Société
Togo

Alerte ! Sauvons l’EPP Baguida 4

Togotopnews.com

26 Commentaires | Lu : 2179 fois

L’avenir de 300 élèves menacé. L’Ecole Primaire Publique EPP Baguida 4 est en danger. Située au bord du littoral, cette école risque de disparaitre, si rien n’est fait d’urgence. Togotopnews tire la sonnette d’alarme et interpelle les autorités, les partenaires en développement, la société civile et les bonnes volontés.

On ne parle ni de l’état délabré des tôles, ni des difficultés de matériels de travail. Mais l’on craint plutôt la disparition totale de l’école. Année après année, l'océan se rapproche de ce temple du savoir. De vagues fortes et les activités humaines ne font qu'accélérer le phénomène de l'érosion de la côte. A plus de 20 mètres de l’océan l’année dernière, l’EPP Baguida 4 est désormais à environ 10m de l’eau, selon les enseignants.

Akpadja Eli Grace, élève au CM2, 10 ans est toujours première de sa classe. Désemparée, elle lance un cri d’alarme. « Je veux qu’on nous construise une nouvelle école. Je veux dire à tout le monde de tout faire pour sauver mon éducation », demande-t-elle.

Cela fait des années que la direction de l’école fait des demandes auprès de l’autorité pour le transfert de l’école sur un autre site mais rien ne profile à l’horizon. « Les autorités nous avait promis de reconstruire l’école sur un autre site. Jusqu’à l’heure actuelle, rien n’est fait. Si un bienfaiteur peut nous aider, cela ne fera que notre bonheur et ce sera une grande satisfaction pour nous et nos enfants », exhorte la Directrice de l’Ecole, Mme Holongnon Akouavi.

La période de pluie fait craindre le pire aux enseignants et élèves. Selon M. Apeti Mensan, enseignant en classe de CP1 à l’EPP Baguida 4, «quand il pleut, c’est la peur au ventre ». Pour lui, que ce soit la « construction des digues au long de la côte ou la délocalisation de l’école, toute solution sera la bienvenue, l’important est d’agir vite ».

Face au drame imminent, les parents d’élèves sont troublés. Ils ne pensent qu’à l’avenir de leurs enfants. Vivant déjà dans une situation de grande précarité, les enfants restent pour eux le seul espoir. Un parent en détresse se lamente : « L’océan a déjà pris tous nos biens. Nos maisons, les objets matériels. Tout ce qui nous reste, ce sont nos enfants. Il faut qu’on nous aide à préserver leur éducation ».

Il est donc impératif de trouver une alternative au plus pressé pour sauver l’éducation de ces enfants et ainsi contribuer à l’atteinte du 4ème objectif de développement durable qui vise à « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

Les autorités, les partenaires en développement, la société civile et les bonnes volontés sont interpellés.

Hélène DOUBIDJI





Autres titres
Togo Collaboration entre l’Etat, la CNDH et les OSC : La LCT proteste contre la créat
Togo Education et œuvre sociale : Le Lycée d’Ahépé aura un centre d’écrit de Bac2, gr

Togo Le nom de Louis Kokou Sagbo bientôt immortalisé en France?
Togo Le secteur de microfinance connait une croissance rapide

Togo Selon le Général Yark, c’est peut-être les « détenus graciés » qui sont à l’orig
Togo 3 togolais distingués aux Olympiades panafricaines de Maths en Afrique du Sud





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 26   GNAROU
Jeudi, 15 Août 2019
Réponse à 25-Ami
  Tu as raison!!
Il fallait dire à tes freres qu'il na fallait pas detruire ce que EYADEMA a fait de bien dans ce pays !!

C'est lorsque tes freres ont mis à sac ce pays avec leur idée tribaliste de la democratie que la voirie a disparu !!

La suisse de l'afrique etait l'oeuvre D'EYADEMA !!

Bonjour mon p'tit !!

 25   Ami
Mercredi, 14 Août 2019
Réponse à 18-GNAROU
  j'étais tout petit. le pays était appelé la Suisse de l'Afrique. Un si joli et magnifique pays. il y avait des services de la voirie qui ramassait les ordures et les déchets. J'ai été heureux de vivre chez moi au pays. Je suis si triste et si déçu. Le pays s'est détérioré. il faut se réveiller. c'est à nous de réparer le pays. il est à nous. c'est chez nous. Personne ne le fera si on ne fait rien.

 24   Pyatetou
Mercredi, 14 Août 2019
Réponse à 23-Guindua Agbolenu
  Mes parents n'ont pas dansé, et ce sont qui m'avaient aussi interdit de danser pour ce cuisinier d'indochine intronisé par la france.👎😂

Le vrai fils de la Terre de Pya.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019