MONSIEUR A TROUVE A MANGER A LOME... QUI VEUT NE VEUT PAS ETRE PAYE A 25 MILLIONS PAR MOIS AVEC D'AUTRES AVANTAGES COMME MAISON, VOITURE, SERVANTES ET LES JOLIES JEUNES FILLES DE LOME POUR SE DIVERTIR? C'EST LA BELLE VIE CA....... C' EST A NOS DIRIGEANTS PLUS PRECISEMENT FAUREVI DE TERMINER SON CONTRACT. MAIS LE PROBLEME EST QU' IL FAIT PARTI DES MAFIAS QUI IMPOSENT FAUREVI ET PILLENT LE TOGO..... ET LES MAFIAS SE PROTEGENT ENTRE EUX.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019