PRESSE- Presse togolaise
Togo

Presse togolaise/Amour et chagrin : 2020 ou le syndrome de la tentative de justification logique d’une situation illogique

-

3 Commentaires | Lu : 939 fois

C’est la toute dernière trouvaille de ce que je peux désigner une certaine presse. Des confrères, puisque je suis obligé de les désigner comme cela, malgré que le bon sens m’oblige à croire fermement que nous ne faisons pas le même job, simplement que du journalisme, en font leurs choux gras : l’objectif 2020 d’un certain Monsieur Faure Gnassingbé.

Ce n’est pas lui qui intéresse dans cette réflexion puisqu’il est dans son rôle lui mais plutôt ceux qui sont sensés éclairer l’opinion publique de cette opportunité qu’il peut s’octroyer, envers et par devers toutes les contestations que cela suscitent dans la population.
C’est la première remarque qui obscurcit toutes les tentatives de la justification de l’objectif 2020 de Monsieur Faure Gnassingbé. Qui plus est encore, si on parle de 2020, ce qui veut dire pas du moment présent, pas de l’instant présent, cela suppose le futur, ce qui veut dire de ce qui adviendra. Nous sommes donc, selon toute logique, dans la possible conséquence de la situation politique actuelle.

C’est ici que se pose la véritable problématique qui nous intéresse : pourquoi donc tente-t-on de noyer la CAUSE en s’appesantissant sur la CONSEQUENCE dans de vaines supputations pour cette tentative d’enfumage collectif des Togolais ?

Au demeurant, le TOGO est une République, une « RES PUBLICA », une « CHOSE PUBLIQUE », un patrimoine commun à nous tous mais qui a cette particularité d’avoir été régenté pendant 38 ans par un certain Gnassingbé Eyadéma, puis depuis bientôt 15 ans par un certain Faure Gnassingbé, tout en ayant à l’esprit que la coïncidence de patronyme n’est pas un fruit du hasard mais une succession d’un père et de son fils. Cette scabreuse succession que les Togolais appellent, par un pur euphémisme, « … une venue de Faure Gnassingbé dans les conditions qu’on sait dans la nuit du 05 février 2005 » pour ne pas raviver les souvenirs des tueries et autres actes abjects qui ont couvert cette période.

Et tout le monde s’en était accommodé pour tenter un nouveau bien vivre ensemble avec la ferme promesse de corriger les dérives du père : le retour à la Constitution originelle de 1992 limitant l’exercice de la Magistrature Suprême à deux mandats, les réformes constitutionnelles et institutionnelles …

Deux décennies était passées et il était apparu qu’aucun de ses engagements n’avaient été tenus et pire il était apparu à partir de 2015 la volonté affichée de Monsieur Faure Gnassingbé d’asseoir un règne au mépris de tout. Et il finit allègrement son troisième mandat et lorgne sur un quatrième, le fameux 2020. Voilà le tableau ! Voilà la véritable problématique !

Comment donc peut-on, par quelle artifice que ce soit, justifier cette situation illogique en lui greffant les contestables textes de lois non consensuels actuels qui enlèvent toutes ses vertus à la République et qui la fait ressembler à une monarchie ?


Blaise Sallah





Autres titres
Togo Professionnalisation des Médias : Un studio pédagogique inauguré par le gouverne
Togo Revue de presse du vendredi 27 septembre 2019

Togo Revue de presse du mercredi 25 septembre 2019
Togo Revue de presse du lundi 23 septembre 2019

Togo Revue de presse du vendredi 20 septembre 2019
Togo Revue de presse du mercredi 18 septembre 2019






Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019