Vous êtes sur la version Archive de iciLome.
Visitez la nouvelle version
Société
Inter

La FAO se félicite de l’intensification de la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée

AFRICAHOTNEWS.COM

Commenter | Lu : 416 fois

L'action mondiale fait une différence majeure dans les efforts de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), mais il reste encore beaucoup à faire alors que la demande des consommateurs et la production de poisson continuent d'augmenter, a déclaré lundi le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le chef de la FAO, Qu Dongyu, s'exprimait lors d'un événement de haut niveau dans le cadre de la troisième réunion des Parties à l'Accord de 2009 de la FAO sur les mesures du ressort de l'État du port (PSMA), un événement virtuel organisé par l'Union européenne.

Le PSMA est le premier accord international contraignant conçu pour empêcher, dissuader et éliminer la pêche INN en empêchant les navires étrangers qui y participent, d'utiliser les ports, de débarquer leurs captures, ou bien en leur refusant l'entrée.

À ce jour, 69 parties, représentant 56% des États portuaires dans le monde, ont ratifié l'Accord et le PSMA est l'un des outils essentiels pour lutter contre la pêche INN.

Les participants à l'événement comprenaient le Commissaire de l'Union européenne à l'environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, ainsi que des ministres et des représentants des Fidji, du Mozambique, du Pérou, de l'Espagne, de la Thaïlande et de l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Le Directeur général de la FAO a noté que la production mondiale de poisson a atteint en 2020 les niveaux les plus élevés jamais atteints, fournissant à près de la moitié de la population mondiale près de 20% de leurs protéines animales. Il a également noté qu'environ 10% de la population mondiale dépend de la chaîne de valeur des produits aquatiques pour leurs moyens de subsistance et leurs revenus.

« Cela s'accompagne d'une grande responsabilité de gérer durablement tous les aliments aquatiques et de protéger nos océans, nos rivières et nos lacs », a-t-il ajouté, notant que « la demande devrait être satisfaite par un approvisionnement plus durable issu de l'aquaculture ».
Numérisation et échange transparent d’informations

Soulignant la nécessité « d'une conception holistique pour éliminer la pêche INN », il a déclaré que l'échange transparent d'informations et la numérisation sont essentiels pour stimuler la mise en œuvre efficace du PSMA.

Les efforts visant à dissuader la pêche INN devraient s'appuyer sur l'alerte précoce basée sur le Big Data et le partage d'informations, a-t-il ajouté, notant que cela serait amélioré grâce au Système mondial d'échange d'informations (GIES) du PSMA qui a été développé par la FAO.

Le GIES est conçu pour soutenir la mise en œuvre du PSMA, qui vise à empêcher les produits de la pêche issus de la pêche INN d'entrer sur les marchés internationaux. Le GIES partagera des informations vitales, y compris les refus d'entrée au port / d'utilisation des navires battant pavillon étranger dans les ports désignés et les rapports d'inspection concernant ces navires soupçonnés d'avoir pratiqué la pêche INN.

« Ce système numérisé dynamisera l'accès à l'échange d'informations en temps quasi réel et augmentera la transparence », a déclaré M. Qu.

À ce jour, la FAO a aidé 43 pays à réviser leur législation, à renforcer leurs capacités institutionnelles, à améliorer leurs systèmes et opérations de suivi, de contrôle et de surveillance, et à mettre en œuvre efficacement le PSMA.

Dans son allocution, le Directeur général de la FAO a noté qu'à un moment où le monde est entré dans la Décennie d'action pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), une nouvelle transformation du secteur de la pêche et de l'aquaculture est nécessaire pour renforcer sa contribution aux ODD.

« La transformation bleue, l'intensification de l'aquaculture durable, la transformation de la pêche grâce à une meilleure gestion et à l'amélioration de l'efficacité et de l'inclusion des chaînes de valeur du poisson, seront essentielles pour mettre fin à la faim et à la pauvreté », a déclaré M. Qu. « Le secteur des aliments aquatiques a un grand potentiel et doit être pleinement intégré dans nos efforts, pour une meilleure production, une meilleure nutrition, un meilleur environnement et une vie meilleure, ne laissant personne de côté ».-

L'AUTEUR
ONU









Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2021