Politique
Togo

Le préfet de Doufelgou : le bouc émissaire qui cache mal l’inaction des cadres Nawdeba de Lomé

iciLome

Commenter | Lu : 11359 fois


Depuis la journée du 4 mai 2020 où le corps ensanglanté et sans vie du Colonel Madjoulba fut découvert dans son bureau au camp qu’il dirigeait, chacun sur les réseaux sociaux surtout, va de son analyse, de son commentaire. Depuis ce jour, Faure Gnassingbé, Chef de l’État et Chef des Armées, Abalo Kadanga, Chef d’État-Major Général, sont invisibles; alors que, d’après leurs titres ils sont les deux premiers responsables de l’armée togolaise. Et puisque la victime de l’assassinat est un haut gradé de l’armée et que le crime a eu lieu dans un camp militaire, il serait normal et même obligatoire que les deux premières personnalités à la tête de la grande muette prennent la parole dès les premières heures de l’annonce du drame, pour tout d’abord présenter leurs condoléances à la famille éplorée, donner les premiè-


L'AUTEUR
Samari Tchadjobo
.









Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2020