Togo Afrique Monde
Togo  -

Corruption au Togo : Plus d’un Togolais sur deux pense que la présidence, les députés, le gouvernement, la police et les magistrats sont corrompus !


S’il s’était agi des conclusions d’une institution lambda, on en douterait. Mais lorsque c’est Transparency International (TI) qui publie les résultats de sondages sur le phénomène de la corruption, les partisans du régime cherchent à noyer les constats établis sur le Togo dans un ensemble, histoire de faire croire qu’ailleurs, c’est pareil. Mais l’homme doit-il chercher à s’identifier aux autres dans la médiocrité, ou doit-il viser l’excellence ? On peut se demander les critères qui ont faire dire au Millenium challenge corporation (MCC) que le Togo faisait des progrès en matière de lutte contre la corruption

En se basant sur des utilisateurs des services publics les 12 derniers mois avant la publication du rapport sur la corruption concernant le Togo, les résultats des sondages d’opinion sont comme suit : 57% (presque 6 Togolais sur 10) des sondés estiment que la corruption a augmenté ces 12 derniers mois ; 32% (soit presque 1 Togolais sur 3) des utilisateurs disent avoir versé des pots-de-vin contre des services ; 68% (sensiblement 7 Togolais sur 10) pensent que le gouvernement fait un mauvais travail en matière de lutte contre la corruption ; et 6 Togolais sur 10 affirment que les citoyens ordinaires peuvent faire la différence dans cette lutte.

Entre 2015 et 2019, la corruption, selon les institutions, a ainsi évolué : 55% de la population pense que la police et les magistrats sont corrompus en 2019, contre 44% pour la police et 48% pour les juges ; presque le même taux (54%) estiment que les officiels du gouvernement sont corrompus contre 39% il y a 4 ans ; s’agissant de la présidence et la primature, ils sont 51% en 2019 à penser que ces deux institutions sont corrompus contre 37% il y a 4 ans ; les membres de l’Assemblée nationale ne sont pas en reste, puisque 49% des sondés (pratiquement la moitié) estiment que les députés sont corrompus alors qu’ils étaient 35% en 2015.

Le niveau de la corruption a-t-il augmenté durant ces 12 derniers mois ? L’enquête révèle qu’ils sont 57% à répondre par l’affirmative contre 35% il y a 4 ans ; mais 17% pensent que le niveau de la corruption a baissé alors qu’en 2015, ce taux était de 35% ; le taux de ceux qui disent que le phénomène est resté stationnaire est presque le même : 15% en 2015 et 17% en 2019.

Les citoyens ordinaires peuvent-ils faire la différence dans la lutte contre la corruption ? A cette question, ils sont 6 Togolais sur 10 à répondre par oui, et moins d’un tiers à répondre par non. Alors qu’en 2015, ils étaient respectivement 53% et 42%.

Et quand on demande la perception sur l’action gouvernementale à endiguer le phénomène, un Togolais sur 5 en pense du bien, contre presque 7 Togolais sur 10 qui pensent le contraire.

Que dire de ces chiffres ?

C’est d’abord un média en ligne du gouvernement qui cherche des circonstances atténuantes pour justifier ces chiffres. Plutôt que de reconnaître le problème et de proposer des voies pour l’endiguer, ce site tente de fondre la médiocrité dans un tout plus vaste. « Au Togo, comme ailleurs en Afrique, les citoyens ont une perception de la corruption qui s’est aggravée depuis 2015. Un sentiment plus que des éléments concrets pour étayer leur point de vue…Le Togo n’est pas un cas à part. Les données de l’étude sont très similaires pour l’ensemble des pays africains étudiés », peut-on lire sur republicoftogo.com. Si ce n’est pas de l’absolution pour ceux qui sont censés lutter contre ce fléau, ça y ressemble fort. Seulement, le pays a d’énormes besoins de reconnaissance à l’international, et vouloir se cacher derrière des résultats médiocres pourrait jouer un sale tour aux autorités.

Millenium challenge corporation (MCA). Le Togo a été admis au programme seuil et rêve d’être éligible au Compact qui donne droit à des financements américains plus conséquents. Et l’un des critères ayant longtemps réduit les chances du pays est le phénomène de la corruption. Or, il se trouve que les évaluations du MCC sont dynamiques, ce qui veut dire que les voyants de ce fléau pourraient virer très vite au rouge à la prochaine évaluation. En ce moment, ce ne sera plus « l’ensemble des pays africains » qui seront pénalisés, mais bien seulement le Togo.

