Opinions
Togo

Rencontre Gbagbo-Bédié à Bruxelles : et si les anciens de l´opposition togolaise s´en inspiraient pour sauver la République d´un quatrième mandat suicidaire?

iciLome

1 Commentaires | Lu : 1322 fois


Aucun sacrifice n´est trop grand quand il s´agit de ramener et préserver la paix sociale dans un pays et arriver à une réconciliation sincère. Pour ce faire il faudrait que les acteurs politiques, qu´ils soient au pouvoir ou dans l´opposition, qu´ils soient de même obédience politique ou non, arrivent à dépasser leurs différends pour se donner la main, se parler et s´entendre sur l´essentiel pour sauver leur patrie commune. C´est ce que les deux anciens présidents de Côte- d´Ivoire, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo ont fait lundi 29 juillet 2019 en se rencontrant à Bruxelles dans la capitale belge.
Nonobstant les éventuels différents antagonismes politiques qui auraient pu être les leurs dans le passé, les deux ex-chefs d´État ont parlé tout simplement de la Côte d´Ivoire, du triste passé récent, et ont exprimé leur volonté d´œuvrer ensemble pour que la réconciliation dans leur pays ne soit pas un vain mot.
Le scénario Bédié-Gbagbo nous fait penser à la crise togolaise qui est de loin une gangrène à côté de la petite plaie ivoirienne. Certes, il y eut guerre civile dans ce pays frère, mais la crise togolaise qui dure depuis 1963, est non seulement la plus ancienne en Afrique de l´Ouest, mais la plus pernicieuse, parce que très difficile d´en imaginer l´issue. L´initiative de Bruxelles nous fait penser à nos anciens de l´opposition des années ´90 qui sont aujourd´hui plus ou moins à la retraite. L´idéal pour lequel beaucoup de ces leaders de la première heure s´étaient engagés, il y a 25 ou 30 ans, s´éloigne chaque jour que Dieu fait, des horizons togolais.
C´est pourquoi une rencontre de crise entre des personnalités comme Gilchrist Olympio de l´UFC, Prof. Léopold Gnininvi de la CDPA, Zarifou Ayéva du PDR, Edem Kodjo, Yaovi Agboyibo du CAR, Alipui du GRAD et Monseigneur Fanoko Kpodzro aurait le mérite de faire bouger les choses dans le bon sens, et éviter la monarchisation du Togo. Monseigneur Fanoko Kpodzro, qui a prouvé dans un passé récent qu´il a l´autorité morale pour rassembler autour de lui, pourrait par exemple, initier une telle rencontre.
D´aucuns nous traîteront de rêveurs et parieront sur l´impossibilité d´une telle initiative des anciens opposants qui ont sans nul doute encore beaucoup d´amour pour leur pays. Pour les anciens leaders dont la liste n´est pas forcément exhaustive, il s´agirait sans doute d´un de leurs derniers combats, qui servirait à remuer le manguier et sauver la République en souffrance. Leur sortie qui ne devrait pas manquer de courage, pourrait leur permettre de faire des propositions qui insisteraient sur les dangers d´un quatrième mandat de Monsieur Faure Gnassingbé pour notre pays.

Samari Tchadjobo
Allemagne


L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
Allemagne




Autres titres
Togo Une affectation suspecte à Kpalimé comme nouvel épisode dans l´acharnement du po
Togo Mitterrand, Macron et les Gnassingbé : entre « limitation » et « dé-limitation »

Togo Les victimes et les indigné(e)s par le Sang Versé à la France : Déclaration limi
Togo Les ministres des Affaires étrangères, Robert Dussey du Togo et Jean-Yves Le Dri

Togo Vers el crépuscule du système dictatorial togolais
Togo Le PNP et la C14 compromettent dangereusement la lutte de libération du peuple





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 1   GNAROU
Vendredi, 2 Août 2019
  Militant du PNP , Samari veut s'inspirer de l'unité d'action entre Gbagbo et Bedié.....!

Qu'est-ce qui a commencé par bouder la C14 ?

Quels sont ceux qui ont crié et hué JP FABRE à SOKODÉ ?? C'est le PNP !!!

C'est dejà proclamé son incapacité le fait de demander une unicité d'action dans l'opposition.

Une lutte saine est celle qui oppose un lutteur à un adversaire dans l'arene et non un lutteur contre une meute de CHIENS !!
Non je blague ! Pas une meute de chiens mais une meute d'hyenes ...

Hier c'etait l'exemple Burkinabé qui etait en vogue, apres le Soudan, aujourdhui la cote d'ivoire.

Bientot ces mongoles d'ecrivaillons vont nous proposer l'exemple mongole !!


MAMATCHI !!


GNAROU le fils de SOTOUBOUA.





Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019