Opinions
Togo

Pour un Togo sans ( cette ) présidence

iciLome

3 Commentaires | Lu : 1096 fois


Le temps de l’élection présidentielle est un très grand moment dans tout état dans le monde, particulièrement en Afrique, et notamment au Togo. Cette situation nous oblige à analyser l’élection présidentielle en Afrique, et l’exercice de la fonction présidentielle. On peut se demander si le régime présidentiel est le meilleur, et si un autre régime n’aurait pas permis d’obtenir de meilleurs résultats dans la gestion de nos états.

La croyance commune est que l’État a besoin d’une tête, d’une présidence. Nul ne peut contester qu’un corps a besoin d’une tête. Comment la trouver ? Comment la trouver pour quelle soit la meilleure ? Et quelle peut être sa fonction ?
Les présidences que nous avons connues pendant le demi-siècle écoulé ont été le pouvoir d'un seul homme, sans contrôle, une mono-archie absolue. Pouvoir exécutif, pouvoir législatif, pouvoir judiciaire, budget de l'Etat, tout est dans la main d'un seul homme, sans contre-pouvoirs, sans freins institutionnels, sans contrôles.

Il était dit que cette concentration devrait éviter les pertes d'énergie et de temps et hâter le développement. C'était oublier qu'un être humain, laissé à lui-même, n'est, à priori, ni idéaliste (avec l'idéal du développement de toute une nation ), ni altruiste ( préoccupé par le sort de ses concitoyens), ni sage, sachant lui-même se fixer des limites.

Ce que notre continent a connu fut tout le contraire de ce qui avait été espéré.
Voici un président qui s'empare du budget de l'état dont il a la charge pour gonfler son compte en banque, s'acheter des biens de toutes sortes, oubliant le peuple dans sa misère, sans que dans le pays, aucune institution, aucune force ne l'arrête.
Voici un président qui vient, avec les revenus des matières premières aussitôt vendues, s'acheter un grand château familial d'un grand banquier.
Voici un président nouvellement élu qui doit rembourser les milliards de francs empruntés pour sa campagne par l'achat précipité d'un avion surfacturé.
Voici ce pays africain pétrolier, où la famille du président vit riche en milliards de dollars américains et où le peuple, dans les bas quartiers, doit faire appel à la charité des ONG pour l'approvisionnement en eau potable.
Un président africain meurt, et l'on trouve des milliards dans son compte caché à l'étranger. Et que se passe-t-il? Une forte pluie, une véritable tornade, s'abat sur le pays, et tous les ponts, laissés des décennies sans entretien, s'écroulent du sud au nord, laissant la région septentrionale qu'il prétendait développer en premier lieu dans un isolement total.

Les régimes présidentiels africains n'ont pas été des réussites, encore moins les régimes militaires africains qui ont tous été des échecs. Même ailleurs, les régimes présidentiels posent de sérieux problèmes dont la seule origine est la concentration du pouvoir dans la main d'un seul individu. Le régime présidentiel français issu des guerres coloniales n'est pas imité en Europe de l'Ouest où partout prévaut le régime parlementaire. En France, les observateurs s'interrogent sur le régime politique et l'on parle de "monarchie républicaine" ou de "république monarchique" en faisant allusion à la concentration excessive du pouvoir.
Quelques réflexions sur le système politique français:.
- Un homme politique de la majorité au pouvoir: "On est dans un régime présidentiel exacerbé. Quelle que soit la personnalité au pouvoir, elle ne peut résister... La pression médiatique met le chef de l'Etat au centre de tout."
- Un membre d'un think-tank (groupe de réflexion) américain: " La France a plus besoin d'une réforme de son système politique que [de celle] de son système économique. La France fait figure d'exception singulière dans l'Union européenne où tous les autres pays ont un régime parlementaire et où les coalitions permettent les réformes économiques et peuvent ainsi faire face aux défis populistes."
- Un analyste politique: " Le système politique français est rigide, ne comprend pas l'univers européen dans lequel on évolue; nous avons des coalitions au pouvoir dans la grande majorité des pays européens où tout passe par la négociation, le compromis."

Quel régime politique pour le Togo?
Les régimes présidentiels qui ont réussi, c'est-à-dire permis le développement de leurs peuples sont rares, et plus rares encore sont ceux où les biens publics et les biens privés ne finissent par se confondre au détriment de l'Etat. La tendance à la monarchisation du pouvoir est forte. Combien de fois n'avons-nous pas vu un chef d'Etat faire tout pour voir son fils prendre la succession? En Afrique, le régime présidentiel est à bannir. Saurons-nous jamais l'encadrer comme aux Etats-Unis où le pouvoir du Président est limité par le Congrès et les juges?