Pour en venir aux institutions épinglées par les sondages de Transparency International, d’abord la présidence. Lorsque des marchés sont attribués via la procédure du gré à gré, quand des projets sont jetés à la figure du peuple pour réalisation sans que les citoyens ne soient associés aux contours, lorsque des cas de corruption avérés parviennent aux oreilles de la présidence, mais que celle-ci brille par son silence, il n’est pas surprenant que la perception de la gestion des affaires par la présidence soit négative au sein de la population.

La corruption au sein de la magistrature est un fait. L’épisode ayant impliqué la hiérarchie de la Cour suprême depuis mars 2018 et qui a contraint le président de cette institution à faire produire un document d’origine douteux qui n’est en réalité que la preuve des soupçons qui pèsent sur lui dans un dossier foncier, est l’arbre qui cache la forêt. Si sanction il y avait eu, on parlerait de lutte efficace contre la corruption au sein des magistrats au Togo. Malheureusement, ce sont les menus fretins qui sont brandis comme des trophées de guerre.

S’agissant de la police, le dossier est encore chaud et impliquerait de hauts gradés. Combien étaient-ils à siphonner les recettes destinées au Trésor public ? Plus vite les coupables seront identifiés, mieux la police se portera.

Des membres du gouvernement corrompus, le Togo en regorge. Infrastructures, sport, agriculture, marchés publics sont quelques-uns des domaines qui privent le Trésor public de deniers véritables pouvant être affectés à des secteurs sociaux. Des ministres ont géré des fonds, non pas en se léchant les doigts, mais en avalant tout le bras, laissant la portion congrue pour réaliser les projets. Après, c’est pour entendre certaines prétendues autorités contractantes dire devant des « députés endormis » que « l’entreprise a utilisé les fonds pour acquérir du matériel ». Et avec ça, aucun compte ne leur a jamais été demandé. Aucune enquête parlementaire n’a été commise pour situer les responsabilités. Comment la population peut-elle oublier ?

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) est un « make-up », un maquillage destiné à faire croire qu’au Togo, il existe des instruments de répression de ce fléau. Puisqu’elle était en place au moment de la commission de ces délits. La Haute Cour de justice qui, si elle avait été mise en place conformément à la Constitution togolaise, aurait pour vocation de poursuivre les dirigeants haut placés, tarde à voir le jour. Sciemment peut-être. On peut tromper une partie du peuple tout le temps; on peut encore tromper tout un peuple un moment ; mais on ne peut tromper tout un peuple tout le temps.

Abbé Faria

Source : Liberté No.2960 Du Lundi 15 Juillet 2019


Togo  - Accident de circulation à Lomé, des dégâts matériels importants iciLome - [8/21/2019]

Une voiture aurait fini sa course dans le mur d’une habitation ce mercredi à Lomé. Aucune perte en vies humaines, a-t-on appris.


Togo  - Collaboration entre l’Etat, la CNDH et les OSC : La LCT proteste contre la création arbitraire d'une plateforme multi-acteurs iciLome - [8/21/2019]

Pour mettre en application les recommandations des institutions internationales des droits de l'Homme, le gouvernement, par le biais du ministre en charge des droits de l'Homme, a créé une plateforme dans laquelle ne se retrouve que des associations qui font la part belle au gouvernement. La Ligue des consommateurs du Togo (LCT) dénonce.


Togo  - HCTE : 488 inscrits pour 77 sièges finalement iciLome - [8/21/2019]

Le processus pour l’installation du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE) se poursuit. Lentement, les choses se mettent en place avec la clôture des inscriptions hier mercredi 20 août 2019.


Togo  - Education et œuvre sociale : Le Lycée d’Ahépé aura un centre d’écrit de Bac2, grâce au groupe Dunenyo - - [8/21/2019]

Dès l’année prochaine, les futurs bacheliers d’Ahépé, une localité située à plus de 70 km de Lomé, et ses environs ne seront plus obligés d’aller jusqu’à Tabligbo avant de composer dans les matières. Ils auront la possibilité de le faire sur place au Lycée d’Ahépé. Ceci sera possible grâce à la construction du Bloc administratif de l’Office du Bac 2 au sein dudit établissement.


