Société
Togo

Un affrontement entre gendarmes et civiles fait un mort et plusieurs blessés à Anié

iciLome

7 Commentaires | Lu : 2990 fois

Dans le village de Tchakpalakopé, dans la Préfecture d'Anié, un affrontement entre les habitants de ladite localité et un peuhl a dégénéré. Les forces de l’ordre et de sécurité interviennent. Bilan : un décès et des blessés.

Selon un communiqué du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Yark Damehame, tout part de la dévastation des champs par des bœufs appartenant à un peuhl. Ceux qui ont vu leurs cultures détruites se révoltent et, dans leur colère, s'en prennent au propriétaire des troupeaux. Entre-temps, certaines bonnes volontés ont tenté de trouver une solution à l’amiable en vain. Les habitants somment le peuhl de quitter le village.

La situation devient tendue. L’employeur du peuhl porte l’affaire devant la Brigade de Gendarmerie de la localité. Motif, violences policières. Les deux parties sont convoquées. L’une, c’est-à-dire les mis en cause, ne répond pas à l’appel.

« C'est alors que le commandant a envoyé sur place deux gendarmes pour comprendre les motivations de ce refus de comparaître. Une fois arrivée dans le village de Tchakpalakopé, les deux agents de la gendarmerie ont été pris à partie et molestés par les habitants, qui ont déchiré leur uniforme, retiré leurs portables et cassé leurs motos », explique le communiqué.

Selon toujours la version officielle, le commandant se déplace lui-même sur le terrain, accompagné d’une équipe composée de gendarmes dans l’optique de faire revenir le calme. A l’aide de coupe-coupe, de gourdins…, surtout renforcés par une partie des habitants du village voisin de Palakoko, ils chassent les agents des forces de l’ordre. Ces derniers font usage de grenades lacrymogènes suivis de tirs de sommation.

« Malheureusement, cet incident a occasionné des blessés graves dont cinq du côté des gendarmes et un par balle du côté des paysans. Ce dernier succombera plus tard des suites de ses blessures après son évacuation au Centre hospitalier préfectorale », poursuit la note du Général Yark.

A.H.-





Autres titres
Togo RGPH-5 : Le Togo lance un appel pour mobiliser les ressources financières
Togo La convention collective des BTP en phase de campagne

Togo OTR/Gaspillage des recettes de l’Etat : 18 véhicules 4X4 neufs pourrissent au so
Togo Microfinance : Plus de 500 millions de FCFA volatilisés à Lumen

Togo Togocom : Les factures des fournisseurs toujours en souffrance pendant que les n
Togo Droits de l’homme : Réouverture prochaine de la prison d’Agombio, un goulag sous





Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 7   Mola
Mercredi, 15 Janvier 2020
  C'est le professionnalisme de vos forces de désordre qui vous permet de tuer les citoyens par balles?
Des mensonges on en a marre

 6   Diable
Mardi, 14 Janvier 2020
  Yark un menteur répétitif. Un général pacotille. Comme le Togo vous hait!

 5   issifou
Mardi, 14 Janvier 2020
  Il faut s'attaquer à la vraie cause de ces récurrents conflits meurtriers entre éleveurs itinérants et agriculteurs sédentaires en imposant désormais le ranching aux entrepreneurs en élevage. Cela va également dans l'intérêt de la protection et la bonne gestion de l'espace naturel de nos terroirs. A ce sujet, les ministres de l'agriculture et de l'élevage puis celui de la protection de l'environnement doivent prendre leurs responsabilités pour faire stopper ces dérapages.



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2020