Opinions
Togo

Des coquilles vides comme maires du grand Lomé: on les avait pourtant avertis

iciLome

7 Commentaires | Lu : 2066 fois


Aucune dictature au monde ne se démocratise d'elle-même; ni de l'intérieur, ni de l'extérieur. Une dictature reste une dictature. Et si nous prenons l'exemple de la dictature Gnassingbé au Togo, nous avons déjà et à plusieurs reprises assisté au changement de vestes d'opposants qui argumentaient vouloir aller changer le système de l'intérieur. Mais toutes ces personnalités qui avaient accepté des postes de ministres ou de premiers ministres dans le gouvernement du dictateur, n'avaient pu rien changer. Tout ce qu'ils avaient réussi c'était d'avoir pu renflouer leurs comptes en banque. Quant aux conséquences liées à la gouvernance dictatoriale, elles continuent à faire des ravages au sein des populations. C'est pourquoi quand Gilchrist Olympio signa son fameux accord avec Faure Gnassingbé en 2010, beaucoup d'observateurs n'ont pas tort en parlant de trahison, surtout que de gros sous y étaient pour quelque chose.

Après plus de 27 dialogues et autres accords dont l'esprit n'a jamais été appliqué par le pouvoir de Lomé, après plusieurs mascarades d'élections sur plusieurs décennies avec leur corollaire de violations des droits de l'homme de toutes sortes, tout opposant sérieux à ce régime devrait réfléchir par deux fois avant d'accepter participer à un dialogue ou à un scrutin électoral quel qu'il soit. Dans le cas d'espèce où il s'est agi de la participation ou non de la vraie opposition aux élections locales, nous étions parmi ceux qui doutaient du bien fondé de ce scrutin et surtout d'un quelconque intérêt qu'aurait l'opposition en y participant. Nous savions que le régime Gnassingbé usera de subterfuges de toutes sortes pour dépouiller les éventuels maires élus de l'opposition de tous les pouvoirs. C'est pourquoi nous pensions que même si la majorité des mairies revenait à l'opposition, ça ne changerait rien aux souffrances des populations togolaises. Le drame togolais restera entier et le régime de Lomé sortira révigoré parce que l'opposition l'aura légitimé une fois de plus en l'accompagnant aux élections.

Dans un précédent article nous dénoncions l'incohérence des ex-partis de la C14, qui, après avoir boycotté les élections législatives de Juin 2018 avec comme motif l'imperfection des lois et institutions chargées des élections, avaient décidé de participer au scrutin municipal alors que rien n'a changé. Non seulement ce scrutin de la honte avait toutes les caractéristiques d'une vraie mascarade électorale comme on en connaît depuis des décennies au Togo, mais ce fut également l'occasion pour des partis qui se disent de l'opposition de pactiser avec le diable qu'ils prétendent combattre. Des maires UNIR furent élus avec la bénédiction des élus dits de l'opposition. Il était clair qu'en décidant d'aller à ces élections les partis de l'opposition participationnistes étaient à la recherche de postes de conseillers municipaux et de maires, ils savaient tous que leur participation n'apporterait rien à la lutte du peuple pour sa libération.

A-t-on besoin d'avoir étudié à Sciences-Po pour savoir qu'au cours d'une lutte contre une dictature cinquantenaire comme celle des Gnassingbé au Togo, il y a des erreurs qu'une opposition ne devrait pas commettre? D'autant plus que ce pouvoir nous a plusieurs fois montré dans un passé récent de quoi il est capable s'agissant de sa mauvaise foi, et de son jusqu'au-boutisme dans le mal? On ne peut pas faire de la démocratie dans une dictature sans avoir auparavant lutté et détruit les attributs qui font de la dictature une dictature. Et c'est ce que certains de nos amis au sein de l'opposition n'ont pas compris ou ne veulent pas comprendre pour des raisons qu'eux seuls connaissent. Le refus de partager la moindre parcelle de pouvoir pour pouvoir continuer à gérer le pays dans l'opacité la plus totale, à violer les droits de l'homme et à piller les richesses en toute impunité, c'est ce qui caractérise ce régime qui considère les autres Togolais comme des étrangers qu'il faut exploîter et maltraiter à loisir. Comment alors peut-on croire qu'un tel pouvoir aussi inhumain pourrait accepter d'ouvrir sincèrement les vannes pour que des opposants qu'il considère comme des ennemis aient leur part du pouvoir? Ce n'est pas possibe et ce ne sera pas possible tant que ce pouvoir qui abhorre la transparence et surtout l'alternance restera en l'état.