Togo  - Le nom de Louis Kokou Sagbo bientôt immortalisé en France? iciLome - [8/21/2019]

L’hexagone décide d’immortaliser les soldats venus des colonies l’ayant aidé à combattre les troupes hitlériennes lors de la seconde guerre mondiale. Ainsi décide le président français, Emmanuel Macron.


Togo  - Le secteur de microfinance connait une croissance rapide iciLome - [8/21/2019]

Les Systèmes financiers décentralisés (SFD) connaissent une embellie. Les derniers chiffres officiels disponibles font état d’une croissance rapide du secteur de la microfinance au Togo.


Togo  - Selon le Général Yark, c’est peut-être les « détenus graciés » qui sont à l’origine des braquages iciLome - [8/21/2019]

Ce n'est un secret pour personne. Depuis quelques mois, le Togo est frappé par un phénomène d'insécurité. Pour ce premier semestre de l'année 2019, l'on dénombre au total 66 assassinats, 48 cambriolages, 45 braquages et 31 vols à main armée.


Togo  - Revue de presse du mercredi 21 août 2019 iciLome - [8/21/2019]

A la Une : Tikpi Salifou Atchadam, leader du Pnp


Togo  - 3 togolais distingués aux Olympiades panafricaines de Maths en Afrique du Sud iciLome - [8/21/2019]

Trois (3) élèves togolais ont été récompensés aux Olympiades panafricaines de mathématiques qui se sont déroulées du 1er au 7 avril derniers dans la ville de Cap Town en Afrique du Sud.


Togo  - Elections locales : Les UST dressent un bilan négatif du processus iciLome - [8/21/2019]

Les élections municipales organisées le 30 juin et les partielles le 15 août derniers sur toute l’étendue du territoire national n’ont pas été crédibles et transparentes. Du moins, c'est ce qu'indiquent les responsables des Universités Sociales du Togo (UST). Devant la presse mardi à Lomé, ils ont relevé de nombreuses irrégularités ayant émaillé le processus électoral qui a abouti aux municipales.


Togo  - Le MMLK saisit le chef de l'Etat face aux démolitions des habitations iciLome - [8/21/2019]

Adidogomé et ses environs, Ablogamé, Gbamakopé... voilà des localités où les populations sont constamment confrontées à des démolitions de leurs habitations. Une situation qui présage un lendemain sombre pour le Togo. Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) saisit le chef de l'Etat Faure Gnassingbé à propos de la situation. Lire la lettre !


Togo  - Des blessés à Gbamakopé hier : Les populations pointent du doigt le préfet du Zio iciLome - [8/21/2019]

Dans la journée d’hier mardi 20 août, les habitants de Gbamakopé (Djagblé), localité située à l’Est de Lomé ont protesté contre une décision judiciaire qui ordonne la rétrocession de tout le village.


Togo  - Ce que donne en chiffre le commerce international des services iciLome - [8/21/2019]

Pour connaître les données statistiques du commerce international des services, l’Institut national des statistiques et des études économiques et démographiques (INSEED) lance sa seconde enquête sur le sujet.


Togo  - Elections locales partielles : Les résultats provisoires donnent la majorité des sièges au parti UNIR iciLome - [8/21/2019]

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé mardi les résultats provisoires des élections municipales partielles dans les 5 communes restantes. Sans surprise, le partir au pouvoir est crédité de 42 sièges sur 63.


Togo  - Djagblé/Projet de riziculture : Les sans-abris attendent leur recasement Lalternative-togo.com - [8/21/2019]

Ils n’ont plus leurs toits, ils ont perdu leurs terrains qu’ils ont acquis à coût de fortune. Ils se retrouvent sans domicile fixe. A Djagblé, depuis (04) quatre ans, les acquéreurs et les propriétaires vivent le calvaire. Ils sont en réalité victimes de la retenue par l’Etat de la plaine de Djagblé pour la réalisation d’un projet de riziculture financé à hauteur de 9,6 milliards F Cfa par la Banque islamique de développement (BID) et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA).


