Politique
Togo

Le PNP toujours favorable à l'unicité d'action de l'opposition togolaise

iciLome

25 Commentaires | Lu : 3806 fois

La lutte pour l'alternance politique au Togo reste entière. En tout cas, c'est ce que pense le président du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam.

Dans son nouveau message audio publié sur les réseaux sociaux ce weekend, le leader du PNP est revenu sur la situation sociopolitique et économique du pays.

L'homme à l'origine de la crise politique du 19 août 2017, après avoir dénoncé la mauvaise gouvernance du régime RPT-UNIR et le désir dévorant de Faure Gnassingbé de briguer un 4em mandat en 2020, invite les Togolais à la résistance. L'avocat demande au peuple togolais de se tenir prêt à descendre dans les rues pour bloquer le passage à la dictature cinquantenaire.

« Le renoncement de Faure Gnassingbé à un 4em mandat ne viendra pas nous trouver à la maison », a-t-il averti.

Le président du PNP dénonce également le rôle sombre et non-républicain que joue l'armée pour maintenir la famille des Gnassingbé au pouvoir.

Selon Tikpi Atchadam, il est temps de « déraciner la dictature ». Et pour ce faire, il invite tous les Togolais (de la diaspora) et surtout les leaders de l'opposition à rester soudés, unis et solidaires.

« Pour la dernière ligne droite, à genou, je vous en supplie, ne vous laissez pas diviser entre ceux qui sont allés aux locales et ceux qui n’y sont pas allés. Une fois passé, c’est oublié. Allons-y en tant que peuple conscient, regardons haut et devant, le regard fixé sur le pays vers lequel nous allons. Désormais, nous avons un grand parti politique auquel nous appartenons tous. Ce parti est T-O-G-O, Togo. Chacun des partis politiques, la société civile, la diaspora, les chefs traditionnels, les religieux, les leaders d’opinion, les artistes de la chanson… devront penser à travailler dans un esprit de convergence d’action visant à déraciner la dictature », a-t-il indiqué.

Bonne écoute.

Godfrey Akpa





Autres titres
Togo Oulimata Sarr souhaite « une masse critique de femmes députés »
Togo La décentralisation à la peau dure au Togo

Togo Les Togolais se prononcent sur l'annulation des votes dans les communes de Wawa
Togo Elections locales 2019 : La Cour suprême annule les scrutins dans 2 communes

Togo Elections municipales 2019 : La Cour suprême donne les résultats définitifs
Togo « Les délais incompressibles fixés dans le code électoral sont inappropriés et i





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 25   Le Vrai Jay Bon Jeu
Mercredi, 10 Juillet 2019
Réponse à 22-Atchadam Zewawa
  Lu pour vous..

VOUS COMPRENDREZ Alors........POURQUOI LE pOUVOIR TORTIONNAIRE AU TOGO EST DE MECHE AVEC BOLORE. PUIS ,LES 2 FREGATES .. ET TOUT LE RESTE.

lISEZ PLUTOT CI DESSOUS "
C' est une enquête internationale en même temps qu'une affaire d'États, au pluriel, qui a conduit les juges brésiliens à demander début juillet l'audition des anciens présidents français Nicolas Sarkozy et François Hollande.

François Hollande a été entendu le 4 juillet par des policiers de l'OCLIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales), en application d'une demande d'entraide judiciaire du Brésil
.>>>>> Nicolas Sarkozy de son côté a refusé de répondre, selon Le Canard enchaîné.<<<<<

Selon les explications de son avocat au Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy, que l'on avait surnommé « le VRP du Rafale » lors de son voyage officiel au Brésil en 2009, a refusé de répondre aux questions des enquêteurs, se retranchant derrière l'article 67 de la Constitution qui stipule qu'un président de la République « n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité ». Un curieux billet d'absence qui laisse pointer l'embarras de l'ancien président. Allo ?????

Saisis d'une enquête pour « trafic d'influence » concernant l'achat en 2014 de 36 avions de combat suédois Gripen par l'armée de l'air brésilienne, les juges cherchent à préciser les conditions du rejet de la proposition de Dassault, présentée comme l'option retenue par les autorités lors d'un voyage de Nicolas Sarkozy à Brasília, en septembre 2009.



Mais c'est en perquisitionnant un couple de lobbyistes, Mauro Marcondes et Cristina Mautoni, que les enquêteurs de Lava Jato découvrent leur contrat avec la firme suédoise et des versements au fils de Lula, Luís Claudio. L'enquête pour « trafic d'influence » est logiquement ouverte. Et elle fait apparaître des contacts des lobbyistes avec Lula, ainsi que des notes faisant état de l'idée de faire intervenir l'ancien président auprès de sa dauphine Dilma Rousseff en faveur des avions suédois.
"..
En septembre 2009, le président Lula a annoncé qu'il allait lancer des discussions avec les Français concernant le Rafale, a expliqué Bengt Janér, responsable du programme brésilien Gripen, en raison possiblement de pressions du président français. Je ne sais pas quelle en était la raison, mais à ce moment-là, pour nous, ça a été un choc. La Saab a même douté de l'existence d'un appel d'offres véritablement ouvert dans la mesure où le président [Lula – ndlr] s'était exprimé publiquement. »

Selon le cadre de Saab, les Forces aériennes brésiliennes étaient plutôt favorables aux Suédois, alors qu'ils n'avaient pas accès au ministre de la défense brésilien. Passé « l'époque Lula », et « la relation Sarkozy-Lula », marquée par l'appui en 2009 du Français au Brésilien en faveur de son entrée au Conseil de sécurité de l'ONU, « la présidente Dilma Rousseff n'avait pas la même vision, celle que la France serait le meilleur partenaire ».

 24   GRANDE GUEULE
Mercredi, 10 Juillet 2019
Réponse à 17-GNAROU
  en tout cas á defaut de pouvoir destituer SE Faure Gnassingbé le PNP a réussi a démystifier puis balayer Fabre de la Chefferie de File, sans lui crier gare !
Le prétendu farouche adversaire du régime s' est fait avoir comme un petit rat. Personne ne sait ce qui a pu l' influencer autant. Le cheval balanc galopant du PNP ?
En tout cas ce cheval a été solennellement remis à S E Gnassingbé.
VIVE LE TOGO

 23   SPU
Mercredi, 10 Juillet 2019
Réponse à 16-Ups!
  Nous sommes au 16 iem siecle?


tu raisonnes comme au 16 e, mais ce n' est pas grave ; "il faut un peu de tout pour faire un monde" dit-on



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019