Politique
Togo

Pour Bawara, les Evêques sont « une caisse de résonance » pour l’opposition

iciLome

16 Commentaires | Lu : 2782 fois

La dernière sortie de la Conférence des Evêques du Togo (CET) est mal perçue au Palais de la Marina. Dans une interview accordée à certains organes de la place, le porte-parole du pouvoir de Lomé, le ministre Gilbert Bawara accuse les Evêques du Togo de chercher insidieusement à répartir les blâmes tout en câlinant l’opposition aux dépens du régime RPT-UNIR.

« Accuser les uns d’être réfractaires à l’alternance et faire preuve de mansuétude à l’endroit de l’opposition gentiment taxée de manquer de vision, cela en dit long. Et on veut quand-même que ceux qui manquent de vision, qui n’ont ni idée, ni projet et ni programme pour le pays, incarnent l’alternance. C’est donner le sentiment que ce qui importe, c’est le départ de ceux qui sont aux affaires, peu importe les conséquences », a lâché, d’entrée de jeu, le ministre de la Fonction publique, de la Réforme administrative, du Travail et de la Protection sociale.

Même s’il ne conteste pas la mission pastorale et prophétique de l’Eglise dans la société, il estime que certaines prises de position des prélats sont « partisanes ». Ce qui donne à penser qu’ils sont une « caisse de résonnance des revendications d’un camp », celui de l’opposition bien attendu.

Le ministre Bawara dénonce également le fait que la Conférence des Evêques du Togo demande la suspension du processus électoral en cours pour la présidentielle de 2020. Pour lui, exiger la suspension ou l’arrêt du processus électoral actuel aurait pour effet d’ouvrir une période de doute et d’incertitude pour le pays avec toutes les conséquences dévastatrices et désastreuses sur le plan économique et social.

« Certaines prises de position des Évêques togolais sont perçues, à tort ou à raison, par nombre de nos concitoyens comme un parti pris et une caisse de résonance des revendications d’un camp. Certaines prises de position, à la veille des élections législatives de décembre 2018, ont donné le sentiment de conforter la C14 dans son intransigeance et son radicalisme avec les conséquences que nous savons.

Comme hier, les prises de position actuelles peuvent même avoir un effet démobilisateur. Il me parait excessif et pas raisonnable ni réaliste pour la Conférence épiscopale de demander la suspension ou l’arrêt du processus électoral pour enliser le pays dans des pourparlers interminables. Cela aurait pour effet d’ouvrir une période de doute et d’incertitude pour notre pays avec toutes les conséquences dévastatrices et désastreuses sur le plan économique et social », a-t-il souligné.

Pour finir, Gilbert Bawara trouve que les Evêques s’immiscent ou se prononcent trop souvent sur les questions d’ordre politique.

Godfrey Akpa





Autres titres
Togo Présidentielle de 2020 : Les candidats seront connus à partir du 8 janvier proch
Togo Satchivi démarre sa grève de la faim devant le siège de l'ANC

Togo Affoh Atcha-Dédji, de Togocom au ministère des Enseignements primaire et seconda
Togo Présidentielle 2020 : Jean Kissi invite l’opposition à une « stratégie unitaire

Togo Présidentielle 2020/ Mgr Kpodzro : « Quand je parle de candidature unique, je m’
Togo Présidentielle 2020 : Une équipe de la CEDEAO visite la CENI





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 16   Clement GAVI
Mardi, 3 Décembre 2019
  A celui ou celle qui se réfugie derrière le pseudonyme de Lucrece et qui affirme 'Si vous collaboriez avec ce pouvoir depuis les années 90, vous auriez déjà obtenu l'alternance!
Restez dans vos postures revanchardes et anti-françaises, cela n'aboutira jamais.' je souhaitais lui dire, qu'il y a quelques mois, Gilchrist Olympio qui était l'un des opposants les plus important, était encore une logique de collaboration avec le régime. Qu'a t-il réussi à obtenir comme résultat? Le régime l'a ruiné en le souillant. Il a tout perdu. Aux législatives, la dictature l'a encore enfoncer en lui réservant que 3 petits sièges à l'assemblée nationale. Gilchrist Olympio était persuadé qu'avec cette collaboration il obtiendra des réformes structurelles nécessaires. Sauf qu'il s'était trompé. Si vous ne savez pas de quoi vous parlez, n'affirmez pas les choses. L'exemple de Gilchrist Olympio et de l'UFC est révélateur. Collaborez avec ce régime ne servira à rien si ce n'est, comme Gilchrist Olympio l'a fait à redorer le blason de cette dictature.