C'est pourquoi cet acte d'humiliation du pouvoir à l'égard des nouveaux maires surtout de l'opposition dans le grand Lomé ne nous surprend pas. On pouvait d'ailleurs déviner l'intention du régime RPT/UNIR quand il fit modifier la loi sur la décentralisation quelques jours avant la tenue du scrutin municipal le 30 Juin 2019.
"....cette lutte est d'abord une lutte pour la liberté, et non une lutte pour le pouvoir..." tout le drame de l'opposition togolaise est contenu dans cette petite phrase prononcée par Tikpi Atchadam dans son dernier message-audio. Avons-nous créé nos partis politiques pour aller à n'importe quelle élection à n'importe quel prix pour avoir le pouvoir, donc des postes de maires, de conseillers municipaux ou de députés? Ou faisons-nous la politique pour nous organiser et aider le peuple à se libérer? Une chose est sûre: le régime incarné par Faure Gnassingbé ne changera pas.Il continuera à être fidèle à sa mauvaise foi et à son énergie criminelle.Il revient désormais aux leaders des partis politiques qui se croient et sont conscients d'appartenir encore à la vraie opposition de mettre de côté les petites jalousies, les guéguerres de bas étage, les réflexes tribalistes pour se mettre autour d'un idéal commun pour reprendre ensemble la lutte, car le défi que constitue 2020 doit nous interpeller. Pour aller aux élections et jouir du pouvoir qu'on en aura tiré, il n'y a qu'une seule solution: s'organiser ensemble, organiser le peuple, le sensibiliser pour mettre le régime Gnassingbé hors d'état de nuire. Autrement les partisans des élections à tout prix risquent à la longue d'être considérés comme les alliés de ce pouvoir tant décrié de tous les côtés.

Samari Tchadjobo
Allemagne

L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
Allemagne




Autres titres
Togo Il faut sauver le soldat Faure (Première partie) : préparer Faure aux fonctions
Togo KLATCHAA, ACTE QUATRIÈME

Togo RNDP: Soyons un peu sérieux !!!
Togo ALI BAWA, le beau troubadour

Togo Pour un Togo sans ( cette ) présidence
Togo Savoir oser pour sauver le Togo : il faut abandonner le dialogue politique





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 7   Tanga
Mardi, 29 Octobre 2019
  L' election de 2020 interpelle tout les Togolais!
" Le regime RPT/Unir n' a jamais gagne une seule election" avec cette phrase faisons donc attention.
Il faut reclammer que la CENI et CELI soivent reellement independant ce qui signifie a mettre
a la tete de ces institutions les hommes dignes, les religieux, les femmes. Les Partis politique
opposition et RPT/Unir vont etre donc observateurs pour accompagner a bon les elections.
La CENI et CELI sont bourees des partis politique et surtout le parti au pouvoir et on dit au
pauvre togolais que ces partis sont independant????
Cela est donc la source du problem Togolais!!!


 6   Histoire
Mardi, 29 Octobre 2019
  personne ne donne du crédit à cet nullard samari qui passe son temps a raconté des inepties de ni tête ni queue.
on sait que tu es kotokoli et que tu es membre du pnp et c'est bien, à part passer votre temps à insulter un leader politique et son parti politique et qui combat le même énnémi qui n'est d'autre que le rptunir ; que faites vous?
votre adverssaire n'est plus le rpt-unir mais l'anc et son président?
au finish qui travaille pour le rptunir ? vous et vos cies apparemment avec ce jeu de courbette que vous faites au régime rptunir en attaquant l'anc pour vous faire pardonner par le rptunir.
chaque chiffon que tu fais publier ici est d'attaquer l'anc , tu es vraiment pathétique hahahahaha

 5   Afalobi
Vendredi, 25 Octobre 2019
  Bien dit Monsieur Samari. Quelquun come Jean Pierre Fabre par exemple est un assoiffe de pouvoir, un veritable egoiste qui joue tres bien le jeu du pouvoir en l'accompagnant a chaque fois aux election moyennant bien sur des billets claquants. C'est un politicien de cariere, il cherche tjrs a se reflouer les poches aux grand dames de pauvres jeunes qui le supportent mais ne maitrisant pas bien les vrais intentions de ce monsieur et qui croient fermement en sa capacite de faire changer les choses politiquement alors qu'il n'est que le replicat de Jules Christ Olimpio, son mentore. JPF est un vrais faux , un saprophite que la jeunesse togolaise eprise de democration doit decrier et desavouer sur touts les plans. Il est un veritable frein a la lutte politique parceque , un allie politique de faure Gnassimgbe ds le manteau d'un oposant. il est temps de demasquer ce monsieur. Ce soit disant chef de fill de l'oposition qui lance sa candidature pour la presidentielle de 2020 sachant bien que le cadre electoral n'a pas ete revise, vient de sabauter une fois de plus la lutte pour la democratie au togo.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019