Sport
Togo

Togo - Ferdinand Ayité : « Ce pays n’a pas d’équipe nationale, mais un groupe composé de joueurs épars »

iciLome

Commenter | Lu : 3349 fois

Les derniers déboires des Eperviers du Togo face aux Pharaons d’Egypte, lors des matchs comptant pour la phase des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Cameroun 2022, reposent le débat autour du vieux technicien français Claude Le Roy, 72 ans.

Le sujet est actuellement sur toutes les lèvres. Sur les réseaux sociaux, des appels à la démission de fameux « sorcier blanc » foisonnent. Mêmes les Togolais qui ne savent rien du ballon rond ne désirent maintenant qu’une chose : « Que le vieux technicien français présente sa démission et quitte la sélection ».

Seulement reste à savoir si le sorcier blanc qui prend gout des « spécialités togolaises » va raccrocher. Puisque le Breton avait déjà nargué les Togolais en déclarant que seul le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, est habilité à lui dire de quitter le nid des Eperviers.

Sur sa page Facebook, le confrère Ferdinand Ayité, connu pour ses analyses pointues, s’est lancé dans le débat. « Lorsqu’en avril 2016 à la surprise générale Claude le Roy a été nommé dans des circonstances obscures sélectionneur des éperviers du Togo, j’avais fait un post ici pour dénoncer la nomination de ce vieux qui n’apportera rien au football togolais.

A l’époque, j’ai été pris à partie par des journalistes sportifs (moi je suis un généraliste) qui ont même déclaré que Claude le Roy, c’est le plus beau cadeau que le Che de l'Etat puisse offrir à la jeunesse togolaise. Et depuis je me suis tue. Quand je lis aujourd'hui les réactions amères de ces mêmes journalistes sportifs, je ris tranquillement dans mon coin », a posté le Directeur de publication du journal L’Alternative.

Selon lui, pendant les 4 ans passés à la tête la sélection togolaise, Claude Le Roy a été payé par Togocel, et pour un salaire dépassant les 30 millions de francs CFA. « Le Togo est pour lui une maison de retraite. Normal, aujourd'hui, il concentre toutes les critiques et on appelle à sa démission », a noté Ferdinand Ayité.

Pour le journaliste, Claude Le Roy n’est que l’arbre qui cache la forêt. Le problème du football togolais est si profond, et va même au-delà de la personne du « sorcier blanc » qui montre tristement ses limites.

« Le Roy n’est que la partie visible de l’iceberg. Le problème du football togolais va au-delà de la personne de cet entraineur. C’est un manque de vision des gouvernants. Où sont les écoles de football ? Où en est le championnat togolais ? Où sont les U16 et U20 ? Où sont les stades ? Où allons-nous ? Voilà les questions qu’il faut se poser. Et cela renvoie indubitablement à la gouvernance du pays. On peut faire venir ici Wenger ou Zidane sans politique sportive, sans vision on aura les mêmes résultats. C’est ici que les sportifs doivent comprendre que c’est le politique qui règle tout. Dans un pays en déconfiture comme le Togo, le football qui est un maillon de la société ne saurait mieux se porter », a souligné Ferdinand Ayité.

Selon lui, si le Bénin occupe aujourd’hui la deuxième place dans sa poule, c’est le fruit d’un travail acharné, d’une vision que les dirigeants de ce pays sont en train d’implémenter.

« Vous ne pouvez pas toujours continuer par gagner sans faire un travail de fond. Les quelques victoires des Eperviers qui entraînent parfois le délire dans le pays ne sont que les arbres qui cachent la forêt. Ce pays n’a pas d’équipe nationale, mais un groupe composé de joueurs épars. Il y a une urgence à mettre Claude Le Roy dehors, mais il faut repenser le football togolais et c’est le plus important », a conclu le confrère.

Godfrey A-










Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2021