Gilchrist Olympio a fait le pari, il a posé des actes forts allant jusqu'à appeler à cette collaboration depuis le lieu où son père Sylvanus Olympio a été assassiné. Il croyait qu'il avait la bonne stratégie. Il est où aujourd'hui? Il a tout perdu, l'aura qu'il avait, l'estime que le peuple Togolais avait pour lui. Il a tout bradé en faisant confiance à cette sanglante dictature qui est la manifestation même des gens qui ne connaissent ni valeurs, ni moralité, ni éthique, des gens qui sont persuadés qu'ils doivent dominer, conquérir les autres et tous les moyens sont bons dans cette perspective.

Non, l'heure n'est pas à une quelconque collaboration avec cette dictature. Le peuple Togolais exige le départ de Faure Gnassingbé après 53 ans de dictature. Vous auriez raison si vous parliez de pardon, de pardonner les crimes de ce régime. Vous avez absolument tort de parlez de collaboration.

Quant à ce qui est des 'postures revanchardes et anti-françaises', je dénonce avec véhémence la Française Ségolène Royal, le Français Manuel Valls et je redis que cette sanglante dictature qui tue au Togo depuis 1967, a les moyens de terroriser, de persécuter, de ruiner la vie des Togolais en France, par le biais de citoyens Français aux ordres des criminels djihadistes terroristes Yacoubou Boukari et son beau fils Razak et de Faure Gnassingbé. Si dire cela c'est avoir des postures revanchardes et anti-françaises, alors je l'assume. Je l'assume en rajoutant la France, est l'autre pays de la sanglante dictature dynastique qui représente la mort et la souffrance, les privations et la misère au peuple Togolais depuis 1967.

Parlez de pardon au peuple Togolais. Ne venez pas nous parler de collaboration et de postures revanchardes anti-françaises. Ce que je dis au sujet de Ségolène Royal et de Manuel Valls je leur dirais si j'avais été en face d'eux. Je ne suis pas hypocrite. Des milliers d'êtres humains ne peuvent sans arrêt venir au monde pour souffrir des dictatures qu'ils se permettent de soutenir.



 15   Clement GAVI
Mardi, 3 Décembre 2019
  'Pour Bawara, les Évêques sont « une caisse de résonance » pour l'opposition'

Dans un monde où l'Eglise enseigne depuis des siècles que les hommes ont été sauvé par la souffrance de Jésus Christ sur la Croix, mais où au Togo, depuis 1967, la vie devient condamnation par le fait d'une sanglante dictature dynastique, si les Évêques avaient vraiment été une 'caisse de résonance' pour l'opposition, c'est peut-être les leaders de l'opposition qui auraient été reçu au Vatican par le Saint Père et non Faure Gnassingbé qui a pris le pouvoir en 2005 en assassinant des centaines de Togolais, après 38 ans d'une brutalité toute sanguinaire de son père Eyadéma Gnassingbé. Gilbert Bawara fait de la diversion, il sait que les Évêques ont été et sont très bienveillant avec la sanglante dictature.

Des milliers croient en Dieu au Togo, des milliers vont à l'Eglise tous les dimanches et ils doivent vivre dans une sanglante dictature depuis 53 ans. Si comme le dit Bawara, les Evêques étaient une caisse de résonance pour l'opposition et comme l'opposition au Togo, c'est la très grande majorité des Togolais, Faure Gnassingbé ne serait pas encore là à nous dire qu'il souhaite un 4è mandat. Les Evêques au Congo RDC ont montré ce que devraient être les Évêques. Car, le Christ a délivré.


Mgr Djakpah Denis Amouzou, la Française Ségolène Royal, le Chinois Jack Ma et la Banque Mondiale, etc sont les caisses de résonance pour cette sanglante dictature dynastique qui tue au Togo et persécute et terrorise dans certains pays Européens.

Le peuple Togolais est sans ambiguïté. Il exige le départ de Faure Gnassingbé. 53 ans de terrorisme, cela suffit.

 14   Lucrece
Mardi, 3 Décembre 2019
Réponse à 6-caramba
  Une opposition toujours chagrine, plaintive et pleurnicharde depuis la nuit des temps ne peut rien contre UNIR, un véritable colosse politique!

Si vous collaboriez avec ce pouvoir depuis les années 90, vous auriez déjà obtenu l'alternance!
Restez dans vos postures revanchardes et anti-françaises, cela n'aboutira jamais.

Du n'importe quoi.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019