Opinions
Togo

C7, "coalition renovée", ANC....: sont-ils encore opposants ou alliés du pouvoir?

iciLome

9 Commentaires | Lu : 1292 fois

La question mérite d´être posée si on observe le comportement ces dernières semaines de ce qu´il reste aujourd´hui de l´opposition togolaise. Aucun plan bien visible de la part d´aucun leader ou d´aucun parti politique allant dans le sens d´une organisation intelligente pouvant susciter l´espoir auprès du peuple quant à la suite de la lutte. Pire, la division semble avoir gagné du terrain depuis que l´expérience au sein de la C14 a tourné court à cause des raisons que tout le monde connaît. La décision de certains partis politiques de participer aux élections locales, bien que le régime ait délibérément refusé d´enregister les militants de l´opposition en grand nombre, nous pousse à nous poser moult questions quant à ce que veut vraiment cette frange de l´opposition en allant à des élections sans grand enjeu pour la libération du pays.

"Il n'y a aucun fichier électoral fiable pour parler d'élections crédibles. De décembre 2018 à nos jours, qu'est-ce qui a changé fondamentalement dans le processus électoral ? La question de la CENI, toutes les institutions sont entre les mains de l'oligarchie. Maintenant, qu'est-ce que l’opposition va aller faire au niveau local ? C'est pour aller travailler sous les préfets?"

C´est en ces termes que s´est interrogé M.Djimon Oré, président du Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD) au cours d´une interview sur une radio de la place. L´ancien député et ancien ministre de l´UFC ne comprend pas pourquoi des opposants qui jurent de faire partir un régime, sont prêts à accompagner ce même régime à des élections fantaisistes alors que rien, en termes de réformes politiques satisfaisantes, n´a changé depuis la mascarade d´élections législatives du décembre 2018. Ajouté à ce fait le ènième comportement de voyou du pouvoir de Lomé qui avait consisté à refuser d´enregistrer les militants supposés de l'opposition, il est clair que des esprits éclairés peuvent donner raison au leader du FPD pour sa prise de position qui devrait être celle d´opposants normaux à une dictature. Et quand des leaders de partis politiques et certains togolais en viennent à regretter la non-participation de l´opposition aux fameuses législatives de Décembre dernier,nous sommes en droit de nous demander si faire de la politique et surtout s´opposer à un régime de dictature comme nous en connaissons au Togo, équivaut pour certains à renflouer les caisses de leurs états-majors, ou à engrager des résultats dans l´intérêt des populations pour lesquelles ils sont sensés se battre. Certains de nos leaders ou certains de nos compatriotes ont-ils la mémoire courte pour avoir oublié les conditions anti-démocratiques qui prévalaient à la veille du 20 décembre 2018?

M. Djimon Oré va plus loin dans ses interrogations en accusant les leaders participationnistes d´avoir négocié auprès du pouvoir des postes de maires et de conseillers municipaux pour l´accompagner à ce scrutin sans importance pour la lutte du peuple. M. Jean-Pierre Fabre de l´ANC, Madame Adjamago de la CDPA et Me Yaovi Agboyibo du CAR, avec tous ceux qui les suivent, ont donc décidé de noyer la lutte en trahissant le peuple auquel ils continuent à raconter des mensonges. Ce n´est plus de la trahison, mais de la criminalité contre ce peuple martyr. Même avant l´interview du président du Front des Patriotes pour la Démocratie, beaucoup avaient trouvé suspecte la timide protestation des leaders précités contre le refus du régime de faire un vrai recensement, et se demandaient comment pouvaient-ils avoir pris la décision d´aller se faire voter sans votants. Aujourd´hui les choses sont claires, nos "grands" opposants ne cherchent pas la libération du Togo, mais leurs intérêts personnels.
Après l´éclatement de la C14, en dehors d´une visite inopportune chez Faure Gnassingbé par certains de ce qu´il reste de la coalition, aucune initiative de remobilisation de la part de ceux qui se précipitent aujourd´hui pour les locales. Nous savons maintenant que l´euphorie suscitée après le 19 Août 2017 et à la création de la coalition de l´opposition n´était que jouée par des leaders de partis qui aujourd´hui font tomber les masques; et nous comprenons encore plus pourquoi la C14 fut un marché de dupes.