Togo  - Les populations togolaises toujours privées de leur quotidien national, Togo Presse AfreePress - [8/21/2019]

Après 48 heures de grève, les employés de la Société nationale des éditions du Togo (EDITOGO) ont reconduit ce lundi 19 août 2019, leur mouvement de débrayage pour exprimer leur « insatisfaction » à l'égard des premiers dirigeants.


Togo  - La CEET annonce 5 jours sans électricité dans certains quartiers de la ville de Lomé AfreePress - [8/21/2019]

Certains quartiers et zones de Lomé seront privés d’électricité dans les cinq (5) jours à venir. Il s’agit d’une coupure d’électricité pour raison de travaux de maintenance programmés sur le réseau de la Compagnie Énergie Electrique du Togo (CEET), a appris l’Agence de presse AfreePress


Togo  - Graines du Togo 2019 : Séjour à Paris des lauréats à partir du 22 août prochain iciLome - [8/20/2019]

Gaké Reine et Tchagnao Fechale, lauréats de la 2è édition de « Graines du Togo » vont séjourner du 22 au 25 août 2019 dans la capitale française, a-t-on appris ce jour. La délégation est composée de sept (7) membres.


Togo  - L'ONG « Water 4 All » a offert 150 kits de filtrage d'eau aux populations d'Ando-Bédo iciLome - [8/20/2019]

« L’eau, c’est la vie », dit-on. Mais au Togo, cette source de vie manque cruellement dans beaucoup de localités. Ando-Bédo est l’un de ces villages où les ménages se décarcassent avant d’obtenir ce liquide vital.


Togo  - D1 : Un arbitre exclu de toutes activités pendant 10 ans pour corruption active iciLome - [8/20/2019]

Les sanctions sont tombées après les investigations liées au match de première division de football du 7 avril dernier à Notsè, entre Anges FC de la localité et ASKO de Kara.


Togo  - Affrontements entre les populations de Gbamakopé et les forces de l’ordre iciLome - [8/20/2019]

Ça chauffe actuellement dans le village de Gbamakopé entre les forces de l’ordre et la population. Jets de pierre, grenades lacrymogènes, principales voies barricadées, c’est la scène qui prévaut dans le village où la population refuse d'être privée de ses propres terres.


Togo  - Football: Kossi Koudagba au tournant de sa carrière iciLome - [8/20/2019]

Jeune attaquant qui fait l’unanimité sur le plan local, Kossi Edem Koudagba, 24 ans, dandine entre rester à l’ASCK pour continuer l’aventure en Ligue africaine des champions ou s’expatrier pour d’autres défis.


Togo  - Ras-le-bol des instituteurs normaliens de la promotion 2017-2018 iciLome - [8/20/2019]

Les instituteurs issus de l’Ecole Nationale des Instituteurs, promotion 2017-2018, sont très mécontents. Cela fait près d’un an qu’ils sont sans salaire. Ce matin, ils ont tenu à manifester leur ras-le-bol devant le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative à Lomé.


Togo  - Saisie de 67 tonnes de médicaments contrefaits iciLome - [8/20/2019]

Les médicaments d’origine douteuse pullulent un peu partout sur le territoire. En une année, la douane togolaise a mis la main sur 67 tonnes. Une lutte sans merci, mais qui est loin de décourager les contrebandiers.


Togo  - Le mouvement "En Aucun Cas" demande aux Togolais de se mobiliser pour le procès de Folly Satchivi ce jeudi iciLome - [8/20/2019]

C'est ce jeudi que le premier responsable du mouvement "En Aucun Cas", Folly Satchivi sera jugé à la Cour d'appel de Lomé. Son mouvement, qui dénonce la militarisation à outrance du palais de la justice lors de ses précédents jugements, demande à la population de Lomé et ses environs à se mobiliser ce jeudi à la Cour d'Appel.


Togo  - A la justice togolaise, plus de 90% des dossiers sont des litiges fonciers iciLome - [8/20/2019]

On dit qu'ils sont une poudrière au Togo. Les litiges fonciers dominent les affaires qui sont pendantes à la justice togolaises. Et souvent, cela fait le business de certains magistrats qui en profitent allègrement. Une situation qui amène le MMLK à interpeller les autorités municipales et les préfets.