Société
Togo

Présumés braqueurs abattus par la Police : Edoh Komi et les familles dans le viseur de Yark Damehame

iciLome

31 Commentaires | Lu : 4335 fois

L’affaire des présumés braqueurs abattus par la Police était revenue dans les débats lors de la rencontre du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame avec la presse vendredi. Les familles des présumés braqueurs et le pasteur Edoh Komi, président du Mouvement Martin Luther King (MMLK) sont dans le viseur du gouvernement.

En effet, au cours de la conférence de presse, Yark Damehame a annoncé que le gouvernement va ester en justice contre les familles de deux présumés braqueurs et leur soutien Pasteur Edoh Komi. Le ministre en charge de la Sécurité conteste la version des familles, selon laquelle les deux individus abattus par la Police ont été enlevés de chez eux quelques heures avant d’être retrouvés morts.

« Nous n’avons aucune raison d’aller prendre les citoyens à la maison », a indiqué Yark Damehame. Selon lui, le nommé « cimetière » que sa famille fait passer pour un honnête citoyen et peintre, avait beaucoup d’antécédents avec la justice. Il a, à en croire M. Yark, été successivement arrêté le 25 mai 2011 pour tentative de vol de moto, arrêté le 10 février 2012 par le SRI et déposé le 12 février à la prison civile de Lomé. Il a été également arrêté en 2015 pour son implication dans le vol dans une institution de microfinance à Agou.

Le Pasteur Edoh Komi, après avoir recueilli les témoignages des familles de Dekpo Mlatawo et Sémékonawo Koffi alias « Cimetière », avait indiqué aux lendemains de la mort de ces deux présumés braqueurs qu’ils ont été enlevés chez eux (à leur domicile) vers 23h30, menottés et conduits vers une destination inconnue.

Le gouvernement compte donc poursuivre le premier responsable du MMLK et les deux familles.

Il faut noter que la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) s’est saisi de l’affaire et compte mener ses enquêtes pour la manifestation de la vérité.


I.K





Autres titres
Togo Collaboration entre l’Etat, la CNDH et les OSC : La LCT proteste contre la créat
Togo Education et œuvre sociale : Le Lycée d’Ahépé aura un centre d’écrit de Bac2, gr

Togo Le nom de Louis Kokou Sagbo bientôt immortalisé en France?
Togo Le secteur de microfinance connait une croissance rapide

Togo Selon le Général Yark, c’est peut-être les « détenus graciés » qui sont à l’orig
Togo 3 togolais distingués aux Olympiades panafricaines de Maths en Afrique du Sud





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 31   nana
Mardi, 13 Août 2019
Réponse à 30-Sentinelle
  C'est parce que tu es bête. En prison on ne sait pas qui est qui et qui a fait quoi?

 30   Sentinelle
Lundi, 12 Août 2019
Réponse à 29-DIASP
  En quoi le fait d'avoir fait la prison justifie leur tuerie? Mais vous marchez sur la tete.

Pourquoi ils ne sont pas partis tuer Bodjona, lui aussi a fait la prison non?

Les policiers ont commis une barvure et il faut qu'ils repondent de leurs actes. Personne ne fait l'apologie du braquage ici.

 29   DIASP
Lundi, 12 Août 2019
Réponse à 26-Abladjo
  Merci à Tedlesaint1 pour ton analyse. Lorsque la famille des braqueurs a crié sur tous les toits dans leurs témoignages, aucun n'avait mentionné que Cimetière avait fait la prison. La famille a belle et bien affirmé qu'il était un honnête citoyen, peintre. Il a fallu que le Ministre descente pour que tout le monde sache qu'il vient de sortir de la prison pour vol et braquage. Dites-moi c'est qui on appelle un HONNÊTE CITOYEN? Honte à ce soi-disant pasteur. Un conseil: ASSURONS NOUS BIEN D'UN FAIT AVANT DE NOUS INQUIÉTER DE LA CAUSE.......... NOUS ÉVITERONS LE RIDICULE D'AVOIR TROUVE LA CAUSE DE CE QUI N'EST POINT.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019