Politique
Togo

Togo - Mandats présidentiels de trop : Le FCTD propose une « action panafricaine » pour freiner le phénomène

iciLome

5 Commentaires | Lu : 1631 fois

Les acteurs de la société civile de la sous-région ouest africaine réunis au sein du mouvement panafricain « African Rising », mènent des réflexions pour briser le cycle de mandats de trop en Afrique. Lundi, un webinaire a été organisé sur le sujet, rencontre à laquelle les responsables du Front Citoyen Togo Debout ont pris part.

Pour le FCTD du Prof. David Dosseh, il faut une synergie d’action des organisations de la société civile pour établir une plaidoirie pouvant changer la donne dans l’espace CEDEAO.

« A l’échelle supranationale, ces chefs d’État utilisent une institution régionale qui est la CEDEAO. Et c’est là où, selon moi, il va falloir réfléchir en tant qu’acteurs de la société civile pour savoir comment est-ce que par une action panafricaine, nous pouvons impacter davantage les décisions de la CEDEAO. Lorsqu’on lit les documents de la CEDEAO, on se dit que les Africains ont déjà tout fait. Puisque si vous prenez le protocole additionnel de la CEDEAO sur la bonne gouvernance et la démocratie, déjà dans son article premier, on vous parle de séparation de pouvoir et on vous parle de l’accession au pouvoir selon des règles démocratiques. Mais c’est l’applicabilité qui pose problème », regrette Prof. David Dosseh.

L’universitaire trouve qu’il faut sérieusement réfléchir pour amener cette institution à véritablement mettre en application les textes qu’elle a elle-même voté.

« Qu’est ce qui nous empêche de faire un petit groupe pour aller rencontrer le président actuel de l’institution? Les textes de la CEDEAO sont là. Et dans les pays comme le Togo, la Guinée, la Côte d’Ivoire, ce sont les chefs d’État eux-mêmes qui violent ces lois préétablies. Nous pouvons aller au Nigéria, puisque le président Buhari est l'un des rares présidents à s’être clairement exprimé sur cette question de 3eme mandat. Nous devons faire une plaidoirie auprès de ce chef d’État afin qu’il puisse parler plus fort et faire en sorte que la démocratie puisse s'installer dans notre région. Parce que là, nous assistons à un recul de la démocratie », a indiqué le porte-parole du FCTD.

Précisions que la course à plus de deux mandats présidentiels est le phénomène en vogue dans la sous région ouest-africaine.

-







Commentaire
Pseudo
Répondre à
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de
contrôle





 5   Kombaté
Jeudi, 29 Octobre 2020
Réponse à 4-Togolais
  Après l'aliénation a fini par montrer ces preuves de sortes que tous ces docteurs , professeurs , évêques , directeurs , généraux , etc ... , ne trouvent pas un moyens pour mettre fin à la dictature pendant plus de 50 années durant !!!

 4   Togolais
Jeudi, 29 Octobre 2020
  Quand je dis implication il faut comprendre TRES ACTIVE implication...

La dmk,amk, etc. aussi de leur cotes brillent par leur diffamation, mis en danger de la vie d'autrui, atteinte a la reputation, et non assistance a personne en danger (apres leur association avec david dosseh, etc.).

 3   aidezmoi
Jeudi, 29 Octobre 2020
  quelqu'un peut-il me rappeler la mémoire sur l'avis du FCTD sur la revendication de la victoire par AMK de la DMK lors des élections présidentielles du 22 Fév 2020 passées? Merci



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2020