Il est bon qu'il y ait, dans un régime parlementaire, une autorité au-dessus du Parlement et du premier ministre qui en est issu
.
Alors une Reine britannique ou un Ayatollah-guide-suprême iranien? Pas du tout! Un Conseil Présidentiel de cinq (5) membres élu pour 10 ans, non renouvelable, peut bien jouer ce rôle. Chaque membre aura à présider le Conseil pendant deux ans et jouera en cette période le rôle de Chef d'Etat. Le Conseil supervisera aussi l'action gouvernementale et peut faire démettre le Premier Ministre ou les ministres.

En résumé, le régime présidentiel est souvent pervers, et en Afrique, n'a pas beaucoup permis le progrès de nos peuples. Les Africains sont invités à imaginer des institutions avec des contre-pouvoirs efficaces et trouver des systèmes politiques où toutes les richesses ne seraient pas concentrées dans les mains d'une minorité.

Des institutions qui permettraient de mettre fin à cet énorme scandale de pays riches, souvent très riches à populations pauvres, intensément pauvres.
Pays africains, pays des Damnés de la Terre? Pays des Princes Mendiants?
Une certitude: la Présidence dans sa conception actuelle doit être bannie. Un régime parlementaire, malgré ses imperfections, est seul de nature à limiter les dégâts et à permettre le progrès de nos Peuples.

John SEMUHA < [email protected] >
Paris, le 5 octobre 2019.

L'AUTEUR
John Semuha
.




Autres titres
Togo Il faut sauver le soldat Faure (Première partie) : préparer Faure aux fonctions
Togo KLATCHAA, ACTE QUATRIÈME

Togo RNDP: Soyons un peu sérieux !!!
Togo ALI BAWA, le beau troubadour

Togo Des coquilles vides comme maires du grand Lomé: on les avait pourtant avertis
Togo Savoir oser pour sauver le Togo : il faut abandonner le dialogue politique





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 3   Pragmatism
Lundi, 21 Octobre 2019
Réponse à 1-John Semuha
  Pertinent vraiment. Merci pour la réflexion et suggestion. Il est très clair que le system démocratique et présidentiel a lamentablement échoué en Afrique. Un petit tour en histoire nous donne la leçon suivante:

1 - Aucune civilisation n'a été développée avec ce système. (Aucune. De la Mésopotamie a la chine et Rome, en passant par les égyptiens, les grecs, les Perses, les arabes, les grands empires Africains d'antan, et ceux d'Europe). Toutes ces civilisations ont brillé à travers un régime de leaders à long termes, tant que le leader sert le people. Des que leurs allégeance au service du people est remis en question, ou des qu'ils ne produisent plus de résultats, ils sont demis de leurs fonctions, souvent violement.

2 - Aucun des pays développés du monde moderne, tous les pays européens, les états unis, le Canada, l'Australie, ou encore les asiatiques comme le Japon et la Corée sont arrivé ou ils sont avec un system présidentiel et une limitation de mandats. Les états unis n'ont adopté la limitation de mandats que dans les années 1950s, quand ils étaient déjà en avance sur tout le monde. Les européens ont fait la même chose. La chine d'ailleurs vient de changer leurs system pour maintenir le conseil suprême, avec sa tête le président actuel, permanent. Nul ne peut contester que ce conseil et ce président ne produisent pas de résultats, puisque sous son leadership, la chine est devenue une force incontestable et incontournable du monde.

3 - Alors, pourquoi les sous-développés s'entête avec un system qui n'a jamais démontré de résultats? Tout plan de développement se fait à long terme, que ce soit une société ou un pays. Il n'existe pas de vrai plan de développement d'un pays à court terme. Pourquoi alors remettre la pendule a l'heure chaque 5 ou 10 ans? Il faut une certaine continuité pour une application réelle du plan.
Votre proposition est très réaliste. Je dirais même que nous devrions éliminer la limitation de mandat, mais maintenir une élection périodique pour donner au people l'opportunité de se faire entendre. Un peu comme un vote de confiance.

NB : Le seul et indispensable ingrédient a ce system, que l'Afrique laque en ce moment est la crédibilité des élections. Voilà ou nos efforts doivent se concentrer. Des que cela devient un acquis, on peut procéder a la reforme de nos systèmes gouvernementaux pour un vrai développement. Comme le dirait l'anglais, un développement "Sustainable".
Merci.

 2   Abass
Lundi, 21 Octobre 2019
  Réflexion pertinente. Le régime présidentiel a montré ses limites. Il nous faut trouver autre chose. Et votre suggestion mérite qu'on l'étudie. Malheureusement, non politiques actuels sont plus préoccupés par leur ventre que la réflexion.

 1   John Semuha
Mardi, 15 Octobre 2019
  John Semuha
Relecture. Remplacer: "Comment la trouver pour QUELLE soit la meilleure?" par "Comment la trouver pour QU ' ELLE soit la meilleure?". A vos commentaires, Merci!


Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019