Gabon

Stratégie nationale pour gérer les conflits entre l’homme et la faune au Gabon

Apanews

Commenter | Lu : 2974 fois

Le Gabon, pays du bassin du Congo ayant transformé en parcs nationaux 11% de son territoire national de 267 667 km2, a mis sur pied une stratégie nationale pour gérer les conflits entre l’homme et la faune, a appris APA de source proche du ministère des eaux et forêts.

Elaborée avec l’appui de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’agriculture (FAO), cette stratégie vise, à long terme, à atténuer les conflits homme-faune, en vue de concilier la conservation de la faune sauvage et la sécurité alimentaire à l’horizon 2018, indique-t-on.

La stratégie s’articule autour des huit axes que sont notamment la gestion efficiente des animaux responsables des conflits homme-faune; la promotion des pratiques adaptées de protection des cultures contre les animaux à problème; le renforcement des capacités techniques des parties prenantes dans la gestion des conflits homme-faune ; la diminution de la compétition entre l’homme et la faune sauvage pour les ressources naturelles.

La stratégie met l’accent également sur la gestion efficace des espaces agraires pour atténuer la prédation des cultures et favoriser l’intensification de la production agricole ; l’intégration de la conservation de la faune dans la dynamique sociale et économique des communautés locales ; l’élaboration de plans d’affectation de terres pour prévenir les conflits ; le renforcement du cadre législatif règlementaire et institutionnel sur les conflits homme-faune.

Réuni, jeudi à Libreville, sous la présidence du chef de l’Etat gabonais, M. Ali Bongo Ondimba, le conseil des ministres a approuvé la Stratégie nationale et le plan d’actions de gestion du conflit homme-faune dans le pays, présenté par le ministre des eaux et forêts, Gabriel Tchango.

La cohabitation est parfois houleuse entre les populations riveraines des treize parcs nationaux crées au Gabon et les animaux qui y vivent. Quand elles ne représentent pas une menace directe pour l’homme, certaines espèces protégées telles que les éléphants et les grands singes (gorilles et chimpanzés) sont de véritables prédateurs dévastant les plantations des villageois.

La tentation est parfois forte pour ces derniers de se faire justice en abattant les prédateurs trop boulimiques ou dangereux, au mépris du code forestier qui interdit l'abattage de certaines espèces protégées.





Autres titres
Gabon Protection de la forêt: des financements pour le 'deuxième poumon de la terre'
Gabon L’ONG «The Gants Club» s’intéresse à l’écotourisme

Gabon Inauguration samedi de la cité écologique baptisée "Edock city"
Gabon S.E. Ali Bongo Ondimba annonce la création de 20 aires marines protégées au sièg

Gabon Un trafiquant d’Ivoire appréhendé à Port-Gentil
Gabon Ali Bongo au COP21: ' Nous sommes une partie de la solution'






Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019