Vous êtes sur la version Archive de iciLome.
Visitez la nouvelle version
Politique
Togo

Togo - Arrestation de Mme Adjamagbo : Des organisations de défense des droits des femmes saisissent le procureur Poyodi

iciLome

Commenter | Lu : 2039 fois

Plusieurs organisations internationale et nationale de défense des droits des femmes viennent de saisir par un courrier le Procureur de la République, Poyodi sur l’arrestation arbitraire de Mme Adjamagbo-Johnson.

Ces associations de défense des droits des femmes rejettent les arguments avancés par le régime RPT-UNIR pour justifier l’interpellation inattendue de la Coordinatrice de la Dynamique Mgr Kpodzro. Surtout que Mme Adjamagbo-Johnson est connue « pour son engagement pour le respect des droits humains, de l’Etat de droit ainsi que pour son intégrité et moralité ».

Si Mme Adjamagbo-Johnson était vraiment en train de formater un coup pour déstabiliser les institutions de la République, comme le régime cinquantenaire voulait le faire croire, prendrait-elle le risque de se rendre au SCRIC pour rendre visite à son compagnon de lutte ? Voilà une question intelligente que ces organisations se posent dans leur courrier adressé au procureur Poyodi.

« Pourquoi les autorités judiciaires, après lui avoir refusé le droit de visite, le lui accordent pour ensuite commencer par l’interroger et aller fouiller son domicile ? Est-ce qu’un mandat de perquisition lui avait été présenté au préalable ? N’avait-elle pas collaboré avec la justice lors de la précédente poursuite judiciaire dans laquelle elle fut impliquée ? Toutes ces interrogations justifient notre démarche, en tant qu’organisations de femmes défenseurs pour mieux comprendre les raisons et les conditions de son (ndlr, Mme Adjamagbo-Johnson) arrestations et détention », peut-on lire dans la lettre.

Ces organisations fustigent cette détention arbitraire de la Secrétaire générale de la CDPA dans les locaux du SCRIC. Elles demandent une rencontre avec le procureur pour plus d’éclaircissements sur cette scabreuse affaire d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat. Par ailleurs, elles exigent la remise en liberté provisoire de Mme Adjamagbo-Johnson.-










Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2021