Vous êtes sur la version Archive de iciLome.
Visitez la nouvelle version
Société
Togo

Togo - Ce jeune togolais crée un engin 4 roues

Togotopnews.com

Commenter | Lu : 10332 fois

Wali Kotosso, 28 ans, dispose d’un petit atelier de mécanique à Adidogomé, banlieue ouest de Lomé. Ce jeune réparateur de voitures et motos vient de concevoir un engin tout-terrain, adapté aux courses de ville. Togotopnews l’a rencontré.

Un engin 4 roues “made in Togo”, c’est ce qu’il vient d’accoucher. L’auteur : un passionné de la mécanique autodidacte du nom de Wali Kotosso.

Conçu à partir de matériaux recyclés, l’engin dispose de deux sièges dotés des ceintures de sécurité et utilise un moteur de moto. Il a fallu deux mois à Wali pour créer cet appareil. Il raconte : « Cela m’a pris deux mois. Personnellement, je pense que, j’ai fait de mon mieux. En vérité, c’est que je n’ai pas de moyens, et là j’ai utilisé des matériaux recyclés. Pour le moment, le travail n’est pas totalement achevé. Il reste quelques réglages à faire et puis bien l’embellir».

Le prodige assure qu’il peut en créer d’autres du même style, mais « encore plus joli, plus résistant et plus grand, avec des pièces originales. »

Fils d’un père mécanicien, Wali a quitté très tôt les bancs pour se consacrer à la mécanique. Pour lui, cette œuvre est la concrétisation de ses rêves d’enfance.

Wali faisait en réalité partie de ces enfants, qui défont les jouets et petits objets pour les recoller. « Depuis tout petit, je fabrique des choses. Si je vois un objet, je le détruis pour voir ce que s’est et ensuite, je le refais moi-même. Je ramassais aussi des boites de conserves jetés sur les dépotoirs pour venir à la maison fabriquer des petites voitures. Je me disais toujours, qu’un jour je vais fabriquer une voiture. Je me dis souvent que je dois moi aussi apporter quelque chose à mon pays», raconte –t-il avec fierté.

Besoin d’aide et de financement

Le jeune mécanicien saisit ce créneau pour lancer un appel aux partenaires et à toutes personnes qui peuvent l’aider dans la production et commercialisation de ces engins. « Si des gens veulent me soutenir, on pourra faire mieux que ça. Je peux également fabriquer des petits tracteurs pour les agriculteurs », a-t-il affirmé.

Il ambitionne aussi créer une école de mécanique afin de partager son savoir faire. Car, pour lui, « la mécanique est un don, qu’il ne veut pas garder à lui seul ».


Hélène Doubidji-










Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2024