Opinions
Togo

Une affectation suspecte à Kpalimé comme nouvel épisode dans l´acharnement du pouvoir sur le PNP

iciLome

5 Commentaires | Lu : 3422 fois


Depuis le soulèvement du 19 août 2017 le pouvoir de dictature de Lomé, qui a peur de toute opposition sincère, a fait du Parti National Panafricain(PNP), un parti légalement constitué, sa bête noire. Le Président national Tikpi Atchadam est dans le maquis pour sauver sa vie, beaucoup de responsables et militants du parti sont en prison, et il y a une semaine, le conseiller du président national M. Ouro-Djikpa, après plus de 3 mois de détention arbitraire au SRI, a retrouvé la liberté. Les réunions hebdomadaires du PNP à Sokodé et dans ses environs sont empêchées manu militari sur ordre du préfet depuis au moins un mois, avec destruction de chaises et des appareils de sonorisation. Samedi 17 août 2019, à Sokodé, policiers, gendarmes et militaires ont encore envahi le lieu de la réunion hebdomadaire pour réduire en morceaux au moins 400 chaises déjà disposées pour la circonstance, et blessé par bastonnades plusieurs militants.Tel est le tableau sombre de la persécution au vu et au su de tout le monde par le régime Gnassingbé d´une formation politique légalement constituée.

Ce qui attire notre attention aujourd´hui c´est cette affectation qui n´a rien de strictement professionnel de Monsieur Yacoubou A. MOUTAWAKILOU sur Kara. M. Moutawakilou est employé comme professeur de secrétariat au Centre Régional d´Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (CRETFP)de Kpalimé où il exerce depuis 16 ans. Et comme il est également Secrétaire Général du PNP Kloto, et vu l´épée de Damoclès du pouvoir qui plane aujourd´hui sur son parti, la connotation politique de son affectation est vite établie par tout observateur sincère. Les déboires de l´enseignant Moutawakilou ne datent pas d´aujourd´hui. En effet, il fait partie de la vague d´enseignants licenciés en 2000 quand il exerçait à Kara à la suite d´une grève des enseignants pour l´amélioration de leurs conditions de travail. Réintégré après avoir réussi au concours de recrutement, il fut envoyé à Dapaong et en 2003 à Kpalimé où il a travaillé jusqu´à ce jour.

Sur le plan politique, Monsieur Moutawakilou connut également la prison: arrêté le 11 avril 2018 lors d´une manifestation de l´opposition, il fut condamné et écroué à la prison civile de Kpalimé. Il sera libéré le 16 juillet 2018. Dans le cadre de son militantisme pour le Parti National Panafricain, personne ne peut oublier les menaces du Préfet sur sa personne, et l´embrigadement des chefs coutumiers de Kloto qui menacèrent de faire intervenir les chasseurs tradittionnels pour empêcher la manifestation du PNP du 13 avril dernier. Depuis, suite aux menaces du préfet, aucune réunion hebdomadaire n´avait pu se tenir jusqu´à aujourd´hui. Vu tout ce qui précède, nous ne croyons pas exagérer en parlant d´une affectation motivée par des raisons autres que professionnelles. Monsieur Moutawakilou avec qui nous avons échangé depuis Kpalimé, s´étonne de cette décision de l´affecter de nouveau sur Kara, une ville où il avait déjà servi. Il se dit victime d´un acharnement politique pour l´éloigner d´une ville où le PNP a eu à organisder dans un passé récent de gigantesques manifestations.

Un régime qui parle de démocratie, d´état de droit et de réconciliation, mais dont les attributs sont la loi de la jungle, la terreur, la division et l´impunité. Le silence et surtout l´inaction du reste de l´opposition ne contribuent-ils pas à encourager un tel comportement d´un pouvoir qui sait désormais qu´il n´a plus rien à perdre?


Samari Tchadjobo
Allemagne

L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
Allemagne




Autres titres
Togo Tout processus électoral au Togo vise au maintient de la dictature
Togo L'armée togolaise après l’alternance : et si on mettait fin à l’omerta ?  

Togo Lettre ouverte au Président de la Commission Électorale Independante du HCTE
Togo Mitterrand, Macron et les Gnassingbé : entre « limitation » et « dé-limitation »

Togo Les victimes et les indigné(e)s par le Sang Versé à la France : Déclaration limi
Togo Les ministres des Affaires étrangères, Robert Dussey du Togo et Jean-Yves Le Dri





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 5   Huaty
Vendredi, 6 Septembre 2019
  Ce qui est frappant c'est que le monsieur a un curriculum vitæ bien chargé Hihihihi ! Licencié en 2000, admis à un concours en 2003, incarcéré en 2018, pourchassé par un préfet, des chefs coutumiers et des chasseurs .... ou presque ... Hihihihihi
Si ce professeur ne veut pas être muté, qu'il devienne syndicaliste ! Pour le moment c'est la solution. Là il pourra faire grever les enseignants pour demander l'annulation de son affectation.
Pauvres enseignants togolais !!!!

 4   aleza
Lundi, 26 Août 2019
  IL EST ENGAGE POUR ENSEIGNER OU POUR ORGANISER DE gigantesques manifestations
A KARA IL PARLERA LE KOTOKOLI QUE LES HABITANTS DE CETTE VILLE COMPRENNENT ET PARLE A 80%. IL FERA AINSI UN BON BOULOT AU PNP OU BIEN PLUS SIMPLE IL DEMISSIONNE; MON FILS FAIT 6 ANS A LA MAISON FAUTE D'EMPLOI APRES SA LICENCE.

 3   Diable
Jeudi, 22 Août 2019
Réponse à 2-des comediens
  Je suis d' accord avec toi mais ceux qui vous dirigent, connaissent-ils la politique (du moins le sens du mot)?



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019