Tikpi Atchadam et son PNP sont-ils venus mettre à nu des comportements de faux opposants qui, en réalité, n´opéraient pas pour la fin de la dictature, mais pour leurs intérêts personnels? Personne ne parle plus de la levée des sièges militaires à Sokodé, Bafilo et Mango. Le refus du régime Gnassingbé de libérer les détenus de la société civile, injustement incarcérés, surtout le jeune Santchivi, n´intéresse plus personne. Ouro-Djikpa Tchatikpi, conseiller du président national du PNP, est depuis plus d´un mois en détention arbitraire au SRI sans être déféré ni libéré; et ceci n’émeut personne au sein du microcosme politique qui se dit de l’opposition.
Et c’est justement à cause de ce comportement bizarre que certains observateurs déduisent que des partis ou leaders au sein de cette opposition semblent se réjouir silencieusement de l’acharnement du régime sur le Parti National Panafricain et ses responsables. Mais nous ne croyons pas que les responsables du PNP soient entrain de quémander la sympathie ou la pitié de qui que ce soit; seulement le bon sens aurait voulu que de la part d’une opposition responsable, malgré les dissensions possibles, au nom de la liberté et de la défense des droits humains, des actions soient menées pour la satisfaction totale des fameuses mesures d’apaisement et l’élargissement de tous les détenus politiques et pas seulement ceux du PNP. Quand on se frotte les mains et on dit bon débarras! lorsque le pouvoir fait d’une formation politique soeur, légalement constituée, sa bête noire, on se trompe de combat et on devient forcément l’allié du régime dont tout le monde veut la fin.

Et le peuple dans tout ça?

J’ai lu il y a quelques semaines cette pertinente réflexion d’un compatriote: " ...Le problème ce n’est pas les politiciens corrompus, mais c ‘est ceux qui continuent à croire en eux et à les voter..."

Le refus par certains leaders de mobiliser dans le cadre des manifestations de la C14, l’abandon de la lutte à certaines régions et communautés livrées à la barbarie du régime, l’affaire des 30 millions reçus de façon détournée du pouvoir par des leaders de l’opposition qui n’était que la partie visible de l’iceberg, et aujourd’hui leur surprenant enthousiasme pour des élections municipales sans enjeu et malgré un découpage sur des bases tribalistes et régionalistes, sont des preuves qu’une frange très importante de notre opposition a volontairement décidé de laisser la proie pour l’ombre. Pour combien de temps encore ce peuple togolais, intelligent, aimable, pacifique, et peut-être trop pacifique, laissera-t-il faire?

Samari Tchadjobo
Allemagne







Autres titres
Togo Communiqué du MTN
Togo Prémonitions sur les Désillusions généralisées après les élections locales broui

Togo Article 75 de la Constitution : un véritable coup d’épée dans l’eau
Togo Ouro-Djikpa Tchatikpi, trois semaines déjà au SRI: folles rumeurs autour d´une d

Togo Félix Boccovi et les couleurs du Togo
Togo Togo: La force et le crime, comme seule légitimité de Faure Gnassingbé





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 9   KEL KLUB
Dimanche, 9 Juin 2019
  juste avant le 20 décembre 2018 c' était encore l'ANC de l' ex-chef de file qui délivrait le certificat d' appartenance ou non á l' opposition togolaise.

A cela s' ajoutait des plusieurs mentions :
- VRAIE OPPOSANT = ANC (la charité bien ordonnée ne commence-t-elle pas par soi-même?)
- opposant de dernière heure
- opposant-taupe du régime en place
- podosant
- les alliés du régime
- alliés de la vraie opposition ou particules
Aujourd'hui les rôles semblent avoir changé et c' est le PNP qui de sa cachette distribue les attributs



 8   FEU DEPAILLE
Samedi, 8 Juin 2019
  " organisation intelligente pouvant susciter l'espoir auprès du peuple..."


le PNP a déjà réussi á susciter l' espoir auprès du peuple, la suite on la connait. Le Président du PNP suscite l' espoir puis va se cacher craignant pour sa vie et encourageant les autres á exposer la leur !
D'une aventure sans lendemain plus personne n' en veut au Togo !



