Vous êtes sur la version Archive de iciLome.
Visitez la nouvelle version
Politique
Togo

Togo - Les vérités de Gerry Taama au ministre Akodah Ayewouadan

iciLome

Commenter | Lu : 4356 fois

Dans une note de service rendue publique le 20 novembre dernier, le ministre en charge de la Communication et des Médias a dénoncé certaines « pratiques » des confrères des médias d’Etat sur les lieux de reportage. Il est reproché à ces derniers « d’exiger de l’argent sur le terrain auprès des institutions, ministères et organismes publics et privés en contrepartie du traitement des reportages pour lesquels ils ont été sollicités ». Le ministre Prof. Akodah Ayewouadan va jusqu’à menacer de sanctionner désormais tout confrère journaliste des médias publics qui « exigerait de l’argent » sur un lieu de reportage.

Sur sa page Facebook, le député Gerry Taama a réagi par rapport à cette sortie. A en croire le président de Nouvel Engagement du Togo (NET), cette décision du ministre Akodah est fort appréciable, mais elle est loin de résoudre le problème, quand on connait les réalités du terrain et la précarité des journalistes togolais.

« A coup sûr que les nouveaux ministres veulent marquer leur territoire et quoi de mieux que des décisions fortes, pour montrer qu'ils ont la main. Depuis bientôt 10 ans que je suis en politique, aucun journaliste, du privé ou du public, n’a jamais exigé qu’on leur paye pour le reportage. Je n'ai jamais vu un journaliste public imposer le paiement. C'est simplement devenu une habitude acceptée par tous les acteurs. A la fin d'un évènement, on donne quelque chose aux journalistes. Chez beaucoup d'organisateurs d'événements, ça fait même partie du budget. Mais je le répète, de mon expérience, il n’y a aucune obligation. Du coup, difficile de sanctionner un délit qui n'est pas matérialisé », a lancé le député.

Selon lui, le problème est ailleurs. Et le ministre Akodah, depuis son « bureau climatisé » est loin de connaitre la réalité que vivent tous les hommes de médias, y compris ceux du privé. Gerry Taama recommande au ministre en charge des Médias de temporiser plutôt que de lancer des menaces. Le mieux serait de discuter avec les syndicats et les différents acteurs du secteur pour une amélioration des conditions de vie et de travail de ces hommes de médias, que ce soit du privé ou du public.

« La réalité est que le journaliste togolais vit dans une précarité affligeante. On ne devient pas journaliste par vocation, mais plutôt par vacation. Parce qu’on n’a rien trouvé d'autre à faire. Même dans les médias publics, la majeure partie des reporters sont soit des pigistes, des stagiaires ou des contractuels. Le journaliste n'est pas valorisé, il est le premier à arriver sur l'événement et le dernier à en partir. Quand on prend ceux du privé, parfois leur direction compte sur le communiqué final pour assurer leur déplacement. Voilà, c'est plutôt dur d'être journaliste au Togo. Le ministre fait preuve d'engagement et c'est bien, mais il faut davantage discuter avec les syndicats et les différents acteurs pour trouver des solutions pérennes », a ajouté le natif de Siou.-










Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2021