 7   Kinaou
Jeudi, 6 Juin 2019
  POUAAAHHH, de dégeulasse, en dégeulasse,...Là vous commencer à toucher le fond, à force de vouloir remuer de la merde dans le microcosme déjà bien embué de l'opposition. Vos écrits sont devenus trop radicalement partisans, et finissent par puer une tentative de manipulation politique! En cela j'"adhère totalement (pour une fois ), à la réaction du sieur FOLIKPO et du poste N°1: de véritables remontées de bretelles pour vous; mais auriez-vous l'humilité , voir l'intelligence d'y prendre quelque lumière et vous ressaisir.?

Dire que subtilement, ou grossièrement, vous distillez dans vos sorties, l'idée de porter la parole de ce nouveau parti PNP, voire d'être un "proche- proche" de son président Tikpi ATCHADAM.: un homme au discours simple, peut-être direct & incisif ; mais toujours rassembleur. Comment peut-il, (s'il lit vos "chefs d'œuvre ici"), se reconnaître dans ces logorrhées partisanes voire à relent ethnico-tribaliste.?
Comme l'insinuait un commentaire plus bas , il y a lieu de se poser la question en effet, "pour qui roulez-vous" au juste? Que cherchez -vous en réalité à l'opposition, avec ces sorties dénuées de toute sagesse, de tout tact politique, à l'heure où des bonne volontés sans vouloir refaire nécessairement la C14, essayent de colmater les brèches, et de ramener les uns et les autres à une convergence de lutte.
Mieux, Etes vous si sûr que cela, que dans les malheurs de la C14 que vous vilipendez, le PNP n'aurait-elle pas aussi sa toute petite part de responsabilité? Quid de cette affaire de non-contribution au financement des activités de la coalition: n'est-ce pas là aussi, une certaine façon d'affaiblir de l'intérieur un projet commun? Et que dire des refus de manifestations aux cotés de ses pairs sous divers prétextes, quand ces derniers essayaient de maintenir encore la pression durant les négociations?

Bien de Togolais sont tout comme vous dubitatifs devant la posture de vos pairs de l'opposition face à ce s élections. Mais au-delà des argument avancés par les "participationnistes", il faut d'être naïfs pour ne pas voir que tout ce monde cède aux pressions tous azimut de la communauté internationale (G5, CEDAEO & cie...) les assurant sur une certaine stratégie de "petites victoires" à rechercher, fin de ne plus laisser le terrain, au seul régime. La société civile avec le FCTD, voire l'archevêque émérite de Lomé, vont d'ailleurs dans le même sens. Ils ne sont donc pas subitement devenus fous, au même moment, tous ces gens là. Oui cette participation fait débat, mails cela ne donne pas pour autant le droit au dédain pour les parti qui n'adhèrent .

De grâce, un peu d'humilité donc ! Tikpi devrait vous rappeler sérieusement à l'ordre. Vous déraillez. A force de lire que des leçons en direction des autres partis, on en vient à se rappeler que vous aussi vous avez un certain parcours, dont certains pourraient dans la même veine , trouver à redire. Le Tchadjobo Samari de la RTNM de radio Kara, à radio lomé, égrenant son chapelet de '"nouvelles des préfectures", sur l'outil de propagande du hideux régime RPT., où revêtant le temps d'un week-end de championnat les habits de reporter sportif sur ces mêmes chaînes., etc. Ce temps de "griotisme" aussi laissé des séquelles durables dans l'inconscient collectif des togolais. Une œuvre d'abrutissement à laquelle vous auriez bon gré, mal gré, participé d'une manière ou d'une autre. Tenez, les errements que vous dénoncez aujourd'hui dans l'engagement politique des autres opposants, en sont peut être des réminiscences, non?



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019